Cambodge : Tante Sang, la « dame aux chats » de Phnom Penh

Lorsque la crise sanitaire lui a fait perdre son emploi de jardinière dans un hôtel de Phnom Penh à la fin de l’année 2020, Om Sang ou Tatie Sang s’est retrouvée avec beaucoup trop de temps libre.

Tante Sang partage sa petite maison d’un étage avec 15 chats, mais parvient à garder les choses bien rangées et propres. Photo Hong Raksmey
Tante Sang partage sa petite maison d’un étage avec 15 chats, mais parvient à garder les choses bien rangées et propres. Photo Hong Raksmey

Bien qu’elle ne vive que dans une petite maison à 100 dollars par mois, elle a commencé à s’occuper des chats errants de son quartier, le nombre de félins sous sa surveillance atteignant parfois plusieurs dizaines.

Les chats préférés de cette femme de 73 ans — qui ont tendance à rester avec elle à plein temps — se promènent un peu partout dans la maison, certains sont couchés sur des coussins près de la porte ou perchés sur son armoire, d’autres sont cachés sous ses étagères ou dans son lit et d’autres encore sont rassemblés près des plats de nourriture qu’elle a disposés pour eux.

Tante Sang confie que ses chats préférés - Milap, Aleak, JiJi, Ah Pich, Koun Med, Koun Meas, Reaksa, Mao Mao, Mean Mean, Chamroeun et Sambath - vivent avec elle depuis des années, certains depuis une décennie ou plus.

Elle a demandé à son neveu d’installer une porte pour animaux dans la porte d’entrée de sa maison afin que ses chats qui s’aventurent à l’extérieur puissent trouver refuge lorsqu’ils sont poursuivis par des chiens ou s’il commence à pleuvoir.

« Pour l’instant, ma seule source de revenus provient de mon neveu et de mon petit-fils, qui sont ouvriers du bâtiment », explique Mme Sang.

Actuellement, Tatie Sang a 15 chats qui vivent sous son toit où ils peuvent se déplacer librement et elle nourrit régulièrement plus de 10 autres chats errants qui vivent à proximité et selon elle, ces chiffres sont relativement bas par rapport aux années passées.

Même si Tante Sang a des difficultés financières, elle ne peut pas quitter la maison qu’elle loue pour un logement moins coûteux ou emménager chez des membres de sa famille, car elle devrait certainement laisser les chats derrière elle.

Son neveu et son petit-fils ont parfois eu du mal à payer le loyer de la maison d’un étage de Pochentong — surtout lorsqu’ils n’ont pas été payés pour leur travail de construction par un entrepreneur malhonnête — mais jusqu’à présent, elle a réussi à s’en sortir :

« Si je laissais ces 15 chats derrière moi, je pourrais peut-être vivre confortablement sans avoir à me soucier de payer un loyer », explique-t-elle.

« Mais où iront-ils ? Et qu’en est-il des autres chats errants autour de l’hôtel près d’ici ? Auront-ils quelque chose à manger ? Même à 18 ou 19 heures, ils sont toujours là à attendre la nourriture que nous leur apportons. Je ne peux pas les ignorer. »

Auntie Sang sert un mélange de nourriture à 15 chats domestiques et au moins 10 autres errants dans sa maison d’un étage. Photo Hong Raksmey
Auntie Sang sert un mélange de nourriture à 15 chats domestiques et au moins 10 autres errants dans sa maison d’un étage. Photo Hong Raksmey

Tatie Sang dit qu’elle a eu en fait une grande peur des chats pendant plus de la moitié de sa vie et que les autres se moquaient d’elle et lui faisaient peur avec des chats pour s’amuser.

« En 2009, un chaton blanc est venu me voir deux jours de suite et il sautait partout d’une manière qui me faisait penser à un cheval. J’ai eu peur et je me suis détournée, mais je lui ai dit “fils de cheval blanc, si tu cherches la prospérité, je te laisserai rester, mais ne me fais pas peur”. Le lendemain, il est revenu et j’ai constaté que je n’avais pas peur et il est resté avec moi à partir de ce moment-là.

« J’ai commencé à le laisser dormir à côté de moi et il a commencé à manger dans un bol que j’avais mis à sa disposition. Au fil des années, il a grandi et tout le monde l’a aimé — même le vétérinaire a demandé à être pris en photo avec lui. Au début, je l’ai appelé Lei parce qu’il était gros comme un veau, puis plus tard je l’ai appelé Koun Lei », raconte Sang.

De 2016 à 2018, Koun Lei a été hospitalisé quelques jours chaque année en raison de problèmes de santé et Tante Sang dit qu’elle a probablement dépensé plus de 1 000 dollars en soins médicaux pour le chat au cours de cette période de trois ans.

« Après que le vétérinaire cambodgien ait dit qu’il ne pouvait plus rien faire pour lui, j’étais désemparée, alors je l’ai emmené chez un vétérinaire français dans la rue 111 pour avoir un deuxième avis. Il l’a examiné et m’a dit que c’était vrai — Koun Lei avait des problèmes de vessie inguérissables. Il est mort en 2018 à l’âge de neuf ans. J’ai organisé des funérailles et tenu une cérémonie bouddhiste pour envoyer son âme reposer en paix », raconte Sang.

Koun Lei a été le premier chat que Tante Sang a adopté et aimé, mais il serait loin d’être le dernier. Bien qu’ils ne soient que des chats, Tante Sang les considère comme des membres de sa famille qui méritent ses soins, sa considération et son attention.

Les enfants du quartier s’arrêtent parfois pour caresser les nombreux chatons de Tatie Sang. Photo Hong Raksmey
Les enfants du quartier s’arrêtent parfois pour caresser les nombreux chatons de Tatie Sang. Photo Hong Raksmey

« Ils ont droit à de la bonne nourriture parce que je veux qu’ils mènent une vie heureuse et fassent de bonnes actions pour qu’ils puissent bientôt devenir humains dans une de leurs prochaines vies », dit-elle.

« Quand je reviens des cérémonies bouddhistes, je vais voir chaque chat et je les bénis tous en tête à tête ».

Le jour où elle a reçu la visite d’un journaliste du Post, elle préparait de la soupe de poisson et du poulet frit pour elle et son neveu, ainsi que de la nourriture pour les 25 chats qu’elle nourrit actuellement à l’intérieur et à l’extérieur de sa maison.

Tante Sang affirme qu’avec environ 45 dollars de nourriture pour chats — mélangée à du riz — tous les chats peuvent manger pendant plus d’un mois.

« Nous ne pouvons pas leur donner notre nourriture à manger, car cela peut leur donner la diarrhée. Les humains mangent trop gras pour eux », dit-elle.

Tante Sang explique qu’elle a quelques bacs à litière remplis de sable dans la maison et qu’elle les nettoie deux fois par jour en enlevant les déchets des chats, en lavant le sable à l’extérieur puis en le séchant pour le réutiliser, car elle a assez de sable pour le faire tourner et garder les bacs remplis.

« Je ne pense pas qu’il y ait de mauvaises odeurs dans ma maison parce que je donne un bain à tous les chats », dit-elle. « Leurs plats de nourriture sont également lavés chaque jour ».

Tante Sang affirme que les chats éprouvent des sentiments, tout comme les humains. Elle raconte qu’une fois, l’une de ses chattes a eu un chaton qui a été déchiré par un chien et que la mère est restée assise et a attendu à l’endroit où cela s’est passé pendant un mois avant d’abandonner.

« Leurs souvenirs douloureux ne semblent pas durer aussi longtemps que les nôtres, alors ils oublient et se comportent à nouveau normalement », dit-elle, les larmes aux yeux, en montrant des photos du chat sur son téléphone.

Tante Sang montre une photo sur son téléphone de Koun Lie — son premier chat de compagnie et celui qui l’a guérie de sa peur des chats. Photo Hong Raksmey
Tante Sang montre une photo sur son téléphone de Koun Lie — son premier chat de compagnie et celui qui l’a guérie de sa peur des chats. Photo Hong Raksmey

Tante Sang s’appelait à l’origine Hang Dao Finn, puis a été rebaptisée So Rany, qui a ensuite été raccourcie en So Ny pendant le règne des Khmers rouges.

« Si j’avais continué à utiliser le nom que mon père avait enregistré, j’aurais été emmenée par des militants khmers rouges et exécutée », dit-elle.

 À l’époque du Sangkum Reastr Niyum, ma mère et mon père étaient tous deux de hauts fonctionnaires. Je me suis mariée à l’âge de 15 ans et mon mari était pilote », explique-t-elle.

Tante Sang affirme qu’elle n’aurait jamais pu couvrir les dépenses liées aux soins de tous ses chats sans l’aide de Kim Loan.

Loan est la fondatrice de l’Association cambodgienne pour la protection des animaux (CAPA), basée dans le village de Koh Nora, où elle s’occupe de près de 200 chiens et de presque 100 chats dans son refuge pour animaux.

« Cette situation serait impossible sans l’aide de Loan et elle aura toujours ma gratitude et ma bénédiction », dit-elle.

L’incertitude des revenus dans le secteur de la construction étant un problème permanent pour son neveu et son petit-fils, elle dit qu’elle s’inquiète toujours de la sécurité alimentaire de ses amis à fourrure.

Si des amis des animaux veulent aider Tante Sang à payer les frais de garde de 25 chats, ils peuvent la contacter par téléphone : 016 74 54 53.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône