Artisanat : Chhat Sokhoeurb, la Cambodgienne qui tisse des paniers en tronc de bananier

Bien que Chhat Sokhoeurb ait été amenée à devenir tisserande et vendeuse de produits à base de tige de bananier par son jeune frère, c'est le coté social de l'entreprise qui l'intéresse.

Sokhoeurb tissant un panier à provisions vendu pour 10 $. Photo fournie
Sokhoeurb tissant un panier à provisions vendu pour 10 $. Photo fournie

Les sacs à main, les paniers à provisions et les porte-tasses à café de la petite entreprise « Anusa Khmer Banana Tree Weaving » sont les principaux produits proposés par Sokhoeurb, et elle travaille très dur pour s’assurer qu’ils soient les meilleurs du marché.

Avec des prix allant de 10 à plus de 20 dollars pour les paniers et les sacs à main, de nombreuses personnes intéressées par l’artisanat local se sont plaintes des prix élevés, car les matières premières sont faciles à trouver et bon marché.

Sokhoeurb, professeur dans un lycée de la province de Battambang, près de la station de Phnom Sampov, dans le district de Banan, explique :

« Je remarque que de nombreuses personnes manifestent de l’intérêt pour mes produits - mais lorsqu’elles entendent les prix, elles sont surprises. Je veux qu’ils sachent que je ne fais pas de gros bénéfices avec ces produits. Je fais ce travail parce que je l’aime. »
un panier à provisions
Un panier à provisions

« Je veux que le public comprenne les difficultés de la production. Ils pensent que parce que les matières premières sont faciles à trouver, elles ne devraient pas être trop chères. En réalité, ces articles ne sont pas faciles à produire », dit-elle.

Sokhoeurb raconte qu’elle a appris ce métier auprès de son jeune frère. Tous deux aiment créer des objets à partir des matériaux qui les entourent. Son frère se rendait souvent dans une ferme, où il avait besoin d’un panier pour transporter des légumes. Ne voulant pas dépenser de l’argent pour un sac en plastique, il a coupé quelques troncs et a décidé de tresser un panier après avoir étudié la technique sur une vidéo YouTube.

Le jeune homme, qui savait déjà tisser, a commencé à fabriquer des paniers simples pour la ferme. Plus tard, il a développé l’activité jusqu’à produire de nombreux et merveilleux motifs. C’est à peu près à cette époque que ces sacs sont devenus populaires auprès des Cambodgiennes, qui les portaient lors des mariages.

Sokhoeurb raconte que son sac a suscité l’intérêt de ses amies, qui ont demandé à son frère de leur en fabriquer des similaires. Après avoir reçu de nombreuses commandes, les deux frères et sœurs ont commencé à penser qu’ils pourraient créer une entreprise en utilisant son talent.

Selon elle, l’utilisation de bananiers est une nouvelle idée commerciale
Selon elle, l’utilisation de bananiers est une nouvelle idée commerciale

Selon elle, l’utilisation de bananiers est une nouvelle idée commerciale - les artisans utilisent habituellement de la jacinthe ou du bambou. En outre, cela aide beaucoup l’environnement. Si les ménagères vont au marché avec un panier de ce type, cela réduira l’utilisation de plastique, car sans un panier solide, elles se retrouveront avec beaucoup de sacs en plastique.

Sokhoeurb avance que cette technique de tressage est héritée de leurs ancêtres khmers et qu’elle avait presque disparu. Ils ont tous deux pensé que ce serait une idée commerciale fructueuse. Ils ont lancé l’entreprise à la fin de 2019, mais ont été perturbés par la pandémie de Covid-19. Son jeune frère a perdu confiance et a abandonné. Cependant, elle savait qu’elle regretterait plus tard de ne pas avoir exploité ce créneau.

Cela correspondait également à son désir de créer sa propre entreprise en plus de sa carrière d’enseignante au lycée. Elle a toujours su qu’elle voulait avoir sa propre activité, et que celle-ci devait être bénéfique à la société.

« Quand il s’est agi de l’entreprise, qui offre tant d’avantages, je ne pouvais tout simplement pas abandonner. J’ai commencé à apprendre de mon frère et à le faire moi-même pendant les périodes de verrouillage liées au Covid. J’ai également étudié le commerce et la gestion auprès de diverses institutions, notamment SHE Investments, GIZ, le PNUD et Mango Tango », dit-elle.

Adepte des produits tissés à la main, Eang Satya, une enseignante de 31 ans de la province de Battambang, a acheté un panier à provisions pour réduire son utilisation de sacs en plastique.

« Ils ont des qualités similaires, mais ces produits sont supérieurs », dit-elle.

Une propriétaire de café a acheté certains des produits de l’atelier SHE Investment, car elle soutient également les produits qui remplacent les produits en plastique.

Vong Chan In, a acheté les porte-gobelets à café pour son usage personnel et a fini par les revendre à de nombreux hôtels et restaurants de Siem Reap.

« Comme l’amour de la nature est inscrit dans mon ADN, j’ai voulu promouvoir les produits cambodgiens faits main et aider l’environnement », déclare-t-elle, ajoutant que la qualité des supports était bonne et qu’ils pouvaient être utilisés plusieurs fois.

« Khmer Banana Tree Anusa Weaving » n’a pas encore de personnel permanent, car il s’agit d’une petite entreprise
« Khmer Banana Tree Anusa Weaving » n’a pas encore de personnel permanent, car il s’agit d’une petite entreprise

Actuellement, Sokhoeurb emploie trois femmes âgées d’un village voisin, qui l’aident à fabriquer les porte-tasses à café.

Elle explique que le processus de production est très similaire à celui employé pour le tissage de la jacinthe. D’après son expérience, un sac en feuille de bananier peut être utilisé de six mois à un an, tandis qu’un panier peut durer plus d’un an, selon l’utilisateur.

« Je prends d’abord les troncs et je les fais sécher. Ensuite, je les coupe en bandes, qui peuvent être larges ou étroites, selon la préférence du client », dit-elle.

Une fois que les bandes sont tissées ensemble de manière serrée, elles sont très solides. Elle peut les transformer en motifs tout aussi beaux que les versions plus connues en jacinthe.

La fabrication d’un seul panier nécessite un grand bananier, ou plusieurs petits arbres.

« Je ne peux évidemment pas répondre à toutes les commandes des clients, car j’ai un emploi à plein temps et je ne fais que tisser des sacs et des paniers. Je forme mon personnel afin de l’aider à comprendre comment tisser davantage de produits. Nous n’avons aucun problème pour fabriquer les porte-tasses à café et nous répondons également aux commandes de Phnom Penh et de Siem Reap », dit-elle.

Les sacs et les paniers de l’Anusa Khmer Banana Tree Weaving ne sont pas encore disponibles pour les touristes, car elle ne prend actuellement que des commandes en ligne, la production est donc limitée.

Quant aux difficultés de l’entreprise, l’enseignante confie que si elle n’était pas passionnée, elle abandonnerait facilement comme son jeune frère.

« Je voudrais lancer un appel au public - si vous êtes intéressés par les produits tissés à la main, essayez de comprendre les difficultés de la production, pas seulement pour mon entreprise, mais pour tous les produits faits à la main », conclut-elle.

Contacter Sokhoeurb

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône