Enseignement : Rentrée en douceur pour les enfants d'Acacia

L’école Tchou Tchou de Phnom Penh est devenue l’école Acacia en septembre dernier. L’école francophone trentenaire a donc tourné une page importante de son histoire pour le plus grand bien des enfants dont les parents ont choisi cet établissement.

L’autre école

L’artiste Françoise Hardy aurait pu s’inspirer de cette école pour fredonner « l’école où j’ai appris » en variante d’un refrain bien connu, car sans évoquer réelle de nostalgie, l’école Acacia conserve plutôt bien le cachet et le charme de ces écoles de proximité avec ses jardins, ses couleurs, et son caractère paisible. Nichée dans une rue peu fréquentée de Phnom Penh et donc plutôt calme, l’école a établi ses quartiers dans une maison khmère traditionnelle abritée par de grands arbres.

Les bureaux de l’école Acacia, anciennement Tchou Tchou

Avec ses couleurs savamment choisies et son atmosphère souriante, Acacia évoque immanquablement une atmosphère de confiance et de sérénité. À l’entrée, le kit de désinfectant et les masques rappellent des circonstances un peu plus difficiles liées à la pandémie COVID-19. Toutefois, l’école a obtenu sans encombre l’autorisation ministérielle pour rouvrir ses locaux fermés depuis mars 2020. Durant cette période, de fermeture l’équipe n’a pas chômé, bien au contraire. Gildas Maronneaud, le propriétaire et directeur de l’établissement déclare :

« Nous avons utilisé cette longue période d’inactivité scolaire pour effectuer des travaux de rénovation des locaux. La cuisine, le toit, les peintures ont été intégralement refaits, et nous avons installé la climatisation dans toutes les classes »

« L’école avait besoin de rénovations et nous souhaitions également nous mettre en phase avec les exigences de l’enseigne Acacia », précise-t-il. Rappelons que l’enseigne Acacia existe depuis douze ans à Bangkok et qu’il existe aujourd’hui deux autres campus, l’un à Hanoï et celui de Phnom Penh à présent avec cette école.

Aire de jeux

Rentrée progressive

Compte tenu des circonstances particulières liées à la crise sanitaire, les inscriptions pour cette rentrée se sont avérées timides au début puis, en communiquant sur les nouveautés apportées au programme scolaire grâce au partenariat Acacia, les choses sont allées un peu plus vite.

Gildas Maronneaud, propriétaire et directeur de l’établissement

« Nous avons aujourd’hui un peu plus d’une cinquantaine d’élèves et nous pouvons en accueillir plus, à la condition que le nombre d’élèves par classe respecte les normes du ministère. Toutefois, j’aimerais préciser que nous ne surchargerons jamais les classes en raison des directives, mais aussi parce que nous ne l’avons jamais fait. L’épanouissement des enfants, leur bien-être et leur santé ont toujours été prioritaires », explique Gildas Maronneaud.

En parlant de santé, le directeur ajoute qu’en attendant que la cuisine soit totalement opérationnelle et autorisée à ouvrir, les enfants sont servis par l’un des meilleurs traiteurs de la place. Et, concernant les goûters et en-cas, M. Maronneaud explique avoir changé de fournisseurs pour proposer aux enfants des menus équilibrés avec une qualité irréprochable.

Jeux pour les tout-petits

Un jour, une langue

Le modèle Acacia préconise une méthode d’enseignement des langues alternée, les leçons se font un jour en anglais et le jour suivant en français. Cette année, les enfants peuvent s'inscrire à partir de 12 mois. L’école propose donc un authentique service de crèche avec également un enseignement bilingue pour les tout-petits, ce qui est une première à Phnom Penh.

Sophy Chhay, directrice adjointe

Sophy Chhay, directrice adjointe donne quelques précisions sur ces nouveautés à propos des programmes d’enseignement :

« Nous calquons bien sûr notre programme sur celui d’Acacia en travaillant avec deux professeurs natifs. Il est également prévu de mettre en place des cours de khmer le mercredi à la mi-octobre. »

« Le propre du programme d’Acacia en plus du bilinguisme est de proposer une thématique différente chaque semaine pour chacune des cinq sections. Cela permet à l’enfant de découvrir progressivement le monde qui l’entoure et d’enrichir son vocabulaire dans les deux langues. Ces thématiques vont de l’environnement au cycle de l’eau en passant par les animaux, la musique… etc. », ajoute-t-elle.

Différentes sections

La crèche – école maternelle Acacia accueille les enfants de 1 à 8 ans, l’établissement propose plusieurs sections et formules permettant aux parents de choisir les meilleurs jours et horaires pour leurs enfants.

« Nous souhaitons que notre crèche soit un lieu de vie familial et cosmopolite. Nous veillons à ce que les enfants se sentent bien, évoluent dans un environnement sécurisé et qu’ils développent leur personnalité et leur créativité tout en acquérant une certaine ouverture d’esprit », conclut la directrice adjointe.

Disponibilités

Pour les parents qui souhaitent que leurs enfants bénéficient d’un enseignement de qualité, deviennent totalement bilingues et évoluent dans un cadre agréable et motivant, il reste encore quelques places dans cette école unique dans la capitale.


Pour découvrir l’école et rencontrer l’équipe dirigeante d’Acacia Phnom Penh, le directeur Gildas Maronneaud et la directrice adjointe Sophy Chhay, il est possible de les contacter par e-mail ou par téléphone.

Gildas Maronneaud : +855 92 558 020 (WhatsApp)

gildasmaronneaud@centre-acacia.com

Sophy Chhay : +855 95,225,540 (WhatsApp, Line, Telegram)

sophychhay@centre-acacia.com

Site internet : https://www.centre-acacia.com

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône