Histoire & Initiative : À la rescousse des villageois du Mont Kulen

Avec sa verve habituelle et une précision historique remarquable, l’ami Darren Gall raconte l’histoire passionnante du Mont Koulen et les initiatives déployées par Luu Meng du groupe Thalias pour sauver ce site historique de la déforestation.

Ruines d'un temple khmer (Phnom Kulen)
Ruines d'un temple khmer (Phnom Kulen). Photo Jean-Pierre Dalbéra

Mahendraparvata

Jayavarman II, après une cérémonie spirituelle élaborée comprenant des rituels exécutés par le Brahman Hiranyadama, s’est élevé au-dessus de la foule qui s’était rassemblée au sommet du mont Kulen (Phnom Kulen), après avoir été couronné deva raja (dieu-roi) et Chakravarti (seigneur de l’univers), en l’an 802 de notre ère.

Jayavarman II est revenu sur cette terre, connue à l’époque sous le nom de Chenla, après un exil à Java.

Au moment de son retour, Chenla était sous le contrôle des Shailendra, une dynastie de rois javanais. Il s’est rapidement constitué une solide base de pouvoir en conquérant et en unifiant une mosaïque de petits fiefs dans la région, et s’est rapidement hissé à la tête de chacun d’entre eux.

Une inscription du temple de Sdok Kok Thom raconte l’histoire du rituel qui s’est déroulée ce jour-là en 802, au sommet de la montagne sacrée, alors qu’elle était connue sous le nom de Mahendraparvata (montagne du Grand Indra).

Jayavarman II a déclaré l’indépendance de « Java » et une nouvelle nation est née, l’Empire khmer.

L’Empire khmer (802 à 1431) deviendra le plus grand de l’Asie du Sud-Est, englobant les terres du Cambodge, du Vietnam, du Laos, de la Thaïlande, du Myanmar et de certaines parties du sud-ouest de la Chine.

Montagne sacrée, cité perdue

Mahendraparvata se trouve à 40 kilomètres au nord du complexe d’Angkor Wat et à 45 kilomètres au nord de Siem Reap, sur les pentes de ce qu’on appelle aujourd’hui le Phnom (mont) Kulen.

Cette ancienne grande cité précède le complexe d’Angkor de 350 ans.

Jayavarman II a régné pendant près de 50 ans après son couronnement et Mahendraparvata était l’une des trois capitales de son règne, les autres étant Amarendrapura et enfin Hariharalaya, où il est mort en 850.
Jayavarman II a régné pendant près de 50 ans après son couronnement et Mahendraparvata était l’une des trois capitales de son règne, les autres étant Amarendrapura et enfin Hariharalaya, où il est mort en 850.

Alors qu’Angkor n’a pas été entièrement abandonnée par la population locale, mais perdue et redécouverte par le monde occidental, Mahendraparvata était considérée comme perdue à jamais.

Angkor a été largement négligée après le XVIe siècle, lorsque la capitale s’est rapprochée de Phnom Penh. Pourtant, quatorze inscriptions découvertes dans la région et datées du XVIIe siècle attestent que des pèlerins bouddhistes japonais ont établi de petites colonies aux côtés des Khmers à Angkor.

L’inscription la plus connue parle d’Ukondayu Kazufusa, qui a célébré le Nouvel An khmer à Angkor Wat en 1632.

L’un des premiers visiteurs occidentaux du temple d’Angkor Wat fut António da Madalena, un moine portugais qui s’y rendit en 1586 et déclara qu’il possédait « tous les raffinements que le génie humain peut concevoir ».

En 1860, le temple a été effectivement redécouvert par le naturaliste et explorateur français Henri Mouhot, qui a popularisé le site dans le monde occidental avec la publication de ses notes d’expédition ; dans lesquelles il écrivait :

« Un de ces temples, rival de celui de Salomon, et érigé par quelque antique Michel-Ange, pourrait prendre une place honorable à côté de nos plus beaux édifices. Il est plus grandiose que tout ce que nous ont laissé la Grèce ou Rome… »

Mahendraparvata, en revanche, était extrêmement éloignée, engloutie par la montagne et gagnée par la jungle. L’expédition de 1936 de l’archéologue et historien de l’art français Philippe Stern a exploré les hauts plateaux de Kulen, où il a découvert de nombreux temples et statues de Vishnu jusqu’alors inconnus.

Stern l’a décrite comme la première véritable montagne à temples, mais la région, bien qu’étant la source des rivières qui s’écoulent vers le sud jusqu’au Tonlé Sapit, était très éloignée et difficile d’accès.

Les guerres et leurs vestiges (mines et munitions non explosées) ont empêché toute exploration pendant plusieurs décennies et la région était connue pour être l’un des derniers bastions des Khmers rouges.

En 1973 et 1979, Jean Boulbet et Bruno Dagens parviennent à publier un inventaire archéologique et une cartographie du Phnom Kulen.

Découverte

Dans le prolongement des travaux antérieurs de Stern, Boulbet et Dagens, une expédition archéologique de plusieurs années et souvent dangereuse, codirigée par Damian Evans de l’Université de Sydney et Jean-Baptiste Chevance de la Fondation Archéologie et Développement de Londres, a été entreprise.

Finalement, en 2013, quelque 1 200 ans après le début du développement de la ville, ils ont annoncé leurs découvertes, la ville perdue de Mahendraparvata avait enfin été redécouverte.

L’une des principales caractéristiques de l’expédition a été l’aide de la technologie de balayage laser aéroporté appelée LIDAR, qui a été utilisée pour scanner la région de Phnom Kulen, et leur a permis de cartographier le plan de la ville. Les résultats du LIDAR ont confirmé les recherches au sol menées par les archéologues précédents, mais, selon JB Chevance, avant cela, nous « ne savions pas exactement comment tout cela s’assemblait ».

Trente temples non identifiés auparavant ont été découverts, ainsi que l’existence d’un réseau élaboré de routes, de digues et d’étangs formant une grande ville.

Le Dr Evans a également noté que l’imagerie a montré que la zone avait été déboisée, et il a émis l’hypothèse que l’impact de ce phénomène et les problèmes de gestion de l’eau ont conduit au déclin de la civilisation et à l’abandon de la ville.

La rivière aux mille lingas Kbal Spean est un site archéologique situé sur les pentes sud-ouest des collines de Kulen, le long d’un tronçon de 150 m de la rivière Stung Kbal Spean.
La rivière aux mille lingas Kbal Spean est un site archéologique situé sur les pentes sud-ouest des collines de Kulen, le long d’un tronçon de 150 m de la rivière Stung Kbal Spean.

Le lit de la rivière et ses berges en pierre sont minutieusement sculptés des symboles hindous des lingas, des yonis ainsi que de nombreux autres symboles du panthéon des dieux hindous et des animaux. Les sculptures ont commencé au XIe siècle et ont été achevées au XIIe siècle. Le roi Udayadityavarman II y aurait consacré une lingue en or en l’an 1059.

La rivière Stung Kbal Spean est un affluent de la rivière Siem Reap et on pense que les eaux sont bénies ici avant de se déverser dans Angkor.

Le site archéologique a été découvert en 1969 par Jean Boulbet, un ethnologue, mais les explorations ultérieures ont été interrompues en raison de la guerre civile cambodgienne.

La montagne des litchis

Aujourd’hui, la petite chaîne de montagnes s’appelle Phnom Kulen (montagne des litchis) et se trouve à l’intérieur du parc national éponyme. Le plateau s’étend sur 40 kilomètres et l’altitude moyenne est de 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, le point culminant étant de 487 mètres. Situé au sud des monts Dangrêk et au nord de Siem Reap, le massif s’étend de l’ouest-nord-ouest à l’est.

Le Phnom Kulen est formé de grès et était une importante carrière à l’époque angkorienne, en particulier au sud-est de la chaîne, où vivait un groupe de tribus connu sous le nom de Samre, qui exploitait la pierre.

