top of page
Ancre 1

Presse : Décès de John Pilger, 1er journaliste à avoir attiré l'attention sur le génocide cambodgien

John Richard Pilger était un journaliste, écrivain et réalisateur de documentaires australien. L’homme, surtout connu pour ses reportages sur le génocide cambodgien, qui ont permis d’attirer l’attention de la communauté internationale sur ce drame, est décédé le 30 décembre 2023 d’une fibrose pulmonaire à l’âge de 84 ans.

Pilger était un franc critique de la politique étrangère américaine, australienne et britannique, qu’il considérait comme « guidée par un agenda impérialiste et colonialiste ». Il a notamment violemment critiqué la façon dont son pays natal traitait les indigènes australiens.

La carrière de Pilger en tant que réalisateur de documentaires a commencé avec The Quiet Mutiny (1970), réalisé lors d’une de ses visites au Vietnam, et s’est poursuivie avec plus de 50 documentaires.

Parmi ses autres œuvres, on peut citer Year Zero (1979), sur les conséquences du régime de Pol Pot au Cambodge, et Death of a Nation : The Timor Conspiracy (1993). Ses nombreux films documentaires sur les aborigènes comprennent The Secret Country (1985) et Utopia (2013). Dans la presse écrite britannique, Pilger a travaillé au Daily Mirror de 1963 à 1986 et a écrit une chronique régulière pour le magazine New Statesman de 1991 à 2014.

Pilger a remporté le prix du journaliste britannique de l’année en 1967 et en 1979. Ses documentaires ont été récompensés en Grande-Bretagne et dans le monde entier.

Le Cambodge

Year Zero: the Silent Death of Cambodia (Année zéro : la mort silencieuse du Cambodge)

En 1979, Pilger et deux collègues avec lesquels il a collaboré pendant de nombreuses années, le documentariste David Munro et le photographe Éric Piper, sont entrés au Cambodge au lendemain de la chute du régime de Pol Pot. Ils ont réalisé des photographies et des reportages exclusifs. Le premier a été publié dans un numéro spécial du Daily Mirror. Ils ont également produit un documentaire pour ITV, Year Zero : the Silent Death of Cambodia (Année zéro : la mort silencieuse du Cambodge).

Des images obsédantes d'enfants décharnés et de médecins luttant pour sauver des vies ont ensuite été diffusées dans le documentaire qui a été regardé dans 50 pays par 150 millions de téléspectateurs et a remporté plus de 30 prix internationaux.

cette tragédie humaine dans un contexte politique, il rejette la responsabilité sur les États-Unis, qui ont bombardé secrètement et illégalement le Cambodge, créant ainsi les troubles qui ont permis à Pol Pot de s'emparer du pouvoir.

De plus, selon Pilger, les gouvernements occidentaux n'ont pas voulu apporter une aide substantielle aux dirigeants du Cambodge, de peur de déplaire aux États-Unis, qui avaient été vaincus dans la guerre du Vietnam quatre ans plus tôt.

À la suite de la diffusion de Year Zero, quelque 45 millions de dollars ont été collectés, de manière spontanée, principalement sous forme de petits dons, dont près de quatre millions de livres sterling collectées par des écoliers britanniques. Cette somme a permis de financer la première aide substantielle au Cambodge, notamment l’envoi de médicaments vitaux tels que la pénicilline, et de vêtements pour remplacer les uniformes noirs que les gens avaient été contraints de porter.

Selon Brian Walker, directeur d’Oxfam, « un élan de solidarité et de compassion a traversé notre nation » après la diffusion de Year Zero.

William Shawcross - auteur de The Quality of Mercy : Cambodia, Holocaust and Modern Conscience (1984) - a évoqué la série d’articles de Pilger sur le Cambodge parus dans le Daily Mirror en août 1979 :

Une qualité assez intéressante de ces articles était leur concentration sur le nazisme et l’holocauste. Pilger a qualifié Pol Pot de « Hitler asiatique » - et a dit qu’il était encore pire qu’Hitler...Pilger compare sans cesse les Khmers rouges aux nazis.

L’idéologie marxiste-léniniste des Khmers rouges n’a même pas été mentionnée dans le Mirror, si ce n’est pour dire qu’ils s’inspiraient des gardes rouges. Leurs origines intellectuelles ont été qualifiées d’« anarchistes » plutôt que de communistes ».

Year Zero : the Silent Death of Cambodia (Année zéro : la mort silencieuse du Cambodge)

Shawcross écrit dans The Quality of Mercy que ‘les rapports de Pilger ont confirmé presque tout ce que les réfugiés le long de la frontière thaïlandaise avaient dit sur la cruauté du régime des Khmers rouges depuis 1975, et qui était déjà apparu dans les livres du Reader’s Digest et de François Ponchaud’.

Dans Heroes, Pilger conteste le récit de François Ponchaud et Shawcross sur les atrocités commises par les Vietnamiens lors de « l’invasion vietnamienne » et de la quasi-famine, estimant que rien nétait étayé par des preuves solides.

Selon Pilger, « l’effet de l’exposé de Shawcross sur le traitement des Cambodgiens par les Vietnamiens a été de brouiller la différence entre le Cambodge de Pol Pot et le Cambodge libéré par les Vietnamiens : en vérité, la même différence qu’entre le jour et la nuit. »

Pilger et Munro ont ensuite réalisé quatre films sur le Cambodge. Le documentaire intitulé Cambodia - The Betrayal (1990) a donné lieu à une action en diffamation qui a été réglée par la Haute Cour avec une condamnation de Pilger et de Central Television. Le Times du 6 juillet 1991 rapportait :

Deux hommes qui prétendaient qu’un documentaire télévisé les accusait d’être des membres du SAS ayant entraîné les Khmers rouges de Pol Pot à poser des mines, ont accepté des dommages-intérêts « très substantiels » pour diffamation devant la Haute Cour.

Christopher Geidt et Anthony De Normann ont réglé leur action contre le journaliste John Pilger et Central Television au troisième jour de l’audience. Desmond Browne, QC, pour M. Pilger et Central Television, a déclaré que ses clients n’avaient pas eu l’intention d’alléguer que les deux hommes avaient entraîné les Khmers rouges à poser des mines, mais qu’ils reconnaissaient que « c’était ainsi que l’émission avait été comprise ».

 
 

コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加

Merci pour votre envoi !

bottom of page