Loisirs & Passion : Pin Kim Seng, le collectionneur d’horloges

Dans la banlieue nord de Phnom Penh se trouve une petite maison complètement envahie de reliques. Plus de 120 horloges anciennes, allant des vestiges du colonialisme français du XIXe siècle à des exemples plus modernes du Japon d’après-guerre, ornent les murs.

Des caméras des années 1950 reposent sur une table basse dans le salon tandis que des lanternes à huile et des épées de samouraï sont délicatement posées sur les étagères. Le propriétaire, Pin Kim Seng, 63 ans, un fonctionnaire cambodgien retraité du ministère de la Culture et des Beaux-Arts, pense que sa maison donne vie à des antiquités qui autrement auraient été perdues :

« L’ancien propriétaire de l’horloge est peut-être mort il y a longtemps, mais maintenant l’horloge peut vivre avec moi, grâce à moi, elle renaît à nouveau »

À part sa télévision à écran plat, rien dans la maison ne semble avoir moins de 50 ans. Même son petit sanctuaire bouddhiste, commun à la plupart des foyers cambodgiens, est équipé de statues antiques et d’une photo de son beau-père habillé en uniforme à l’époque du roi Sihanouk. Sa décoration la plus moderne reste une photo encadrée de lui recevant une décoration du vice-premier ministre Sok An pour son départ à la retraite.

Seng a commencé sa collection éclectique alors qu’il travaillait dans les provinces en vue des élections générales de 1998. Il a remarqué que de nombreux Cambodgiens des zones rurales possédaient des objets anciens — en particulier des horloges — et cherchaient à les vendre. Mais sans réel marché intérieur pour les antiquités, la seule option était soit de les brader, soit de les vendre à des intermédiaires qui les emmèneraient à l’étranger. Seng, craignant que le Cambodge soit vidé de ses vieilles horloges et appareils photo, est intervenu et les a achetées :

« Je veux collectionner tous ces vieux trucs parce que je ne veux pas que ça parte dans d’autres pays. Je souhaite les garder dans ce pays pour montrer que dans notre histoire, nous avons aussi de vieux objets de France, d’Allemagne et d’autres pays. Ils ne font pas partie de la culture cambodgienne, mais ils ont quelque chose de sentimental pour moi »

Bien que Seng connaisse peu la mécanique de ses gadgets — il s’intéresse beaucoup plus à leur esthétique — il prend beaucoup de plaisir à collectionner une gamme éclectique de bibelots. Sa collection d’appareils photo, par exemple, comprend à la fois un ancien reflex à double objectif Ricohflex et un Mamiya des années 1950. Il ne sait pas s’ils fonctionnent réellement, mais là n’est pas le problème.

« Je n’ai aucune compétence en photographie, donc je ne sais pas s’ils fonctionnent ou non, je pense simplement qu’ils sont beaux », dit Seng, ajoutant qu’il préfère les vieux appareils analogiques aux modèles numériques modernes. « C’était une bonne technologie qui pouvait fonctionner de façon autonome sans batterie ni électricité.»

Pin Kim Seng, 63 ans, collectionneur passionné. Photographie Hong Menea

Les objets ne sont pas à vendre. Une fois, on lui a offert 300 $ pour une théière qu’il avait achetée sur un marché japonais pour 3 $, mais l’offre généreuse l’a convaincu qu’il devait s’y accrocher.« Je veux la garder comme un diamant », dit-il. Seng, qui a quatre enfants adultes, souhaite que les horloges restent dans la famille après sa mort : « Quand je ne serai plus de ce monde, je léguerai ces antiquités à mes enfants. La durée de vie de l’horloge prendra celle de l’horloge familiale.» Bien qu’il admette que ses enfants ne voudront peut-être pas hériter de toutes ces horloges, Seng conclut :

« Mes enfants sont occupés avec leur travail, mais je leur apprendrai à aimer toutes les horloges de la maison. »

Bennett Murray & Vandy Muong

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône