Histoire : Le 15 mars 1992, quand l'APRONUC venait « construire une nation »

Il y a un peu plus de 30 ans, le grésillement d’une radio dans un camp de réfugiés à la frontière thaïlandaise permettait à Sam Sophal d’apprendre que les Nations unies intervenaient dans son pays ravagé par la guerre.

Pour Sam Sophal, qui n’a survécu au génocide des Khmers rouges que parce que sa mère avait soudoyé les bourreaux khmers rouges avec sa montre en argent, la promesse de paix était irrésistible.

L’Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC) est arrivée le 15 mars 1992 avec de grandes espérances, la première opération de construction nationale des Nations unies après l’effondrement de l’Union soviétique ayant suscité l’espoir de voir la démocratie s’épanouir dans le monde entier.

Mais bien avant l’effondrement de l’Afghanistan l’année précédente et les coûteuses missions internationales en Irak, au Kosovo et ailleurs, le Cambodge avait montré les défauts et limites de la construction d’une nation.

À l’époque, l’APRONUC était la mission la plus ambitieuse et la plus coûteuse des Nations unies, avec un coût de 1,6 milliard de dollars et 20 milliards de dollars d’aide internationale qui ont suivi.

« Je me sentais très fier à l’époque de l’APRONUC parce que j’étais la première génération à apporter la paix au Cambodge », déclare Sam Sophal, 60 ans, qui avait trouvé un emploi de traducteur au sein de la mission peu après son lancement.

Le Premier ministre Hun Sen, le même homme au pouvoir avant la mission de l’APRONUC, reste le chef de file, dirigeant ce que les critiques appellent un gouvernement autoritaire. Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, rejette régulièrement ces accusations selon lesquelles Hun Sen est un autocrate, affirmant qu’il œuvre pour la paix et la démocratie depuis 1979.

Les Nations unies estiment de leur côté que le mandat initial de l’APRONUC, qui consistait à « restituer au peuple cambodgien et à ses dirigeants démocratiquement élus leur responsabilité première en matière de paix, de stabilité, de réconciliation nationale et de reconstruction avait été rempli ».

Ciel bleu

Une prophétie annonçant un « dieu aux yeux bleus » qui bénirait et restaurerait un jour la terre s’était répandue dans les villages pendant les années les plus sombres du Cambodge. Ainsi, lorsque l’APRONUC est arrivée avec son drapeau et ses casques bleu ciel, elle a été perçue comme une incarnation de cette divinité, certains allant jusqu’à peindre leurs maisons dans une teinte bleue ONU, se souvient Youk Chhang, directeur exécutif du Centre de documentation du Cambodge.

« Conflits, génocides, invasions, réfugiés… et puis soudain, le ciel est devenu bleu », dit-il.

Ancien protectorat français, le Cambodge a subi, au début des années 1990, des décennies de conflits. Pendant les quatre années du régime des Khmers rouges, on estime que 1,7 million de personnes, soit environ un cinquième de la population, ont péri. Une intervention vietnamienne a renversé les Khmers rouges en 1979, déclenchant une guerre dans laquelle les maoïstes évincés et deux autres factions ont combattu les Vietnamiens et leurs alliés cambodgiens.

Un soldat indien de l’ONU monte la garde à l’extérieur d’un centre de vote dans la ville de Kampong Cham, à environ 100 kilomètres au nord-est de Phnom Penh, alors que les Cambodgiens observent le déroulement du scrutin le premier jour des élections nationales, au Cambodge, le 23 mai 1993.
Un soldat indien de l’ONU monte la garde à l’extérieur d’un centre de vote dans la ville de Kampong Cham, à environ 100 kilomètres au nord-est de Phnom Penh, alors que les Cambodgiens observent le déroulement du scrutin le premier jour des élections nationales, au Cambodge, le 23 mai 1993.

Les principales réussites de l’APRONUC ont été de ramener des centaines de milliers de réfugiés des camps frontaliers à temps pour les élections de mai 1993, où près de 90 % des électeurs se sont rendus aux urnes.

« Pour la première fois, nous nous sommes sentis très libres », déclare Youk Chhang, qui a passé deux semaines dans un bureau électoral à surveiller les bulletins de vote.

« C’était un sentiment magnifique », dit-il.

Mais Hun Sen, premier ministre avant l’APRONUC, est arrivé en seconde position et s’est rapidement plaint de fraude électorale. Il a alors exigé un accord de partage du pouvoir qui a vu celui qui avait remporté le vote, le prince Norodom Ranariddh, et Hun Sen prendre les rôles de premier et deuxième Premiers ministres.

« Dans le monde, il n’existe pas deux Premiers ministres », déclare Sam Sophal, toujours déconcerté par cet arrangement.

« Pensez à une voiture et deux conducteurs, qui va prendre le relais ? ».

La coalition a fini par se désintégrer, les forces armées fidèles à Hun Sen ayant évincé Ranariddh en 1997.

Reproches

Rétrospectivement, on reproche à l’APRONUC d’avoir cédé aux exigences de Hun Sen et d’être partie en septembre 1993. Mais même à l’époque, beaucoup disent qu’il était évident que son mandat était fantaisiste.

« Les personnes qui l’ont planifié avaient perdu la tête. C’était définitivement une mission impossible », déclare l’universitaire et auteur Craig Etcheson, ajoutant :

« S’attendre à ce que tous ces gens soient parachutés dans un pays détruit, une culture étrangère, sans aucune connaissance de la langue, et qu’elles accomplissent quoi que ce soit était assez fou. »

 

Avec l'aimable autorisation de VOA. Pour des raisons de clarté, seuls les événements essentiels ont été retranscrits dans ce rappel historique concernant l’APRONUC.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône