Histoire & Cambodge : Svay Khleang, village cham pittoresque et insoumis

Svay Khleang est un village Cham pittoresque situé sur la rive du Mékong, dans la commune de Svay Khleang, district de Krauch Chhmar, province de Kampong Cham. Historiquement, il était le centre de l’érudition et de l’apprentissage des musulmans cham au Cambodge.

Défilé dans le village de Chan Kiek pendant la cérémonie Mawlid

Au bord du Mékong

Le village de Svay Khleang porte plusieurs noms, dont Prek Kaut, Prek Cham et Village 5. Même avant le Kampuchea démocratique, de nombreux endroits au Cambodge étaient connus sous deux noms : l’un utilisé par les Cham, l’autre utilisé par des non-Cham. Par exemple, les non-Cham connaissaient le village sous le nom de Svay Khleang, tandis que les Cham l’appelaient Prek Kaut. En khmer, Svay signifie « mangue » et Khleang, « entrepôt ».

Explication : à l’époque coloniale, le gouvernement français avait construit un entrepôt sous un grand manguier à Prek Kaut. Les résidents ont donc appelé cet entrepôt Khleang Svay. Plus tard, le nom du village a été changé de Prek Kaut ou Prek Cham à Khleang Svay, et peu de temps après, il a été changé à nouveau en Svay Khleang.

Insoumission aux Khmers rouges

Svay Khleang est également bien connu pour sa résistance contre le régime de Pol Pot. Le village abritait environ 6 200 habitants avant les Khmers rouges. Seule une centaine de familles (600 Cham) ont survécu après la chute du régime en janvier 1 979.

« Avant l’arrivée des Khmers rouges, nous avions l’habitude d’étudier avec les Khmers. Il n’y avait pas de conflit. Nous pourrions parler Cham et embrasser notre culture et notre religion. Mais, après l’arrivée des Khmers rouges, tout est devenu interdit », raconte Hak Sary, une villageoise de 57 ans, qui a perdu 30 proches sous le régime brutal du Kampuchéa démocratique.

« Si nous essayions de pratiquer notre religion, ils nous tuaient… Nous devions nous couper les cheveux et nous ne pouvions pas porter nos foulards… Ils m’ont forcé à manger du porc sous la menace d’une arme »

Cette zone, le village de Svay Khleang et commune du quartier Kroch Chmar de Kampong Cham, était un centre dynamique de la vie Cham avant que les communistes ne décident de briser la communauté en 1975. Cette année-là, les villageois ont eu vent de l’arrestation imminente d’un groupe de villageois qui avait tenu une prière à l’aube à la mosquée locale pour célébrer la fin du mois de jeûne du Ramadan. Armés d’épées, ils se sont rebellés et sont parvenus à tuer un cadre khmer rouge. Un assaut brutal et sanglant des révolutionnaires communistes a suivi.

Des centaines d’hommes, femmes et enfants ont été tuées et les survivants ont été évacués de force vers différents endroits. La plupart ne reverront jamais leur village. Pour de nombreux observateurs, il ne fait aucun doute que cette minorité ethnique et religieuse a été ciblée avec une brutalité extrême. Certains historiens affirment que les Cham subissaient bien plus d'exactions que tout autre groupe ethnique. Les documents khmers rouges de cette époque stipulaient que ce groupe distinct devait être « éclaté » parce que « leur vie n’était pas si difficile ». Cependant, les Khmers rouges ont déguisé leur propre intention génocidaire dans leur seule déclaration officielle sur ce sujet lorsqu’ils ont annoncé :

« La race Cham a été exterminée par les Vietnamiens »

Aujourd’hui

Le village de Svay Khleang possède plusieurs vieilles maisons construites par de riches familles cham, telles que les maisons de Ta Ba-ror-tes et Snong Man. Leurs maisons sont encore en bon état. No Min, 55 ans, chef de villagede Svay Khleang, vit dans la même grande maison en bois que son arrière-grand-père a achetée à la fin du XIXe siècle. No Min raconte que son ancêtre, un riche commissaire de police cham pour le Protectorat français, avait une famille de 11 épouses qui comprenait des femmes khmères, vietnamiennes, chinoises et thaïlandaises.

D’autres dans le village disent qu’il était un marchand de bois qui transportait sa marchandise sur le fleuve jusqu’au Vietnam. No Min confie qu’il ne le savait même pas.

Minaret à trois niveaux construit au XIXe siècle

Héritage précieux

Farina So du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), qui a pris l’initiative de tenter de préserver l’héritage de la communauté cham déclare :

« La plupart des informations proviennent de sources orales transmises de génération en génération. Nous avons trouvé très peu d’informations écrites sur ce village à l’époque »

Tous les chercheurs s’accordent toutefois à dire que ce petit village cham sur la rive est du Mékong était autrefois un centre de la culture islamique du Cambodge. Le peuple Cham, dont le nombre se situe à environ 350 000 au Cambodge, trouve son origine dans le royaume hindou Champa qui a régné sur une grande partie du sud et du centre du Vietnam du VIIe au XIXe siècle. Après des siècles de guerre sporadique avec les Vietnamiens et les Khmers, le dernier de leur territoire a été annexé par le Vietnam en 1832. Bien que de nombreux Cham vietnamiens pratiquent encore l’hindouisme, la plupart de ceux du Cambodge se sont convertis à l’islam au cours du dernier millénaire pour des raisons encore mal élucidées.

Illustre villageois

Sanas Min, la fille de 23 ans de No Min, raconte qu’elle a grandi en écoutant des histoires sur le style de vie somptueux que menait son arrière-arrière-grand-père, Snong Man.

La maison de No Min se trouve l’ancienne maison de Haji Osman Paung

« Il a construit des maisons et des stupas pour toutes ses épouses et leur a laissé de nombreuses propriétés avant de mourir », dit-elle ajoutant que Snong Man possédait même son propre éléphant. À quelques portes de la maison de No Min se trouve l’ancienne maison de Haji Osman Paung, un conseiller du roi Sisowath Monivong, également connu sous le nom de Ta Ba-ror-tes. Les chercheurs du DC-Cam ont entendu de la part des villageois que Ta Ba-ror-tes avait accueilli le roi lors de sa visite en bateau à vapeur, avec Snong Man couvrant le bord de la rivière avec un tapis de soie rouge pour l’occasion. Selon No Min, Ta Ba-ror-tes était le principal imam du Cambodge. Sanas Min, qui appelle Ta Ba-ror-tes « grand-père », confie que son amitié avec Monivong est toujours légendaire dans le village.

« Le roi avait même l’habitude de visiter sa maison et ils chassaient ensemble, c’est donc un point d’histoire important dont le village parle encore »

L’intérieur de la vieille maison, qui est gardée verrouillée par les villageois, abrite encore les vieux meubles de Ta Ba-ror-tes, des bancs en bois richement sculptés, un bureau et un lit et un vieux luminaire suspendu à une chaîne poussiéreuse.

La maison a fait en 2014 l’objet d’un différend entre les parents survivants de Ta Ba-ror-tes. Bien qu’Ibrahim Keo, un fils de Ta Ba-ror-tes vivant aux États-Unis, eut confié la propriété à DC-Cam, d’autres proches avaient revendiqué la maison et même contracté une hypothèque en faveur d’une banque locale.

« Cela n’était pas surprenant pour nous. Nous devions nous attendre à tous ces types de problèmes lorsque nous travaillions à la préservation du patrimoine et au développement de la communauté »

À côté de la maison de Ta Ba-ror-tes se trouve un minaret à trois niveaux construit au XIXe siècle au centre du village près de la rivière. On sait peu de chose à ce sujet, bien que No Min suggère qu’il était actif jusqu’à ce que les cadres khmers rouges le saccagent. « Nous supposons que ce style architectural est une combinaison de styles cham, arabe et khmer », explique Farina So, ajoutant que tout ce qu’ils savent avec certitude, c’est que le minaret était déjà érigé lors de la visite du roi Monivong au début du XXe siècle.

Pour No Min, sa propre maison, transmise par son arrière-grand-père, est un héritage familial qu’il entend conserver. Elle lui a été offerte comme cadeau de mariage et il aimerait donner la maison à l’un de ses trois enfants. «Je ne vendrai jamais cette maison », dit-il, ajoutant qu’il y était né et y avait vécu toute sa vie. Un riche homme d’affaires de Phnom Penh voulait acheter cette maison, mais il a refusé de la vendre. Sanas Min, qui est arrivée à Phnom Penh en 2009 et travaille chez DC-Cam, confie qu’elle aime la maison de son enfance et qu’elle lui manque.

« L’emplacement de ces maisons est vraiment agréable, le long de la rive où les anciennes générations musulmanes résident toujours »

Cependant, son père doute que l’un de ses enfants veuille retourner à Svay Khleang pour reprendre la maison familiale. Lorsqu’on lui a demandé si elle serait intéressée, Sanas Min confie qu’il est trop tôt pour le dire.

« Je ne sais pas encore, mais je retournerai probablement vivre à la maison quand je serai vieille »
Svay Khleang, village cham pittoresque et insoumis

Références et illustrations : Cambodia: The Cham Identities by Documentation Center of Cambodia & democratic-kampucheas-genocide-of-the-cham par Julie Thi Underhill

Cambodge_Mag_807x123_FR.jpg

S'abonner à Cambodgemag

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône