top of page
Ancre 1

Agriculture & Commerce : Du poivre cambodgien pour les tables chinoises

Le secteur local du poivre se prépare à effectuer des exportations directes vers la Chine continentale, là où les expéditions de cette épice étaient auparavant réexportées par un « pays intermédiaire ».

Des agriculteurs récoltent du poivre dans la province de Ratanakkiri en 2020. Photo The Post
Des agriculteurs récoltent du poivre dans la province de Ratanakkiri en 2020. Photo The Post

L’ambassade de Chine à Phnom Penh a annoncé le 12 mai 2023 que la GACC avait publié une liste de 28 exploitations de poivre et de sept exportateurs autorisés à produire et à emballer du poivre destiné à l’exportation vers le marché chinois.

L’ambassade indique que le poivre est la première épice du Royaume à recevoir une autorisation officielle pour l’exportation directe vers la Chine. Le ministère de l’Agriculture et le GACC avaient inspecté, les 10 et 11 avril 2023, plusieurs plantations et usines de conditionnement afin de s’assurer qu’elles remplissaient les conditions requises.

Le 9 novembre, le « Protocole des exigences phytosanitaires pour l’exportation de poivrons du Cambodge vers la Chine » a été rédigé par le ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, S.E. Dith Tina, et le chef de l’Administration générale des douanes de Chine (GACC), Yu Jianhua, au Palais de la Paix, lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Hun Sen.

Du poivre cambodgien pour les tables chinoises

S’adressant au Post le 6 juin, le président de la Fédération cambodgienne du poivre et des épices (CPSF), Mak Ny, s’est réjoui que l’accès au marché chinois suscite davantage d’intérêt de la part des investisseurs.

Le Royaume exporte généralement environ 20 000 tonnes de poivre chaque année, dont environ les quatre cinquièmes vers le Vietnam et le reste vers des marchés tels que la Thaïlande, le Japon, Taïwan, l’Europe et les États-Unis.

La superficie totale consacrée à la culture du poivre à environ 6 000 hectares au niveau national, des quantités importantes étant cultivées dans 18 provinces, notamment Tbong Khmum, Mondolkiri et Ratanakiri.

La variété la plus prisée demeure le poivre de Kampot, qui est cultivé dans la province éponyme. C’est aussi la seule variété protégée par une indication géographique (IG) nationale. Cette IG est gérée par l’Association de promotion du poivre de Kampot (KPPA). Son président, Nguon Lay, estime que le marché chinois constituera une bouée de sauvetage pour les producteurs de poivre cambodgiens, qui dépendent essentiellement des pays limitrophes.

Il précise que 80 tonnes de poivre IG - qui doit être produit par les membres de la KPPA -sont exportées chaque année, dont la majeure partie est destinée à l’Europe et aux États-Unis.

Le directeur du Centre for Policy Studies (CPS), Chan Sophal, a déclaré en novembre dernier que les exportations directes officielles vers la Chine mettraient essentiellement fin à la dépendance du Cambodge à l’égard de pays voisins comme le Vietnam pour approvisionner le marché chinois en poivre, une relation qui, a-t-il souligné, a toujours réduit les marges bénéficiaires des négociants locaux.

« Avec la signature de ce protocole, j’espère que l’exportation officielle de poivre vers la Chine se fera bientôt », a-t-il déclaré, ajoutant que Pékin avait passé « au moins deux ou trois ans » à étudier les détails du document.

La prochaine étape consistera à analyser les coûts associés à l’expédition directe du Cambodge vers la Chine, a déclaré M. Sophal, ajoutant que l’acheminement du produit via le Vietnam avait été « facile » en raison de sa frontière commune avec la Chine, et que les coûts étaient « acceptables ».

Selon le ministère de l’Agriculture, au cours des trois premiers mois de cette année, 822,65 tonnes de poivre de cayenne ont été exportées vers 12 marchés : 765 tonnes vers le Vietnam, 26,14 tonnes vers les États-Unis, 16,2 tonnes vers la Corée du Sud, 9,54 tonnes vers la France et 2,36 tonnes vers la Belgique. De plus petites quantités ont été exportées vers le Japon, l’Inde, l’Allemagne et d’autres marchés de la région Asie-Pacifique.

Avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page