Finance : S.E. Aun Pornmoniroth, « la bourse du Cambodge est une force motrice »

À l’occasion du 10e anniversaire de la Cambodia Securities Exchange — CSX, le ministre de l’Économie et des Finances, S.E. Aun Pornmoniroth, s’est longuement exprimé sur sa vision à long terme concernant cet outil économique.

le ministre de l’Économie et des Finances, S.E. Aun Pornmoniroth
le ministre de l’Économie et des Finances, S.E. Aun Pornmoniroth

« Je tiens à féliciter M. Hean Sahip, secrétaire d’État au ministère de l’Économie et des Finances et président du conseil d’administration du Cambodia Securities Exchange (CSX), M. Sou Socheat, directeur général du Securities and Exchange Regulator of Cambodia (SERC), et M. Hong Sok Hour, PDG du CSX.

Je tiens également à féliciter la direction, le personnel et tous les intervenants qui ont travaillé si dur pour développer le marché des valeurs mobilières au Cambodge, lequel ne peut que se renforcer à l’avenir.

Selon les principes de la théorie économique, le secteur des valeurs mobilières peut contribuer au développement de l’économie nationale en augmentant l’efficacité de la mobilisation et de l’allocation des capitaux des agents financiers aux agents économiques qui ont besoin de financement.

Un secteur des valeurs mobilières florissant fournira une source alternative de capitaux aux propriétaires d’entreprises en général et créera une source de revenus pour les particuliers et les entités économiques, qui pourront mieux diversifier leurs investissements.

À cet égard, le projet de développement du marché des valeurs mobilières au Cambodge a débuté à l’initiative de S.E. Hun Sen, Premier ministre du Royaume du Cambodge.

Le Premier ministre a nommé un groupe de travail au sein du ministère de l’Économie et des Finances pour étudier la possibilité d’établir ce marché des valeurs mobilières en 2006, sous la direction de S.E. Dr Keat Chhon, ancien ministre de l’Économie et des Finances.

Le secteur des valeurs mobilières au Cambodge a officiellement démarré avec l’introduction de la loi sur l’émission et la négociation de titres publics en 2007 et le lancement de la Commission des valeurs mobilières du Cambodge en 2008 et de divers acteurs du secteur des valeurs mobilières ».

Protéger l’intérêt public

« La CSX a été créée en tant que coentreprise entre le Cambodge, représenté par le ministère de l’Économie et des Finances, et la Bourse de Corée en 2010, et la première négociation de titres — Phnom Penh Water Supply Authority — a été lancée le 18 avril 2012.

Pour développer le secteur des valeurs mobilières, le gouvernement, avec le ministère de l’Économie et des Finances, s’engage à soutenir ce secteur par des incitations fiscales pour les émetteurs et les investisseurs, visant à protéger l’intérêt public et à préparer des réglementations favorables aux activités liées aux valeurs mobilières.

Le gouvernement continuera à y prêter attention et à envisager des mécanismes supplémentaires pour que ce marché puisse remplir son rôle d’attraction des capitaux et de promotion des activités d’investissement dans l’économie nationale de manière plus large et plus efficace.

Le gouvernement a mis en place des mesures incitatives — telles que des réductions de l’impôt sur le revenu pour les entreprises cotées en bourse, sur les ventes, tant d’actions que d’obligations ; des déductions fiscales et des retenues à la source sur les intérêts des dividendes et des obligations — depuis le lancement de la CSX en 2012 jusqu’à aujourd’hui.

Il continuera à maintenir cet encouragement jusqu’à ce qu’elle atteigne un niveau de développement acceptable.

Le gouvernement prévoit également d’émettre des obligations souveraines en 2022 afin de créer une nouvelle source de financement pour l’État, ainsi que des instruments financiers pour les investisseurs sur le marché des titres, en particulier les banques et les compagnies d’assurance, ainsi que les fonds de pension et de sécurité sociale.

Ces nouveaux instruments financiers devraient être populaires pour les échanges sur le CSX et servir de référence pour les échanges de titres de sociétés et l’analyse financière tels qu’ils sont mis en œuvre sur les marchés développés.

Une force motrice

Le rayonnement de la paix au cours des deux dernières décennies est une réalisation inestimable apportée à notre peuple et à notre nation par le Premier ministre Hun Sen.

Outre les innombrables réalisations matérielles, le gouvernement s’est également efforcé d’élaborer et de mettre en œuvre une série de politiques et de mesures visant à relever tous les défis, tant économiques que sociaux, afin de garantir un environnement commercial et macroéconomique favorable.

Il s’est également efforcé d’assurer la stabilité financière pour attirer les investissements et promouvoir le commerce, notamment pour accélérer la diversification et renforcer la compétitivité de l’économie cambodgienne.

« Le gouvernement a toujours considéré le secteur privé comme un partenaire indispensable et un élément moteur de la croissance économique ».

À cet égard, outre le mécanisme d’échange de titres, un certain nombre d’autres initiatives ont été lancées pour soutenir le secteur privé. Il s’agit notamment de la création du Fonds de développement de l’esprit d’entreprise, du nouveau Techo Startup Center pour soutenir les startups, et de la Banque des petites et moyennes entreprises du Cambodge, ainsi que du lancement du "Projet de financement du soutien aux petites et moyennes entreprises".

La mise en place du CamDX numérique facilite l’enregistrement des entreprises, tandis que l’établissement, en particulier, du forum gouvernement-secteur privé et des mécanismes connexes, dans le cadre de ce forum, améliore la facilité de réaliser des affaires au Cambodge.

Nous avons fait face à la pandémie de Covid-19 grâce à un certain nombre de mesures, en particulier la campagne de vaccination efficace et à la participation de toutes les parties prenantes, tant au niveau national que sous-national.

Ainsi, le Cambodge a été en mesure de rouvrir complètement sa société et son économie dans tous les domaines.

Toutefois, des risques et des tensions géopolitiques subsistent, notamment la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui entraîne de graves conséquences négatives et continue de faire pression sur la voie de la reprise de l’économie mondiale.

La perturbation des processus clés interconnectés des chaînes de production mondiales et la hausse des prix de l’énergie, ainsi que le déclin de certaines grandes économies, ont entraîné une augmentation des prix des marchandises.

Dans ce contexte, le gouvernement continue de s’engager à accélérer les progrès de la mise en œuvre et à approfondir le travail de réforme visant à renforcer la résilience économique.

Le gouvernement a défini le "Cadre stratégique et les programmes pour la relance économique dans le contexte de la vie avec le Covid-19 dans une nouvelle normalité 2021-2023" pour relancer l’économie cambodgienne maintenant et à moyen terme.

Il vise également à renforcer la résilience pour un développement socio-économique durable et à long terme, et l’inclusion. L’importance de la révolution numérique — Digital Transformation — dans les secteurs public et privé a également été soulignée pour accélérer la relance de l’économie nationale.

Une croissance remarquable

Compte tenu de la croissance remarquable du CSX et des développements significatifs au cours des 10 dernières années, comme l’ont rapporté HE Hong Sok Hour et HE Sou Socheat, je voudrais formuler quelques recommandations afin d’accélérer et de renforcer le développement du marché des valeurs mobilières :

  • Continuer à accroître la diffusion des avantages que le gouvernement royal du Cambodge accorde aux sociétés cotées, notamment les incitations fiscales pour le secteur des valeurs mobilières et les allègements fiscaux pour les sociétés cotées, par le biais de nouveaux mécanismes et des dernières technologies.

  • Observer et saisir les nouvelles opportunités du système de technologie financière pour accélérer le développement du marché par la numérisation des mécanismes du CSX et du SERC. Ceux-ci visent à offrir commodité et rapidité, tout en étant gérables pour les investisseurs et les sociétés cotées, ainsi qu’à saisir les opportunités de développement rapide des systèmes de technologie financière pour diversifier les produits financiers du marché et étendre les services du CSX aux sociétés non cotées, tels que les mécanismes de dépôt de titres.

  • Organiser, avec tous les acteurs concernés du marché des valeurs mobilières, des activités détaillées dans le contexte de la situation économique mondiale actuelle ainsi que du développement rapide des technologies financières pour le développement du marché des valeurs mobilières pour les 10 prochaines années par la préparation et le lancement du plan stratégique décennal pour le développement du secteur des valeurs mobilières. J’ai déjà demandé au SERC de diriger cette tâche.

Le développement du secteur des valeurs mobilières exige du temps et la participation de tous les acteurs, tant publics que privés.

Par conséquent, j’espère sincèrement que tous les acteurs coopéreront avec le CSX et le SERC pour promouvoir davantage le développement de ce marché conformément aux politiques du gouvernement, aux plans stratégiques de développement du marché et du marché, ainsi qu’aux lois et règlements en vigueur.

S.E. Aun Pornmoniroth, ministre de l’économie et des Finances.



Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône