Gastronomie: Poulet au gingembre « coup de fouet » du Phsaar Thmey

Si vous vous rendez au marché central de Phnom Penh à 8 heures du matin, vous constaterez que l’aire de restauration du côté ouest est bondée de clients. Les étals proposent les plats habituels : porc et riz, porridge de riz borbor, kuy taev ou soupe de nouilles.

Les vendeurs du marché central proposent une grande variété de plats. Photo Vireak May
Les vendeurs du marché central proposent une grande variété de plats. Photo Vireak May

Niché au milieu des étals, un stand est garni des habituels produits carnés parfois difficiles à identifier. Dans une vitrine, d’énormes crevettes sont à vendre. Mais derrière le présentoir, une jeune femme affairée prépare un plat d’un jaune éclatant sur un plateau métallique : le cha knyay sach moan, ou poulet au gingembre.

Chaque matin, elle ouvre son étal à 6 heures. Le dimanche de ma visite, l’endroit était bondé. Les Cambodgiens assis à notre table mangent des nouilles khmères tandis qu’une jeune femme se régale avec du porc et du riz.

Le Cha knyay sach moan n’est pas strictement réservé au matin : il peut être consommé tout au long de la journée et se décline en plusieurs styles. Les Cambodgiens remplacent souvent le poulet par du porc ou du bœuf. Le gingembre peut être cru ou cuit, et du piment est parfois ajouté pour donner un « coup de fouet supplémentaire ». Le plat est préparé en faisant frire du poulet avec du sel et du sucre, avant d’ajouter le gingembre. Lorsque celui-ci est cuit, il est alors frit avec les autres ingrédients.

Une généreuse portion de poulet au gingembre. Photo Emily Wight
Une généreuse portion de poulet au gingembre. Photo Emily Wight

Comme on pouvait s’y attendre, ma portion de cha knyay sach moan est servie sur un monticule de riz blanc, et bien qu’on m’ait donné une portion généreuse, c’est le jaune qui attire l’attention, ce qui rend l’assiette attrayante et le petit-déjeuner plus excitant que le porridge borbor gris et trouble. Le gingembre est râpé en fines lamelles, ce qui ajoute une certaine élégance aux morceaux de poulet à l’os. Parsemés sur le dessus, de fines lamelles vertes d’oignon de printemps.

Bien que le gingembre brut domine le goût assez doux du poulet, ce n’est pas une si mauvaise chose étant donné la texture assez sèche de la viande. Comme beaucoup de plats cambodgiens, il y a beaucoup d’os. Pour ceux qui aiment ronger de petits morceaux, cela peut convenir. Pour ma part, je préfère les morceaux de viande plus charnus et j’étais gêné de porter constamment ma main à ma bouche pour retirer des morceaux de cartilage. J’ai fini par renoncer à la viande, mais j’ai mangé avec plaisir le reste du gingembre et du riz.

Si vous ne détestez pas la viande à l’os, le cha knyay sach moan est un plat attrayant. Même si ce n’est pas votre truc, le goût est extrêmement piquant et c’est exactement ce qu’il faut pour se réveiller le matin. Assurez-vous simplement que vous aimez le gingembre.

Emily Wight avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône