top of page
Ancre 1

Cambodge & Nature : Les autorités s'activent pour la protection des dauphins du Mékong

Les autorités des provinces de Kratié et de Stung Treng se sont engagées à renforcer les activités d'application de la loi dans les zones de protection et de conservation des dauphins du Mékong.

Des dauphins nagent dans le Mékong dans la province de Kratié. Photo WWF
Des dauphins nagent dans le Mékong dans la province de Kratié. Photo WWF

Cet engagement fait suite à un ordre du Premier ministre Hun Sen qui, le 2 janvier, a ordonné aux deux autorités provinciales de créer des zones protégées permanentes le long du fleuve et d’appliquer une « interdiction absolue » de toute pêche.

« La zone du dauphin doit être complètement protégée. La présence de cette espèce contribue au tourisme », a-t-il déclaré.

Il a ordonné que des barrières flottantes soient employées pour désigner les zones interdites à la pêche et que des marchés flottants soient établis pour attirer davantage de touristes.

Men Kong, porte-parole de l’administration provinciale de Stung Treng, a déclaré à nos partenaires du Post que l’administration élaborait actuellement de nouveaux mécanismes juridiques et des initiatives pour protéger les dauphins restants de la province, arguant que les dauphins d’eau douce jouaient un rôle important pour attirer les touristes et créaient de nombreuses opportunités d’emploi pour les résidents.

M. Kong a indiqué que le Commandement de l’unité administrative de la province avait ordonné, le 3 janvier, une répression à l’échelle de la province contre tous les délits de pêche dans les communautés locales, en particulier dans les zones de conservation.

Mok Ponlok, directeur de l’administration de la pêche de Kratie, a annoncé que les filets de pêche étaient désormais totalement interdits sur le fleuve Mékong dans la province de Kratié :

« Ils représentent le plus grand danger pour les dauphins, car ils peuvent facilement s’y empêtrer. Tous les filets sont interdits, même ceux utilisés par les petites familles ».

Également connues sous le nom de dauphins de l’Irrawaddy (Orcaella brevirostris), ces sympathiques créatures, connues pour leur front bombé et leur bec court, habitaient autrefois la quasi-totalité du Mékong, mais elles sont désormais limitées à un tronçon de 180 km entre Kratié et la frontière avec le Laos.

Leur nombre a décliné en raison de la perte d’habitat et de la pêche destructive. La population, qui était de 200 individus en 1997, est aujourd’hui estimée à 90, le Fonds mondial pour la nature (WWF) du Cambodge ayant enregistré 11 décès en 2022.

Des dauphins nagent dans le Mékong dans la province de Kratié. Photo WWF
Des dauphins nagent dans le Mékong dans la province de Kratié. Photo WWF

Dans un communiqué, le WWF a appelé les autorités à « mettre en œuvre des mesures appropriées pour faire face immédiatement au taux de mortalité » que représente la menace des filets et de la pêche électrique dans les zones protégées du dauphin.

Pour Sun Keng, chauffeur de bateau d’excursion dans la zone de conservation des dauphins d’Anlong Kampi, dans la province de Kratie, depuis plus de vingt ans, la pêche électrique dans cette zone ne peut être tolérée. Il suggère que les autorités créent des entreprises alternatives et fournissent des prêts sans intérêt pour aider les gens à établir de nouveaux moyens de subsistance. Il exhorte également le public à se rendre dans la zone et le seul endroit où il est possible d’observer des dauphins de l’Irrawaddy dans leur habitat naturel.


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport     Société     Environnement 

bottom of page