Siem Reap & Initiative : Suosdey France, entre ambitions et incertitudes

Après la Semaine française en 2018 et 2019 puis la Biennale du film francophone en 2020, la section siemreapoise de la CCIFC prépare l’organisation d’un nouvel événement. Baptisé Suosdey France, ce dernier devra adapter ses ambitions à une situation sanitaire incertaine.

Inauguration de la 1e semaine française en 2018
Inauguration de la 1e semaine française en 2018

Faire découvrir l’étendue du savoir-faire français présent à Siem Reap : tel sera le but de Suosdey France, alternative à une Semaine française rendue trop délicate à organiser par « l’événement du 20 février » et ses conséquences. La grande célébration festive, avec la foule se pressant entre les stands des exposants, assistant aux spectacles et aux conférences, devra être remplacée par des activités privilégiant distanciation sociale et gestes barrières.

Faire découvrir les savoir-faire de Siem Reap
Faire découvrir les savoir-faire de Siem Reap

Pas de quoi, pourtant, décourager les bonnes volontés qui s’activent en coulisse pour préparer ce nouvel évènement. Jamais à court d’idées, les bénévoles de la section locale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Cambodge ont imaginé une nouvelle manière de mettre en valeur les entrepreneurs français.

Pas de foire, mais des journées portes ouvertes

Nombreuses sont, en effet, les entreprises, les initiatives et les réussites mettant en valeur cette « French Touch » qui s’exporte si bien. Afin de les promouvoir auprès du grand public, une première réunion, qui s’est tenue le vendredi 12 mars, a dévoilé les contours de cet événement. « Il a bien évidemment fallu tenir compte de la dégradation sanitaire en cours, qui exclut la tenue d’une grande foire comme ce fut autrefois le cas », précisent les organisateurs, ajoutant :

« Ce genre d’événement est beaucoup trop long et complexe à organiser en regard de la situation pleine d’incertitudes que nous traversons actuellement »

Exit, donc, les jardins du Raffles, qui font place à deux journées portes ouvertes qui se dérouleront au sein des entreprises participantes. Prenant en compte la palette des talents exerçant à Siem Reap, la CCIFC a imaginé quatre parcours placés sous les thèmes de la gastronomie, du bien-être, des créateurs de mode et des artisans. Un partenariat avec une compagnie de tuktuks est envisagée afin d’assurer des navettes entre les différents lieux.

de la 1e semaine française en 2018
Le stand Eric Raisina lors de la 1e semaine française en 2018

Un public avide de découvertes

Les entreprises participantes ont commencé à imaginer les activités qui seront proposées au public. « Nous allons, beaucoup plus que les années précédentes, axer notre communication sur le public Cambodgien, qui constituera l’essentiel des visiteurs », explique Pierre-André Romano, Président de la section locale. Un public qui avait déjà manifesté son intérêt pour le savoir-faire français lors de la récente « Made in Siem Reap Fair » qui s’est tenue à Phnom Penh en janvier dernier. De grands noms de la mode et du secteur de l’hospitalité ont annoncé leur présence, rejoints par des auto-entrepreneurs et des artistes qui verront leurs œuvres exposées. Une soirée de clôture, comme ce fut le cas lors de la Ohlala ! Party de l’édition 2019, n’est envisagée que si les conditions le permettent, mais le défilé des créateurs devrait quant à lui être maintenu.

Lors du récent « Made in Siem Reap Fair »
Lors du récent « Made in Siem Reap Fair »

S’adapter aux circonstances

Car il faudra composer avec l’imprévisibilité qui dicte cette période de crise. Si les jours fériés des 17 et 18 avril, qui suivront le Nouvel An Khmer, sont envisagés, rien ne permet de fixer une date avec certitude. Selon les organisateurs,  la situation évolue actuellement de jour en jour et il est probable que nous ne puissions pas nous en tenir à ces dates.

« Mais cela n’empêche aucunement de préparer l’événement, quitte à le différer en mai, juin, et même pourquoi pas juillet »

C’est pour cela que les entreprises ou les particuliers désirant afficher leur présence lors de ce Suosdey France sont invités à s’inscrire auprès de la CCIFC. Les membres de l’organisation seront exemptés des frais d’inscription, qui, assure Pierre-André Romano, resteront modiques pour les autres. « Le budget a été considérablement réduit, étant donné que nous n’avons pas d’emplacement à louer et une organisation moindre que celle des autres années. Et nous pouvons aussi bénéficier d’une subvention allouée par la France. Grâce à cela, les frais de participation, s’ils restent encore à déterminer, seront inférieurs à 50 dollars. »

Khéma et Cambodge Mag lors de lors de la 1e semaine française en 2018
Khéma et Cambodge Mag lors de lors de la 1e semaine française en 2018

Une vingtaine d’entreprises ont d’ores et déjà confirmé leur présence, et d’autres devraient bientôt rejoindre cette initiative. Il leur suffit pour cela de contacter la CCIFC à l’adresse suivante : siemreap@ccifcambodge.org

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône