top of page

Cambodge & Agriculture : La vision du ministre S.E. Dith Tina

Le ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Dith Tina, souhaite promouvoir les chaînes de production susceptibles de stimuler les exportations de produits de haute qualité vers les marchés internationaux.

Le ministre de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, S.E. Dith Tina
Le ministre de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, S.E. Dith Tina

S’exprimant lors d'une conférence de presse hier sur les « Nouveaux concepts pour le secteur agricole cambodgien », M. Tina a déclaré que le développement du secteur reposait sur l’augmentation des exportations de produits sûrs et de haute qualité.

« Cet objectif peut être atteint en augmentant la productivité, en ajoutant de la valeur et en améliorant la compétitivité sur les marchés internationaux », a-t-il déclaré, ajoutant :

« Historiquement, l’agriculture cambodgienne s’est concentrée uniquement sur le renforcement de la sécurité alimentaire. Mais le développement du secteur a déplacé les projecteurs au-delà de cet objectif vers les chaînes d’approvisionnement pour les marchés nationaux et internationaux. En ce qui concerne les marchés locaux, le ministère se concentre sur de nouveaux concepts qui garantiront la stabilité des prix des produits agricoles. L’une des conséquences en sera la prévention de l’insécurité alimentaire, tant pour les consommateurs que pour les producteurs et les distributeurs ».

En ce qui concerne les marchés internationaux, M. Tina souhaite encourager les exportations de produits de haute qualité pouvant être vendus à des prix élevés.

« Le ministère se concentre sur la production de produits de luxe. Nous nous inspirons des leçons tirées du succès du poivre de Kampot et nous avons l’intention d’utiliser cette approche pour commercialiser d’autres produits comme le caoutchouc, le riz usiné et les noix de cajou », a-t-il déclaré.

Pour concrétiser cette vision, M. Tina a déclaré que le ministère travaillerait en étroite collaboration avec le ministère du Commerce pour promouvoir les produits de luxe du Royaume en vue de leur exportation vers les marchés internationaux, notamment les pays et les blocs qui ont conclu des accords de libre-échange avec le Cambodge :

« La pleine participation de toutes les institutions concernées, des fournisseurs de matières premières, des producteurs, des transformateurs et des consommateurs sera cruciale pour atteindre cet objectif », a-t-il déclaré.

« Une autre mesure qui doit être prise pour contribuer à l’efficacité de ma vision est l’élimination des intermédiaires — ou courtiers — qui sont à l’origine de l’augmentation du prix d’un produit. Il ne faut pas utiliser le terme de “courtiers” pour désigner ces personnes, mais un terme plus précis comme celui de transporteur, car c’est le rôle qu’ils jouent dans la chaîne de production », a-t-il précisé.

Selon le ministre, le système actuel d’octroi de licences devait être appliqué plus activement :

« Certains prétendent avoir une licence, mais ne respectent pas les pratiques commerciales clairement définies qu’exige ce document. »

Le ministre a également annoncé un nouveau système d’information qui reliera les producteurs et les acheteurs. Une application permettant de recueillir des données sur le secteur agricole est également en cours de planification, en collaboration avec le ministère de l’Économie et des Finances.

« Grâce au nouveau système, avant qu’un agriculteur ne commence à faire pousser un type de culture, il peut partager ses plans à l’avance. Au fur et à mesure que leurs cultures poussent, ils peuvent prendre des photos et les poster sur l’application en indiquant leur emplacement, la quantité estimée et le calendrier de culture. Les acheteurs peuvent voir les mises à jour et communiquer entre eux », explique le ministre.

Selon le ministère de l’Agriculture, de janvier à octobre 2022, les exportations de produits agricoles vers les marchés internationaux ont représenté plus de 3,06 milliards de dollars. L’exportation de manioc séché en tranches a été la plus importante, avec plus de 1,67 million de tonnes.

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré qu’il s’attendait à ce que le PIB par habitant au Cambodge atteigne près de 2 000 dollars, tandis que la croissance économique augmenterait de 6,6 % cette année. Selon le Premier ministre, trois secteurs — l’industrie, les services et l’agriculture — soutiennent la croissance économique du pays. La valeur du secteur agricole devrait augmenter de 1,1 % cette année, contre seulement 0,7 % en 2022.

Des spécialistes de l’agriculture ont récemment exhorté toutes les institutions travaillant dans ce domaine à collaborer pour encourager les agriculteurs à adopter des pratiques « d’agriculture intelligente ». Selon eux, les agriculteurs devraient adopter les nouvelles technologies, car cela améliorera leur capacité à être compétitifs aux niveaux national et régional, tout en répondant au changement climatique. Ils ont également encouragé le gouvernement, en particulier le ministère de l’Agriculture, à proposer des formations pour ceux travaillant dans le secteur agricole.

Sem Pisei et Orm Bunthoeurn avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page