La montagne est considérée comme sacrée au Cambodge et revêt une importance religieuse particulière pour les hindous et les bouddhistes, qui sont nombreux à s’y rendre en pèlerinage. Le temple Preah Ang Thom, construit au XVIe siècle, abrite le plus grand Bouddha couché du pays.

Le parc national possède des sentiers forestiers et le ruisseau Chup Preah possède deux chutes d’eau pittoresques et populaires, qui servent également de lieux de baignade.
Le parc national possède des sentiers forestiers et le ruisseau Chup Preah possède deux chutes d’eau pittoresques et populaires, qui servent également de lieux de baignade.

Le site a été ajouté à la liste indicative nationale du Cambodge pour le patrimoine mondial en 2020.

Menacé

Aussi paisible que soit cet endroit, et aussi important sur le plan historique et spirituel, cela n’a pas empêché l’empiétement et l’exploitation forestière illégale de menacer toute la région.

Le Phnom Kulen a été un bastion des Khmers rouges jusqu’en 1996. En raison de son éloignement, l'endroit a énormément souffert des ravages de la guerre et sa population, en forte croissance, reste aujourd’hui l’une des plus pauvres et des plus isolées de cette province.

La majorité des villageois sont des agriculteurs, qui cultivent traditionnellement du riz pluvial (dans des champs non submergés), du manioc, des patates douces et du maïs. Ils pratiquent la méthode de l’agriculture sur brûlis, défrichant et brûlant leurs parcelles cultivées pendant un an, puis les laissant à la forêt pendant une dizaine d’années, le temps pour le sol de se régénérer.

Depuis quelque temps, les villageois ont transformé des parcelles traditionnellement cultivées en rotation pour la production de riz en plantations permanentes d’anacardiers. Cela rompt le cycle de rotation par brûlis et oblige les villageois à défricher de nouvelles parcelles de forêt pour les cultiver.

Le parc national de Phnom Kulen a déclaré la culture des anacardiers illégale, car elle entraîne un taux excessif de défrichement de la forêt : il ne reste aujourd’hui que 20 % de la couverture forestière initiale du parc.

Le gouvernement et les organisations internationales telles que le PNUD font maintenant ce qu’ils peuvent pour arrêter la déforestation. Un rapport du PNUD suggère que sans une intervention sérieuse, la forêt n’aurait plus que 5 à 10 ans à vivre. Cette situation serait non seulement catastrophique pour la région, mais elle aurait également un impact considérable sur les communautés situées en aval des rivières de la forêt, car celle-ci fournit toutes les eaux d’amont de la rivière Siem Reap.

« Nous ne pouvons pas arrêter la déforestation, nous ne pouvons que la ralentir », déclare Kim Hee, du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui aide le gouvernement à conserver les forêts dans cette région et d’autres du pays.

Ils ont eu quelques succès. Le gouvernement a placé des balises autour des zones protégées. Il a renforcé les patrouilles de rangers, planté de nouveaux arbres à croissance rapide pour le combustible et les lois contre l’abattage illégal sont désormais beaucoup plus strictes.

Aussi louables que soient ces mesures, elles pourraient ne pas suffire.

« La demande de bois est tellement forte », dit M. Kim.

La plus grande menace est l’abattage illégal, qu’il s’agisse de personnes qui veulent construire une maison ou d’intérêts plus puissants qui planifient des hôtels ou d’autres grands projets de construction.

Élaboration d’un programme

Il y a plusieurs années, le maître-chef cambodgien Luu Meng a reçu la visite du ministre de l’Environnement, Son Excellence Say Sam Al, qui était venu au restaurant Malis pour demander à Luu Meng s’il acceptait de se joindre à une délégation pour visiter la région de Kulen, rencontrer les villageois et étudier les moyens de protéger les forêts, l’eau et les ruines des temples de la région.

Lorsque les délégués sont arrivés à Kulen, ils ont découvert que les villageois avaient fait rôtir un cochon local en leur honneur, une tradition de longue date dans cette région.

Luu Meng se souvient qu’il était totalement distrait par les saveurs extraordinaires du cochon.

Quelles que soient les autres questions importantes discutées à table ce jour-là, le chef Meng était subjugué par les saveurs et les arômes du cochon rôti devant lui, et il savait qu’il devait en savoir beaucoup plus sur les petits cochons noirs du mont Kulen.

Au fil de plusieurs visites et de nombreuses discussions, Meng a appris que les habitants de la région abandonnaient l’élevage traditionnel de porcs, pratiqué depuis des générations.

Les porcs n’étaient que semi-domestiques et dépendaient de la forêt pour se nourrir. Le prix que les villageois obtenaient pour leurs porcs au marché était devenu beaucoup trop bas, souvent inférieur au coût de leur élevage. De plus en plus de villageois se sont donc tournés vers la culture des noix de cajou, qui offrait de bien meilleurs rendements (mais était dévastatrice pour la forêt), et pire encore, vers l’exploitation forestière illégale pour gagner rapidement l’argent dont ils avaient besoin dans des moments désespérés.

Meng a rapidement trouvé un moyen d’aider et, avec le gouvernement local et les agences d’aide étrangères telles qu’Oxfam Italia, il a accepté de prendre les porcs Kulen au double de leur prix habituel afin de rendre l’élevage de ces porcs spéciaux rentable et durable pour les familles et les villages.

En retour, les villageois aideraient à protéger la forêt, vitale pour la durabilité de leurs porcs.

Les porcs ont besoin de la forêt, c’est leur maison, comme le souligne un éleveur de porcs : « les porcs ne viennent dormir dans les enclos que la nuit et manger le soir, ils vivent dans la forêt, souvent pendant plusieurs jours, les mères mettent leurs bébés au monde dans la forêt et ne reviennent au village qu’après environ une semaine, lorsque leurs bébés sont assez forts. Que feront-ils sans les arbres ? »

Comme Meng en était persuadé, en ramenant le « Kadaw Kulen Pig » à Phnom Penh, il est devenu très célèbre au Cambodge et considéré comme la meilleure race de porc local du pays. Il s’agit d’une sorte de délicatesse nationale, d’un trésor culturel et culinaire.

Grâce à l’aide internationale, au gouvernement et au soutien commercial de gens comme Luu Meng et le groupe Thalias, l’élevage de porcs est à nouveau sain et durable sur le mont Kulen et prospére à nouveau. Ces agriculteurs savent qu’ils ont besoin de la forêt pour élever leurs porcs et s’efforcent désormais de protéger ce qui reste pour les générations futures.

Je me suis récemment aventuré à Malis, en fin d’après-midi, où Luu Meng et Luu Hong m’avaient préparé un cochon de Kulen rôti à la broche. J’avais apporté avec moi une bouteille de vin blanc espagnol, ce qui me semblait un geste approprié, et c’est avec beaucoup d’impatience que j’ai discuté des aventures de Meng à Kulen et de la découverte de cette solution unique, naturelle, biologique et durable qu’il a trouvée pour aider à sauver les gens, les forêts et les anciennes reliques de Phnom Kulen.

J’aime la gastronomie et j’aime les histoires et lorsque vous pouvez réunir les deux et les infuser dans la cuisine avec beaucoup de soin, de respect et d’amour, vous créez quelque chose de spécial pour le monde culinaire.

Me voici assis dans le magnifique jardin du restaurant Malis, en train de parler des jungles de Kulen avec le plus grand chef du Cambodge, mon cher ami Luu Meng.

D’un maître de l’univers à un maître cuisinier, à l’assiette devant moi, je pouvais sentir les forêts, je pouvais goûter l’histoire et je pouvais sentir les gens du village ; le porc était juteux, tendre, savoureux et étonnant tout à la fois, et j’ai remercié ces porcs qui donnent tant de joie à tant de gens, un trésor national en effet.

Darren Gall.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône