Tonlé Sap & Photographie : Entre le lac et les étoiles par Zalmaï Ahad

Zalmaï Ahad, le talentueux photographe afghan met les communautés du lac Tonlé Sap à l’honneur. À travers une belle série de photos, l’artiste Zalmaï espère contribuer à donner une voix et à attirer l’attention sur la situation des communautés du Grand Lac.

Un père veille sur ses enfants dans leur embarcation sur le lac Tonlé Sap
Un père veille sur ses enfants dans leur embarcation sur le lac Tonlé Sap

Exposition sur site

La plupart des expositions de photographies se déroulent en général au centre-ville, dans des cafés, des galeries d’art et d’autres endroits, ce que le public apprécie en général. Mais, pour les démunis ou ceux qui vivent à la campagne, il est difficile voire impossible d’admirer ces expositions. C’est pourquoi l’événement artistique « Entre le lac et les étoiles » se déroulera en premier lieu à la clinique flottante du lac Tonlé Sap à partir du 15 décembre 2020. « Il faut que les familles de pêcheurs et autres Cambodgiens vivant dans les zones reculées du lac puissent les contempler », explique, le photographe Zalmaï auteur de l’intégralité des photographies de cette exposition originale.

« Lorsque certaines de ces familles vivant sur le lac m’ont demandé pourquoi je prenais des photos, j’ai essayé de leur expliquer ma démarche et j’ai également promis de leur montrer les clichés »

« Enfin, avec le soutien de The Lake Clinic (TLC), je peux tenir ma promesse et leur montrer. «C’est un projet très original et insolite et je suis vraiment intéressé de voir quelle sera la réaction des gens sur le lac », ajoute-t-il.

Zalmaï

Né en Afghanistan, Zalmaï a quitté son pays pour la Suisse lors de l’invasion soviétique en 1980. Après des études de photographie, il devient reporter photographe indépendant, passant de l’Indonésie à l’Égypte, de Cuba à la République centrafricaine et les États-Unis, et couvrant également le conflit en Afghanistan.

Lauréat de plusieurs prix de photographie, Zalmaï a publié son travail dans des publications telles que le New York Times Magazine, Time, Harper’s Magazine, Newsweek et La Republica. Zalmaï a également travaillé pour des ONG et des organisations telles que Human Rights Watch, le Comité international de la Croix-Rouge et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Une femme, à droite, ajuste son masque pour se conformer aux mesures COVID-19
Une femme, à droite, ajuste son masque pour se conformer aux mesures COVID-19

Zalmaï s’est rendu au Cambodge à plusieurs reprises pour assister à l’Angkor Photo Festival à Siem Reap. Mais après la clôture du festival en décembre 2019, il n’a pas pu rentrer chez lui en raison de la pandémie. Il a donc commencé à travailler comme photographe bénévole pour The Lake Clinic. Cette clinique fournit des soins de santé gratuits aux enfants et aux adultes des communautés flottantes du lac Tonlé Sap. Zalmaï explique :

« J’ai un ami qui m’a présenté à The Lake Clinic et j’ai commencé à voyager avec eux sur le lac… dans les endroits les plus reculés »

« Il n’y a pas d’hôpital, pas de clinique pour ces populations éloignées qui souffrent de malnutrition, de maladies liées à la pollution du lac, à la sécheresse, à la dépression et aux conséquences économiques du coronavirus, qui frappe silencieusement ses habitants », ajoute-t-il.

Montrer la vie des pêcheurs du lac

Axée sur les villages flottants du Tonlé Sap, cette série de photographie vise à capter les préoccupations, et les difficultés des villageois, raconte Zalmaï. « Lors de mon séjour sur le lac, j’ai rencontré beaucoup de Cambodgiens qui m’ont ouvert leur cœur, fait part de leur douleur, leur joie, et cela m’a permis de capturer des moments intimes de leur vie », confie-t-il. À travers ce projet, Zalmaï entend également offrir une perspective et une visibilité plus larges aux personnes qui ont rarement l’occasion d’être vues, de montrer la vie des pêcheurs du lac et ce qui se passe dans les zones rurales du Cambodge. Et, il en a profité également pour documenter les conséquences du réchauffement climatique dans la région. Zalmaï espère que la population célébrée à travers ces prises de vue se sentira valorisée par ces images de leur vie quotidienne.

Il souhaite également que les photos puissent leur donner une voix et un sentiment de fierté en leur donnant l’occasion d’exprimer leurs points de vue tout en réfléchissant et en identifiant les problèmes auxquels ils sont confrontés en tant qu’individus et aussi en tant que communauté. Des entrevues avec des villageois du Grand Lac seront enregistrées pendant l’exposition à The Lake Clinic afin que leurs histoires et leurs impressions puissent être partagées avec les autres Cambodgiens.

Après l’exposition, qui se terminera le 20 décembre, Zalmaï exposera probablement les photos dans un lieu plus accessible au grand public. « Cette série de photos cherche également à créer une ligne de communication avec le monde extérieur afin que les autres puissent mieux comprendre les besoins et les préoccupations des communautés lacustres du Cambodge », conclut Zalmaï.

Phoung Vantha. Avec l’aimable autorisation de Cambodianess. Version anglaise disponible ici

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône