Cambodge : Le CDC approuve 2,39 milliards de dollars de projets au premier trimestre

Au cours des trois premiers mois de l’année, le Conseil pour le développement du Cambodge (CDC) a annoncé l’approbation de certificats d’enregistrement définitifs pour 41 projets représentant un investissement total de plus de 2,39 milliards de dollars et devant créer 40 147 emplois.

Les annonces du CDC révèlent que la plupart des projets approuvés entre janvier et mars concernaient des secteurs tels que l’habillement, les chaussures et les articles de voyage, la transformation des fruits, l’assemblage de véhicules, les pneus de voiture, les hôtels, les hôpitaux et les centres commerciaux.
Les annonces du CDC révèlent que la plupart des projets approuvés entre janvier et mars concernaient des secteurs tels que l’habillement, les chaussures et les articles de voyage, la transformation des fruits, l’assemblage de véhicules, les pneus de voiture, les hôtels, les hôpitaux et les centres commerciaux.

Selon les chiffres du CDC, les 25 projets approuvés en janvier représentent la grande majorité de cette valeur, avec un capital total enregistré de près de 2,3 milliards de dollars.

La majeure partie de cette somme provient du projet de Kampot Logistics and Port Co ltd, qui prévoit la construction d’un port polyvalent doté d’un centre logistique, d’une valeur de 1,300 milliard de dollars, dans la ville de Bokor, située dans la province de Kampot.

Cependant, seuls quatre projets ont été approuvés en mars, avec un capital d’investissement total d'environ 13 millions de dollars.

Le vice-président de la Chambre de commerce du Cambodge (CCC), Lim Heng, a déclaré au Post que les demandes de projets d’investissement n’avaient pas ralenti de manière significative pendant la durée de la pandémie apparue fin 2019.

Il a attribué cette tendance aux politiques conçues pour attirer les investisseurs cambodgiens, aux accords de libre-échange (ALE) bilatéraux et multilatéraux, à la gestion efficace du Covid-19 et au fait que le Cambodge a été « le plus rapide de la région » à se rouvrir aux investisseurs étrangers.

Le vice-président de la Chambre de commerce du Cambodge
Le vice-président de la Chambre de commerce du Cambodge

Les « caractéristiques géographiques et stratégiques » susmentionnées ont attiré de nombreux investisseurs et touristes dans le Royaume, a-t-il déclaré.

Avec beaucoup d’enthousiasme, M. Heng a ajouté : « Et ce qui est spécial dans la dernière période, c’est que j’ai observé que les projets approuvés par le CDC étaient remarquablement diversifiés, représentant chacun l’industrie légère, moyenne et lourde. »

Pour lui, un mélange diversifié d’investissements serait le plus à même de stabiliser l’économie cambodgienne et d’offrir une protection contre la stagnation en cas d’essoufflement du marché des exportations.

Selon lui, un plus grand nombre d’accords de libre-échange et un éventail plus large et plus diversifié d’investissements contribueront à réduire la dépendance du Cambodge à l’égard des tarifs préférentiels qu’il pourrait potentiellement perdre à mesure que son économie se développe, tels que ceux prévus par le programme « Tout sauf les armes » de l’UE et les systèmes de préférences généralisées (SPG) de différents pays industrialisés.

Hong Vanak, de l’Académie royale du Cambodge, a salué le nombre de nouveaux projets d’investissement comme un « bon point de départ » pour 2022, malgré la persistance de la crise sanitaire.

Il a attribué cette performance à l’assortiment d’accords de libre-échange bilatéraux et régionaux du Royaume — qui, a-t-il souligné, ont été obtenus grâce aux efforts du ministère du Commerce et des ministères concernés — ainsi qu’à la coopération entre le CDC et les entreprises locales pour attirer les investissements étrangers.

M. Vanak a également cité d’autres facteurs importants, tels que la stabilité politique, une meilleure gouvernance macroéconomique, de nouvelles lois sur l’investissement et d’autres mesures de facilitation, ainsi que la politique de vaccination du gouvernement, qui ont tous, selon lui, fortement renforcé la confiance des investisseurs.

Les données de la Banque Nationale du Cambodge montrent qu’à la fin du premier trimestre 2021, les investissements directs étrangers (IDE) dans le Royaume s’élevaient à 39 milliards de dollars, la Chine se taillant la part du lion avec 44,2 %, suivie de la Corée du Sud (10,6 %), du Vietnam (6,3 %), de Singapour (6,2 %) et du Japon (5,8 %), la Malaisie, la Thaïlande, le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis représentant également une part considérable.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône