Hommage & Histoire : Le Temps des Apsaras

En 1962, la princesse Buppha Devi est au sommet de sa gloire de danseuse. Le réalisateur français Marcel Camus, tourne un film dans les ruines d’Angkor Wat. Ce sera l’un des rares films occidentaux dont toute l’action se situe principalement sur le site d’Angkor.

L’Oiseau de Paradis

Et, bien sûr, pour l’une des scènes finales, Marcel Camus souhaite que la Princesse interprète une danse traditionnelle. Marcel Camus avait eu la palme d’or au festival de cannes en 1959 avec le film « Orfeu Negro ».Le film « L’oiseau de Paradis » aura une jolie carrière européenne, il deviendra un film culte grâce à ses décors, a ses acteurs, et surtout grâce aux scènes danse exécutées par la princesse dans une atmosphère envoûtante et mystérieuse.

Apsara

Mais c’est en 1966, dans le film de son père Norodom Sihanouk, Apsara, que la princesse pourra montrer une nouvelle fois ses talents de danseuse, mais aussi de vraies qualités d’actrice. Le scénario du film, la première production en 35 mm du roi-père, est ambitieux. Le général Rithi est un homme riche et puissant, sur le point de se marier, mais il tombe follement amoureux de Neang (Kantha Devi), jeune danseuse orpheline de père.

Apsara

Mais la belle danseuse a un ami d’enfance, Phâli, un jeune aviateur. Les deux jeunes gens se sont jurés à une éternelle fidélité. Le général, ébloui par la beauté, demandera la main de la jeune danseuse étoile. La mère de Kantha, pauvre, mais ambitieuse, autorise le général à épouser la jeune Kantha. La jeune danseuse étoile ne pourra protester et le mariage avec le général aura bien lieu.

La cérémonie est somptueuse, tout comme le dîner du soir. Cette scène sera l’occasion d’une des rares apparitions au cinéma du chanteur très populaire des années 50 et 60, Sin Sisamouth, en duo ici avec Sieng Dy. Kantha ne peut oublier son ami Phâli. Elle demandera à faire chambre à part pour la nuit de noces. Le lendemain, elle décide courageusement d’expliquer la situation au général. Mais, au final, le général est ému et comprend la jeune fille. À la fin de l’histoire, elle pourra retrouver le jeune aviateur.

Mais que pensent la princesse et ses amis de cette courte carrière d’actrice ?

Actrice ou danseuse

Pour Lady Ravynn Karet Coxen, amie et fondtrice de l'école Buppha Devi :

« Ce sont deux différentes facettes de Son Excellence. Elle peut être une actrice. Elle est la gardienne de la flamme secrète, elle est l’Apsara, elle est une maman formidable, avec tous ses enfants autour d’elle. Mais dans mon esprit, je ne peux pas parler de la princesse comme de plusieurs personnages, elle est la princesse, elle est ELLE tout simplement.

« C’est un ensemble général de sa carrière, c’est comme une auréole, c’est tout rond. Il n’y pas d’angles, c’est un univers parfait, comme une lune »

Il est vrai que la deuxième carrière de la princesse sera consacrée surtout à transmettre son art de la danse aux jeunes générations. Elle produira quelques films avec ses danseuses du ballet royal, mais toutes gardent en priorité une passion inconditionnelle pour la danse classique.

Dans « La forêt enchantée » toujours réalisée par son père le roi Norodom Sihanouk en 1966, la Princesse joue alors le rôle de Préah Anoch, une princesse khmère. Le film du roi père est un hommage à Bouddha, mais aussi aux forces de la nature et à la beauté du Royaume khmer.

La Forêt Enchantée (1966)

Sous prétexte d’un groupe de chasseurs égarés dans la forêt, et secourus par la princesse, Norodom Sihanouk rappelle les préceptes bouddhiques et invite aussi au respect de la nature. La peinture sociale est présente, un peu plus féroce que dans le film Apsara. Mais le roi cinéaste parvient très habilement à tourner un peu en dérision l’aristocratie de l’époque.

La forêt enchantée n’est pas seulement un conte, c’est aussi une leçon de morale et une peinture sociale très habile. « La forêt enchantée » montrera bien sûr une danse exécutée par la Princesse. Préah Anoch y interprétera la « danse brahmane »¸ au son de l’orchestre « mohori ». Préah Anoch est irréelle et féerique avec son costume blanc brodé d’or et sa coiffe spéciale de brahmane.

Actrice ou danseuse prodige ? Comment Son Altesse Royale la princesse Norodom Buppha Devi décidait-elle de ses choix de carrière ? Pour lire la réponse, cliquer sur son interview ici...

Christophe Gargiulo

BANNIERE_BAS_807X123_SERIES_FR_1.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône