top of page
Ancre 1

Cambodge & Nature : La population de gibbons à joues jaunes du Royaume considérée comme stable

La population de gibbons à joues jaunes du Royaume est considérée comme stable dans la mesure où le sanctuaire de Keo Seima, dans la province de Mondulkiri, abrite une population estimée à 1 129 individus, ce qui représente la plus grande population de cette espèce menacée d’extinction qui subsiste à l’état sauvage.

Ce chiffre est nettement supérieur au nombre d’individus présents au Laos ou au Vietnam, les seuls autres pays où l’on peut observer ces singes rares. Le gibbon à joues jaunes (Nomascus gabriellae) figure sur la liste rouge de l’UICN comme espèce menacée. Selon la Wildlife Conservation Society (WCS) Cambodge, la stabilité de la population révèle une tendance optimiste pour les 12 dernières années. Depuis plus de dix ans, cette organisation travaille en étroite collaboration avec le ministère de l’Environnement, les communautés et les autorités locales, ainsi qu’avec d’autres partenaires de la protection de l’environnement, afin de protéger cette espèce rare.

WCS Cambodia appelle le public à jouer son rôle dans la protection de l’espèce et des autres espèces sauvages en s’abstenant de consommer de la viande de brousse ou de participer à des activités de déboisement.

Le directeur du département de l’environnement de la province de Mondulkiri, Chao Bunthoeun, affirme que les délits forestiers dans les zones protégées ont diminué de manière significative cette année. Cela a conduit à une plus grande sensibilisation du public, dit-il. Il souligne également que le projet Jahoo Gibbon Camp, une entreprise d’écotourisme située dans le village d’Andong Kraleong, dans la commune de Sen Monorom du district d’O’Raing, joue un rôle actif dans la conservation des rares gibbons. L’USAID Morodok Baitang soutient la démarche du camp visant à protéger les gibbons de l’extinction.

L’équipe de recherche du camp de gibbon de Jahoo de World Hope International a réussi à étendre la zone de gestion de l’habitat du gibbon de 445,5 hectares supplémentaires au cours du premier semestre de cette année, portant la zone de Jahoo à 691,3 hectares. Le projet vise à poursuivre l’extension de l’habitat des gibbons, avec l’objectif d’atteindre 1 000 hectares d’ici la fin de l’année.

L’USAID Morodok Baitang rapporte que cette dernière expansion a permis d’augmenter les activités de recherche et d’élargir le champ d’action de la surveillance de la forêt de Jahoo. Cela implique une implication directe dans la protection de l’habitat critique du gibbon contre l’exploitation forestière illégale, la chasse et le défrichement de la forêt.

Le Jahoo Gibbon Camp, qui appartient à une communauté autochtone, fournit des avantages financiers durables à la communauté grâce à la vente de forfaits touristiques permettant d’observer les gibbons. En retour, la communauté est responsable de la protection des singes rares, de leur habitat et des autres espèces sauvages.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page