Parcours & Musique : Joshua Chiang et l'amour inspirant pour le Cambodge

Après avoir passé son temps à effectuer des allers-retours entre la Cité du Lion et Phnom Penh il y a dix ans, le chanteur et auteur-compositeur singapourien Joshua Chiang a décidé de s’installer au Cambodge en 2013 en raison de son attachement au pays.

Le premier album solo de 12 titres de Chiang, Everything Under The Sun, est sorti aujourd’hui sur Cerealbox Records. Photo Robin Narciso
Le premier album solo de 12 titres de Chiang, Everything Under The Sun, est sorti aujourd’hui sur Cerealbox Records. Photo Robin Narciso

Depuis lors, Chiang se produit très fréquemment sur la scène musicale de Phnom Penh — qu’il joue en solo, avec des groupes ou dans l’une des nombreuses soirées « open mic » de la ville — et il a gagné le respect des musiciens locaux grâce à la force de sa voix, à son talent d’auteur-compositeur et à son attitude amicale.

Son premier album solo, « Everything Under The Sun », est sorti récemment, le 21 avril 2022, chez Cerealbox Records. Les paroles de ses chansons, essentiellement biographiques, retracent son voyage de Singapour au Cambodge et l’album est ponctué de différents épisodes marquants de sa vie.

« L’album parle de moi et des voix que je ne peux pas éteindre. C’est une phrase de la chanson titre. Il s’agit de vieillir, mais pas nécessairement de devenir plus sage. Je pense avoir compris certaines choses sur la façon d’aimer. »

« J’ai peut-être appris à mieux gérer la réalité de l’impermanence. Mais je n’ai toujours pas compris la plupart des choses du monde, alors j’écris sur ces pensées. Il y a aussi une chanson sur la façon de survivre aux holocaustes nucléaires, aux apocalypses de zombies et aux soulèvements de robots. Je ne sais pas comment elle s’est retrouvée là », explique Chiang au Post.

L’album de 12 titres, mixé et masterisé par Patrick Chng, vétéran de l’indie-rock à Singapour, est une collection de chansons originales qui se situent à mi-chemin entre rock et pop et qui témoignent de la musicalité et de la polyvalence de Chiang - la première étant affinée, la seconde acquise au cours de près d’une décennie de concerts avec une multitude de musiciens dans divers lieux de la capitale.

L’album présente un mélange d’influences de genres pour créer avec talent des mélodies entraînantes et mémorables. C’est l’aboutissement de nombreuses années d’écriture de chansons, qui ont commencé lorsque Chiang abordait la trentaine et souhaitait évoquer sa transition de l’âge adulte vers la maturité.

« J’ai recommencé à écrire des chansons durant ma deuxième année à Phnom Penh, mais l’idée d’un album n’est venue qu’en 2016 »

« C'était juste après que ma petite amie de l’époque, devenue ma femme, et moi-même ayons vécu une expérience qui a changé notre vie et nous a fait comprendre — au moment où j’atteignais moi aussi la quarantaine — que nous devions commencer à œuvrer à la réalisation de notre bucket list, car la vie peut être imprévisible. J’ai donc abordé la réalisation de cet album comme s’il s’agissait de ma seule et dernière déclaration au monde », explique Chiang.

L’auteur-compositeur-interprète singapourien de 46 ans s’est installé au Cambodge en 2013 et depuis, il s’est installé dans le royaume. photo Robin Narciso
L’auteur-compositeur-interprète singapourien de 46 ans s’est installé au Cambodge en 2013 et depuis, il s’est installé dans le royaume. photo Robin Narciso

Everything Under The Sun a été enregistré par Chiang dans son home studio et il joue lui-même la plupart des instruments de l’album.

Chiang déclare que même s’il apprécie les retours positifs de ses amis, d’après son expérience, ce sont toujours les réponses d’inconnus qui mesurent la véritable qualité du travail - ou à tout le moins, les compétences marketing du musicien, plaisante-t-il.

Chiang confie avoir quitté Singapour pour Phnom Penh parce que, même si Singapour est un endroit où il fait bon vivre pour de nombreuses raisons, il ne s’y est jamais senti heureux.

La deuxième fois qu’il s’est rendu au Cambodge, fin 2012, il y est resté deux mois tout en travaillant en free-lance à distance pour subvenir à ses besoins. Lorsqu’il a dû rentrer chez lui, il a été frappé par la tristesse que cela lui a causée et il a passé les six mois suivants à Singapour à regretter de ne pas être au Cambodge.

« J’aime retourner à Singapour tous les deux ou trois mois pour rendre visite à mes parents et à mes amis. J’aime aussi visiter les bibliothèques et les musées et effectuer des randonnées dans les réserves naturelles. Je pense donc que mon pays est formidable, à condition de le prendre à petites doses », déclare Chiang.

En plus d’être un musicien de scène bien connu en ville, Chiang est également un illustrateur prolifique. Les tirages et les cartes de vœux reprenant les illustrations de sa série « Candidature Cambodia » font partie des objets de collection les plus vendus parmi les expatriés et les touristes.

« Lorsque je suis arrivé ici, j’étais scénariste, illustrateur et dessinateur de story-board indépendant pour la télévision et l’animation. Je le suis toujours, mais depuis, j’ai ajouté à la liste de mes occupations actuelles celles de dessinateur de bandes dessinées, d’animateur, d’entrepreneur, d’éducateur et d’auteur-compositeur-interprète », explique-t-il.

Chiang considère que Phnom Penh est un excellent endroit pour les musiciens, car de nombreux lieux sont étonnamment disposés à accepter que les gens jouent leurs propres chansons plutôt que des reprises, et cette ouverture l’a encouragé à recommencer à écrire une fois installé ici.

Il confie aussi aimer la scène musicale locale ainsi que sa diversité et son talent, qui le motivent à chercher continuellement des moyens d’améliorer ses performances et ses chansons, tout en l’exposant à de nouveaux sons et en l’inspirant sur le plan créatif.

« Il ne s’en rend peut-être pas compte lui-même, mais l’un des musiciens expatriés envers qui j’ai une grande dette de gratitude est Scott Bywater. C’est l’un des types les plus humbles qui soient et le simple fait de se présenter assidûment chaque dimanche au micro ouvert de Tacos Kokopelli et de jouer ses chansons originales — que le public reprend parfois en chœur — m’a appris à ne pas trop m’inquiéter de jouer mes propres chansons sous prétexte qu’elles ne sont pas familières au public », déclare Chiang.

Payer les factures

La musique est l’une des passions de Chiang, mais c’est son « travail de jour » qui paie les factures. Il explique que son travail d’illustrateur lui apporte beaucoup de satisfaction et que certains diraient probablement qu’il est meilleur illustrateur que chanteur, mais il ne pense pas que le fait que l’un lui permette de gagner sa vie et pas l’autre doive nécessairement privilégier une activité par rapport à l’autre.

Toutefois, certains jours, dit-il, il ne sait vraiment pas pourquoi il joue encore de la musique, car c’est épuisant, difficile et souvent décourageant, et il envisage parfois d’abandonner. Il lui arrive parfois d’envisager d’abandonner.

« Mais un air me vient soudainement à l’esprit et je prends mon téléphone pour l’enregistrer immédiatement, de peur d’oublier. Ce n’est pas une vocation, c’est une compulsion », dit Chiang.

Selon Chiang, les sources d’inspiration de sa musique sont toutes des rencontres et, bien qu’il soit satisfait de la cohérence du son de l’album, il n’avait pas l’intention d’élaborer un grand concept ou un thème global.

« En fait, j’ai écrit beaucoup plus de chansons que celles qui figurent sur l’album, mais j’ai choisi les 12 qui me semblaient aller bien ensemble. Peut-être que j’utiliserai les autres chansons pour un E. p. de faces B ou autre chose », dit-il.

L’artiste précise que pour son prochain projet, il possède plusieurs chansons écrites il y a des années, lorsqu’il vivait encore à Singapour, et pour lesquelles il éprouve suffisamment de nostalgie pour décider de les dépoussiérer et d’en faire de véritables enregistrements.

« Nous n’avons pas tous la chance de gagner notre vie en faisant uniquement ce que nous aimons. Mais il est si important de toujours cultiver un espace dans sa vie pour faire quelque chose de créatif que l’on aime, car cela rend tout ce que l’on doit faire pour survivre beaucoup plus supportable », dit-il.

Mais sa priorité immédiate et son énergie créative doivent aller au travail apparemment sans fin de promotion de l’album pendant qu’il peut encore être étiqueté de manière crédible comme « nouveau » pour les journalistes musicaux et les médias qui pourraient l’aider à obtenir une couverture.

Il annonce qu’il va proposer des performances vidéo en direct, plus de spectacles et d’autres projets et événements qui, espérons-le, aideront à augmenter le nombre de ses fans et auditeurs.

Lorsqu’on lui demande s’il a des conseils à donner, Chiang n’hésite pas et ne mâche pas ses mots :

« Passez moins de temps à regarder passivement des vidéos sur YouTube et plus de temps à créer activement vos propres vidéos… ou de la musique, des livres, de l’art — n’importe quoi ! Mais si vous devez regarder plus de vidéos, alors abonnez-vous au moins à ma chaîne YouTube joshuachiangmusic », conclut-il.

 

La musique de Chiang est également disponible sur Bandcamp, Spotify, Amazon Music, iTunes et Deezer.

D'autres liens vers sa musique ici : bit.ly/ChiangMusic et bit.ly/ChiangShows

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône