EFEO & Hommage : Disparition de Jacques Dumarçay (1926 - 2020)

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de Jacques Dumarçay, survenu le 22 novembre 2020 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Jacques Dumarçay sur le chantier de la Terrasse des Éléphants, Angkor 1998. Cliché Christophe Pottier

Architecte formé à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Georges Labro, Jacques Dumarçay a déjà plus d’une dizaine d’années d’expérience en Afghanistan et au Pakistan sur les fouilles de la Mission archéologique de l’Indus dirigée par Jean-Marie Casal lorsqu’il est recruté en 1964 par l’EFEO. Il rejoint alors la Conservation d’Angkor dirigée par Bernard-Philippe Groslier, pour y suivre les chantiers, établir un bureau de dessin et mener une série d’études architecturales. Après la fermeture des chantiers au Cambodge, il est affecté en 1971 à Pondichéry et conduit en Inde les relevés de plusieurs monuments tel que le shore temple de Mahabalipuram. Il étend en 1974 ses études aux monuments de Java, où il devient conseiller pour la campagne UNESCO de restauration du Borobudur. Affecté en Indonésie en 1977, il y reste plus de dix ans pour suivre ce chantier titanesque jusqu’à son achèvement et développer en parallèle ses recherches architecturales.

Bien qu’admis à la retraite en 1991, il est sollicité pour apporter son expertise sur le temple de Vat Phu au Laos, et à Angkor où se profilent la réouverture du site et son inscription au Patrimoine mondial. Il accepte alors d’encadrer la reprise des activités de l’EFEO à Angkor avec Bruno Dagens, et ne ménage pas ses efforts pour relancer les travaux interrompus en 1970. Jusqu’à la fin des années 90, il effectue nombre de missions à Angkor pour encadrer et former une nouvelle génération d’architectes et d’ouvriers qui seront à même d’achever les chantiers des terrasses royales et du monumental temple-montagne du Baphuon.

Auteur fécond, Jacques Dumarçay a produit un nombre important de monographies architecturales sur des temples majeurs (Bayon, Ta Kev, Bakheng, Darasuram, Borobudur…), mais aussi plusieurs ouvrages de vulgarisation remarqués et de très nombreux articles plus spécialisés où il a constamment exploré, par le texte et le dessin, les multiples dimensions de son métier d’architecte. C’est d’ailleurs cette double approche qui le caractérise et que l’on retrouve dans le titre « Lire et voir » du chapitre conclusif d’un de ses derniers ouvrages, une « amusette » qu’il avait consacrée aux métaphores littéraires et architecturales.

L’acuité de son regard, son enthousiasme jubilatoire et le partage bienveillant de ses compétences accompagneront le souvenir de ce collègue et ami. Avec Jacques Dumarçay disparaît l’un des plus grands architectes français qui ont œuvré à la Conservation d’Angkor et marqué l’histoire de l’École.

L’EFEO adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Christophe Pottier

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône