top of page
Ancre 1

Histoire & Khmers rouges : Du besoin urgent de finaliser le projet de musée-institut du génocide de l'Institut Sleuk Rith

L'année prochaine marquera le 50e anniversaire de la marche des Khmers rouges sur Phnom Penh, qui a transformé le Cambodge en un véritable enfer pendant les quatre années suivantes, conduisant à l'une des plus grandes atrocités de l'histoire.

Nous ne saurons jamais vraiment combien de Cambodgiens ont péri, mais même les chiffres les plus prudents sont terrifiants. Pratiquement tous les Cambodgiens, y compris les cadres khmers rouges, ont été victimes. Tous ceux qui ont péri n’ont pas été tués délibérément, de même que toutes les atrocités n’ont pas été commises dans un but génocidaire. Il n’en reste pas moins que la période du Kampuchea démocratique est l’une des plus horribles, des plus meurtrières et des plus meurtrières de l’histoire de l’humanité.

L’héritage du régime de Pol Pot ne concerne pas seulement les Cambodgiens, mais l’humanité tout entière. Malheureusement, cinq décennies plus tard, le Cambodge n’a pas de musée-institut, comme ceux qui commémorent l’Holocauste, le génocide arménien, le génocide ukrainien (Holodomor) et le génocide rwandais.

Compte tenu des événements qui ont marqué cette période sombre de l’histoire du Cambodge, il conviendrait de créer un espace architectural officiellement reconnu, qui ne se contente pas de commémorer le passé, comme le font certains musées en se contentant d’exposer des photographies et des artefacts. Le Cambodge, les victimes et les survivants du Kampuchea démocratique, leurs descendants et l’humanité ont besoin et méritent un musée-institut qui informe, inspire et interagit avec les visiteurs et les chercheurs du monde entier.

Il devrait offrir plus qu’un récit des événements historiques - ce qui a amené les Khmers rouges au pouvoir, le fonctionnement du Kampuchea démocratique, ses expériences désastreuses d’ingénierie sociale, les purges, les conflits avec ses voisins, le génocide commis contre les Cham et les Vietnamiens, le traitement des intellectuels, la disparition du Kampuchea démocratique et les années de lutte qui ont suivi jusqu’aux accords de paix de Paris, et la disparition finale des Khmers rouges. Il devrait également servir de centre de recherche universitaire, d’éducation, de symposiums, d’expositions et d’événements culturels. Il devrait archiver les récits oraux. Il devrait disposer d’un solide programme de sensibilisation qui attire les chercheurs invités. Il doit interagir avec les communautés et les survivants. Enfin, il devrait s’associer à d’autres musées-instituts pour échanger des expériences et coordonner les efforts de promotion de la responsabilité et de lutte contre l’impunité.

Des monuments et des sites commémoratifs sont disséminés dans tout le Cambodge. Il y a le musée du génocide de Tuol Sleng, où des cadres khmers rouges ont été torturés et tués. En tant que mémorial, il ne raconte qu’une fraction de l’histoire ; il ne parle que de la mort d’environ 13 000 prisonniers.

Tout comme le mémorial du champ de bataille de Choeung Ek (généralement le seul autre endroit visité par les étrangers intéressés par les atrocités commises par les Khmers rouges), le musée du génocide de Tuol Sleng joue un rôle important dans la préservation et l’éducation sur ce qui s’est passé là-bas, mais compte tenu de l’ampleur des atrocités, il est tout à fait insuffisant et inadéquat pour raconter toute l’histoire et fournir le type de ressources qu’un musée-institut sur les atrocités de masse et le génocide devrait fournir.

Les tentatives des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) de faire la lumière sur les atrocités et de demander des comptes aux dirigeants survivants ont été accueillies de manière mitigée, principalement parce que les tribunaux et les procès ne peuvent pas plus établir la vérité historique qu’ils ne peuvent s’attaquer à tous les événements. En effet, la compétence des CETC était limitée à la période comprise entre la chute de Phnom Penh par les Khmers rouges en 1975 et sa nouvelle chute en 1979, lorsque les Khmers rouges se sont réfugiés à la frontière thaïlandaise. Les affaires jugées étaient de portée limitée. Les parties civiles qui ont témoigné n’ont été autorisées à donner qu’une infime partie de leur histoire. Avec seulement quatre affaires (et seulement deux qui ont été jugées), il est difficile de prétendre que les archives des CETC, bien qu’importantes, racontent toute l’histoire. On ne peut pas non plus affirmer que les réparations symboliques prononcées par les CETC, aussi bienvenues soient-elles, fournissent les moyens et l’espace nécessaires à la préservation de la mémoire et de l’héritage des atrocités commises par les Khmers rouges. Il est appréciable que, dans le cadre de l’héritage des CETC, un centre de ressources ait été créé pour mener à bien un vaste travail d’information et d’éducation. Bien que ce centre soit précieux pour les professionnels et les chercheurs, son mandat et ses capacités sont limités.

Le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), fondé en 1995 par des chercheurs de l’université de Yale grâce à une subvention du gouvernement fédéral des États-Unis, a été créé à l’origine pour constituer des archives de documents originaux et de preuves connexes concernant la période du Kampuchea démocratique de 1975 à 1979. Il est devenu une entité juridique indépendante en 1997. On peut dire qu’elle a constitué les archives les plus importantes sur le régime de Pol Pot, y compris des témoignages et des récits oraux de survivants. Avec un programme de sensibilisation impressionnant qui informe et forme les jeunes Cambodgiens au niveau local dans tout le Cambodge, il organise également des symposiums et des expositions. Son programme d’études a inspiré et façonné les programmes d’enseignement des écoles publiques et les activités de sensibilisation du public dans tout le pays. En d’autres termes, DC-Cam fournit déjà bon nombre des services qu’un musée-institut devrait offrir.

Cependant, les capacités et les installations actuelles de DC-Cam sont limitées. DC-Cam en est parfaitement conscient et travaille depuis des années à la création d’un musée-institut audacieux et ultramoderne, l’Institut Sleuk Rith. En absorbant les archives de DC-Cam, il disposera d’une bibliothèque, d’une école supérieure sur le génocide et les droits de l’homme, d’un centre de recherche, d’un centre médiatique et d’un auditorium. L’Institut Sleuk Rith aspire à devenir « le principal centre asiatique de recherche comparative, d’analyse et d’interprétation sur les génocides, les conflits et les droits de l’homme » dans un espace qui « englobe avec force le souvenir, la guérison et la restauration dans le contexte des valeurs humanitaires et de la conception asiatiques intemporelles ». Globalement, sa mission sera de « faire progresser la compréhension et la connaissance des crimes d’atrocité et de l’État de droit » par le biais de programmes et de services professionnels et éducatifs, de programmes de recherche, de programmes de sensibilisation générale et d’archives historiques en ligne accessibles au public.

La réalisation de l’Institut Sleuk Rith n’est prévue que dans ? années. Une telle entreprise nécessitera une planification, un financement et un soutien considérables de la part du gouvernement cambodgien et de la communauté internationale. Une décennie s’est écoulée depuis que Youk Chang, le directeur de DC-Cam, a conceptualisé l’Institut Sleuk Rith, allant même jusqu’à convaincre la légendaire architecte Zaha Hadid, aujourd’hui décédée, de concevoir les locaux à titre gracieux. Malheureusement, le projet avance à pas de tortue, quand il n’est pas carrément bloqué.

« Les revers sont naturels. Essayer de lancer un projet de ce type, sans parler de l’achever, est une tâche herculéenne. Bénéficiant d’un soutien et d’une reconnaissance officiels, financé par des donateurs étrangers et situé sur un grand terrain central et facilement accessible dans la capitale de l’État, l’Institut Sleuk Rith est le meilleur espoir pour un musée-institut du génocide cambodgien. »

N’est-il donc pas temps pour le Cambodge d’avoir un musée-institut qui commémore pleinement l’héritage du Kampuchéa démocratique de Pol Pot ? La réponse est un oui catégorique et urgent. Le temps presse. La fenêtre d’opportunité pour créer cet institut, alors que la génération qui a survécu à ce régime est encore en vie, est en train de se refermer. Le gouvernement cambodgien et le Premier ministre nouvellement élu Hun Manet, ainsi que la communauté internationale, seraient bien inspirés d’apporter leur soutien et leur aide à la naissance et à la viabilité de l’Institut Sleuk Rith.

Michael G. Karnavas

Avocat international spécialisé dans la défense pénale

Co-avocat international de Ieng Sary et Meas Muth

Comentários


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page