Cambodge & Parcours : Settha Yok, rigueur et attachement aux valeurs humaines

Settha Yok est issu d’une famille d’agriculteurs modeste de la province paisible de Kampong Cham. Derrière un regard qu’on devine souvent plongé dans les détails administratifs se cache un Cambodgien professionnellement rigoureux dans sa mission, plein d'humour, mais aussi profondément attaché aux valeurs humaines qui font le succès d’une entreprise.

Settha Yok

Settha occupe aujourd’hui l’un des postes piliers du groupe de restauration et d’hôtellerie Thalias Hospitality, celui de Directeur des ressources humaines. Il est celui qui veille sur de nombreux aspects essentiels de la vie d’une entreprise, parfois ingrats, comme la mise à jour sur le terrain des réglementations, les procédures administratives et de nombreuses autres tâches nécessitant rigueur, précision et souvent diplomatie. Mais d’autres côtés de sa mission consistent à s’assurer du bien-être des cadres et employés, de leur épanouissement au sein de l’entreprise et mille et un détails que le Cambodgien dit assumer avec passion et fierté. Entretien :

CM : Quelle formation universitaire avez-vous suivie ?

En 1997, j’ai présenté l’examen d’entrée de deux cursus ; je me suis inscrit au programme de licence en économie à l’université royale de droit et d’économie et j’ai choisi l’option foresterie à l’université royale d’agriculture. J’ai très vite arrêté mon deuxième enseignement pour des raisons pratiques. J’ai décidé de me concentrer sur l’économie et j’ai obtenu deux licences en 2002 ; l’une en finance et banque et l’autre en gestion d’entreprise, en association avec la coopération française. Par la suite, j’ai bénéficié d’une bourse du gouvernement français dans le cadre de la poursuite du programme MBA, au centre franco-vietnamien de formation à la gestion, à Hô Chi Minh. J’ai validé mon master avec mention bien en 2004.

CM : Une fois votre parcours universitaire achevé, qu’avez-vous fait ?

Après l’obtention de mon diplôme en 2004, j’ai commencé à travailler dans un établissement d’enseignement supérieur. J’y travaillais en tant que registraire, responsable de l’école de commerce et des affaires académiques, puis directeur adjoint. Après quelques années dans ce secteur, je me suis aventuré dans le domaine bancaire. J’ai ensuite rejoint pendant quelques années le département des ressources humaines chez Vattanac Bank pour enfin m’orienter vers l’industrie hôtelière. Pour cette première expérience, je travaillais alors pour Thansur Bokor Highland Resort, une filiale du groupe Sokha situé sur la montagne du Bokor dans la province de Kampot.

CM : Dans quelles circonstances êtes-vous devenu directeur des ressources humaines du groupe Thalias ?

En 2015, un ancien collègue m’a recommandé pour ce poste à pourvoir chez Thalias. Je rencontrais alors le PDG du groupe, M. Arnaud Darc pour la première fois et il m’a donné l’opportunité de faire mes preuves. Je travaille pour Thalias depuis plus de 5 ans.

« Durant cette période, j’ai acquis une expérience incroyable sous la tutelle de M. Darc, il s’engage sans relâche dans l’épanouissement de chacun des cadres et employés »

J’aime vivre avec la culture et les valeurs de ce groupe, je remplis avec fierté mon rôle au sein de cette grande entreprise qui compte plus de 500 employés.

CM : À quels défis professionnels vous êtes-vous heurté ?

Avant la pandémie, la priorité était axée sur un recrutement pertinent des candidats ; nous veillions à ce que les compétences correspondent aux attentes de l’entreprise et soient reparties dans la prévision d’une expansion des activités. Avec l’essor de l’industrie du tourisme et une croissance rapide, nous manquions de ressources humaines. Trouver des bons postulants aux postes vacants était excessivement difficile. Par conséquent, Thalias a décidé d’axer sa politique de recrutement sur des critères plus larges et un peu moins stricts en privilégiant l’intégration, la formation continue et des plans de carrière. Cette ambition nécessite un engagement et un investissement de temps considérables. C’est aussi un choix parfois risqué, car nous formons des professionnels de très bon niveau dans notre groupe et ils deviennent alors très prisés sur le marché.

« Depuis la pandémie, garder le moral et une certaine motivation ne se révèle pas une tâche facile avec la réduction d’activité. Toutefois, en raison des mesures rigoureuses de sécurité sanitaire que nous appliquions déjà et que nous avons renforcées, et bien sûr de la réputation de qualité de nos enseignes, nos établissements connaissent tout de même un minimum de fréquentation »

Notre direction a également très vite réagi en termes de stratégie commerciale en lançant quasi immédiatement un système de livraison à domicile avec toutes les précautions nécessaires liées à la crise sanitaire que nous traversons actuellement, en axant notre communication sur les possibilités d’organiser des événements privés et enfin en lançant une gamme de produits frais dont la distribution en grande surface démarre actuellement. Toutefois, il me semble toujours indispensable d’apporter un soin tout particulier et un soutien permanent à nos équipes. C’est une préoccupation majeure du groupe. Il est facile de comprendre que l’atmosphère est quelque peu difficile et mes collègues et moi-même sommes extrêmement sollicités en ces temps très particuliers.

CM : Quelles sont vos ambitions au sein de Thalias ?

Je ne peux cacher ma joie d’avoir intégré cette équipe dynamique et de pouvoir contribuer au développement du groupe. Au début, je connaissais très peu Thalias mais, dès ma période d’essai j’ai découvert une culture dans cette entreprise qui me plaisait beaucoup. C’est pourquoi j’ai décidé d’y rester, c’est d’ailleurs peut-être ma dernière destination professionnelle.

Settha dans les cuisines du Topaz

CM : Comment se passe une journée de travail de Settha ?

C’est très varié, il y a des taches récurrentes que je gère avec mes collègues et qui concernant essentiellement l’activité des employés, je dois aussi m’occuper de la formation professionnelle, un aspect très important que j’ai déjà évoqué plus haut. J’ai aussi pour mission d’informer des changements ou mises à jour concernant les textes et décrets du ministère et enfin d’examiner et répondre aux doléances de chacun.

Je suis aussi président du comité des ressources humaines chez Eurocham, une section de la chambre de commerce européenne composé d’entreprises et de professionnels ayant un intérêt significatif dans le secteur des ressources humaines. Ce Comité est une plate-forme de partage d’informations et de discussion concernant uniquement les questions de ressources humaines. L’objectif principal est d’améliorer la situation générale des ressources humaines au Cambodge, d’attirer l’attention du public sur les questions nécessitant une révision urgente et de fournir aux autorités cambodgiennes une contribution pertinente.

Settha Yok et Arnaud Darc lors d'un atelier

CM : Quels sont vos projets d'avenir

Je pense comme beaucoup d’autres travailler jusqu’à l’âge de la retraite et rejoindre ensuite en tant que bénévole des ONG ou des écoles professionnelles qui aident les personnes vulnérables.

« Je souhaite aussi partager mes connaissances et mes compétences avec les jeunes générations »

Enfin, j’aimerais aussi exprimer ma profonde gratitude envers ma grand-mère, mes parents, ma famille, mes voisins, amis, enseignants, camarades de classe, collègues, ainsi qu’à mon épouse. Sans leur soutien et leur aide, je n’aurais pas pu atteindre mes objectifs professionnels.

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône