Cambodge & Parcours : Nick Marx, baroudeur et protecteur infatigable de la vie sauvage

Le Britannique Nick Marx est impliqué dans la conservation et la vie sauvage au Cambodge depuis plus de 20 ans. Il raconte...

Grande complicité entre Nick et le tigre
Grande complicité entre Nick et le tigre. Photo fournie

Nick est arrivé dans le Royaume en 2001 pour travailler avec l’ONG de conservation de la faune WildAid, aujourd’hui rebaptisée Wildlife Alliance. Il est actuellement directeur du sauvetage et de la conservation de la faune sauvage au Cambodge pour la Wildlife Alliance.

Dans une interview accordée à nos partenaires du Post, Nick confie qu’après tant d’années passées au Cambodge, il a l’intention d’y rester aussi longtemps que possible. Présent dans le pays aussi souvent que possible, il s'emploie aussi à collecter des fonds auprès de tous les milieux pour soutenir les programmes de conservation.

Interview

Pouvez-vous décrire votre vie d’étudiant et vos débuts en Angleterre ?

J’ai maintenant 71 ans, et pour être honnête, quand j’étais enfant, je n’aimais pas étudier. Mes parents ont toujours voulu que je travaille dur. Ils m’ont envoyé dans des écoles privées jusqu’à l’âge de 16 ans, mais j’ai abandonné mes études pour aller travailler. J’ai toujours été passionné par l’environnement et la faune.

Quand j’étais enfant, j’étais très coquin et je n’écoutais pas les professeurs. Quand on me demandait de faire quelque chose, je faisais autre chose. Parfois, mes professeurs me donnaient des coups de bâton et j’ai changé d’école plusieurs fois. Mes parents étaient aisés et nous avions une maison en ville et une résidence secondaire à la campagne.

Le Britannique Nick Marx est impliqué dans la conservation et la vie sauvage au Cambodge depuis plus de 20 ans.
Le Britannique Nick Marx est impliqué dans la conservation et la vie sauvage au Cambodge depuis plus de 20 ans.

En bref, nous étions une famille avec une vie confortable. Maintenant, je suis orphelin. Mon père est mort il y a de nombreuses années et ma mère est décédée l’année dernière. J’ai un fils britannique, mais je suis séparé de ma femme et je vis au Cambodge depuis 20 ans. Je n’ai pas de famille au Cambodge, car je suis occupé à travailler à la conservation de la faune sauvage.

Quels étaient vos hobbies lorsque vous étiez enfant ?

Je savais que j’aimais les animaux dès mon plus jeune âge, et je n’étais jamais aussi heureux que lorsque j’étais avec eux. Mes voisins savaient que j’aimais les animaux, alors parfois, lorsque leurs animaux étaient malades, je m’en occupais.

Pouvez-vous nous parler de votre expérience professionnelle avant de venir travailler au Cambodge ?

J’ai commencé à travailler dans un zoo en Angleterre à l’âge de 19 ans. Un de mes amis a été tué par un tigre au zoo, mais j’avais une bonne relation avec le tigre. Plus tard, on m’a dit d’arrêter de fréquenter le tigre et de m’en éloigner parce qu’ils avaient peur que le tigre m’attaque, mais je ne pouvais pas m’arrêter. J’ai été licencié et j’ai émigré en Afrique du Sud, où j’ai travaillé comme gardien d’animaux sauvages et organisateur de voyages dans un zoo.

J’y ai travaillé pendant environ trois ans, puis je me suis rendu en Inde pour travailler comme gardien de troupeau pendant trois autres années. À l’âge de 25 ans, je suis rentré en Angleterre. Comme je ne trouvais pas de poste convenable, j’ai commencé à étudier l’écologie et la conservation de la biodiversité. Je n’ai eu besoin que d’une année, car j’avais déjà beaucoup d’expérience professionnelle.

Quand êtes-vous venu travailler au Cambodge ?

Je suis arrivé au Cambodge en 2001 après avoir passé un entretien au Royaume-Uni avec Wild Aid. Si je suis restée si longtemps au Cambodge, c’est parce que j’aime mon travail. De nombreuses organisations m’ont invitée à travailler à l’étranger en raison de mon expérience. Je préfère travailler dans le Royaume.

Je suis à présent heureux de travailler au centre de conservation et de sauvetage de la faune de Phnom Tamao, aux communautés de protection des forêts de Kampong Speu et d’Oddar Meanchey, au centre de soins pour animaux de Koh Kong et en collaboration avec l’autorité nationale Apsara dans la forêt d’Angkor. Je suis heureux d’avoir des partenaires du gouvernement impliqués.

Quelles sont vos préoccupations concernant la faune sauvage au Cambodge ?

En 2004, l’administration forestière m’a demandé d’aider à protéger la forêt de Phnom Tamao. À l’époque, j’étais heureux, car nous conservions à la fois la faune et la forêt, et de nombreuses espèces rares vivaient à Phnom Tamao.

« Aujourd’hui, je m’inquiète de la disparition de la faune, car les gens posent des pièges, vendent des animaux sauvages et défrichent les forêts, et les défenseurs de la faune sont confrontés à de nombreux problèmes. »

J’avais l’habitude de voir des tigres, des léopards, des bovins sauvages, des cerfs d’Eld, des gaurs et des bantengs, mais ils ont progressivement disparu après avoir été piégés ou avoir été victimes de la déforestation.

Le problème des pièges est particulièrement grave, car des centaines sont posés. Parfois, les braconniers ne vérifient pas leurs pièges et les animaux sont condamnés à mourir de faim. S’il s’agissait de chasseurs armés de fusils, ils abattraient les animaux un par un, mais les pièges ne font pas de distinction.

Pouvez-vous évoquer le potentiel du zoo de Phnom Tamao ?

Il y a de nombreuses espèces à Phnom Tamao. Les chevreuils commencent à être rares dans le monde, mais il en reste beaucoup au Cambodge. Je crois qu’il existe des plans de développement pour Phnom Tamao, mais je ne sais pas exactement ce qu’ils veulent faire. Je pense que le développement est sain.

« Si la forêt reste intacte, mais que des zones d’écotourisme sont développées, ce serait une bonne utilisation de la zone. »

Comme il y a un nouvel aéroport dans la province de Kandal, davantage de touristes auront la chance de visiter le zoo, ce qui, à mon avis, serait excellent pour le tourisme. S’ils défrichent la forêt pour construire des forages, cela affectera la faune du Royaume, car il n’y a pas d’autre endroit comme celui-ci près de Phnom Penh.

Franchement, je déteste mettre les animaux en cage comme s’ils étaient en prison, mais Phnom Tamao n’est pas comme les zoos de mon pays. C’est une zone de conservation, et nous relâchons beaucoup d’animaux dans la forêt dans le cadre de ce programme. Nous le faisons depuis 20 ans.

Dans mon pays, les zoos sont très différents. Lorsque les touristes étrangers viennent nous rendre visite, ils font l’éloge de notre travail. Bien sûr, certains animaux — comme les tigres et les ours — ne peuvent plus être relâchés dans la forêt, car ils sont dangereux, mais nous nous assurons qu’ils sont dans des enclos spacieux, entourés par la nature.

Nick Marx à Phnom Tamao. Photo fournie
Nick Marx à Phnom Tamao. Photo fournie

Notre programme de libération d’animaux sauvages dans la province de Koh Kong, à Prey Angkor, est par exemple très respecté. Je remercie l’Autorité nationale Apsara, l’Administration forestière et le ministère de l’Environnement de collaborer avec nous pour préserver la faune sauvage.

La différence entre le zoo de Phnom Tamao et ceux d’autres pays est, tout d’abord, la nature des animaux. J’ai un ami qui a visité des zoos en Angleterre, en Australie et aux États-Unis et il m’a confié qu’il était clair que leurs zoos avaient plus de financements que les nôtres.

« C’est peut-être vrai, mais les animaux de Phnom Tamao sont plus heureux, car nous avons plus de nature que de béton, et nous pouvons les libérer. Phnom Tamao devrait être considéré comme une ressource naturelle. La principale raison pour laquelle les étrangers l’aiment est que cet endroit est naturel.»

Aucun autre pays ne possède un zoo naturel comme celui-ci. Même si les zoos des autres pays ont beaucoup d’argent, ils ne sont pas naturellement beaux.

Après avoir vécu plus de 20 ans au Cambodge, avez-vous déjà obtenu la citoyenneté ?

Je n’ai pas encore obtenu la citoyenneté khmère. J’aimerais le faire — parce que j’aime le Cambodge — mais je ne pense pas être éligible. Je ne connais pas l’alphabet khmer et ne peux pas le lire, je ne fais que parler la langue.

J'ai appris avec mes amis, qui m’enseignaient un mot à la fois. Je prenais des notes dans un cahier. Cela dit, je remercie Samdech Hun Sen d’avoir donné la nationalité khmère à mon ami Ben Davis et à sa famille, parce que Ben est un vrai défenseur de l’environnement. Par contre, j’ai reçu l’ordre royal de Sahametrei du gouvernement royal en 2014.

Quels autres projets avez-vous pour le Cambodge ?

Au Cambodge, je n’ai pas d’autres projets que la conservation de la faune sauvage. Le plus important, c’est de collecter des fonds pour divers projets et de m’assurer que je peux payer tout mon personnel.

Je collecte environ 700 000 dollars par an, en partie avec mon propre argent et en partie avec celui des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres pays, car sans argent, nous ne pourrions pas mener à bien notre travail.

La raison pour laquelle ils continuent à donner de l’argent à mon projet est qu’ils savent que je suis honnête et que je fais du bon travail. Au début, les donateurs ne savaient pas s’ils pouvaient me faire confiance et faisaient de petites contributions. Une fois qu’ils ont vu nos résultats, ils ont commencé à donner davantage.

« Je voudrais demander au gouvernement et à la population d’aimer de tout cœur la faune et la flore sauvages et les forêts et de les protéger pour l’avenir. J’espère que nos descendants auront la chance de connaître la vie sauvage que nous connaissons, et pas seulement en photos.»

Je serai toujours là. Si je reste au Cambodge, c’est parce que j’y ai de bons amis et du personnel et qu’il y a une faune et une flore qui ont besoin d’être protégées.

Lay Samean avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône