1975 & Témoignage : Chute de Phnom Penh, 3 jours qui sont devenus 3 années

17 avril 1975 : Les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh et l’évacuation commence. Les « trois jours » promis sont devenus trois ans. Même si le temps a changé, mes souvenirs des événements qui se sont déroulés pendant cette saison du riz au cours de la décennie 1970 n’ont pas changé avec le temps.

Souvenirs

Au Cambodge, pendant la saison de plantation du riz et pendant la célébration du Nouvel An khmer, il règne généralement une chaleur torride. Cependant, cette année-là, pendant la saison du riz, le temps est devenu très chaud, puis plus frais, avec de fortes averses.

Photo CETC
Photo CETC

La saison du riz continue à me rappeler clairement les événements qui se sont déroulés le 17 avril 1975, car ce sont là les événements les plus horribles et les plus sombres. C’était le jour de la naissance du régime du Kampuchea démocratique — le jour où le règne des Khmers rouges a commencé.

C’est le jour où les Khmers rouges ont commencé à tromper les habitants de Phnom Penh, comme ma famille, et leur ont dit de quitter leurs maisons et de se rendre dans les zones rurales pendant trois jours « pour éviter les bombardements des Américains ».

Après avoir remporté la victoire sur la république dirigée de Lon Nol le 17 avril 1975, les Khmers rouges ont annoncé par haut-parleurs que les habitants de la ville devaient quitter Phnom Penh dans les 24 heures. L’annonce qu’ils ont faite dans les rues s’est mêlée au bruit des coups de feu. Ce jour-là, ma famille a rassemblé nos vêtements, nos affaires et de nombreux sacs de riz pour pouvoir quitter la maison et se rendre dans le district de Koh Thom, dans la province de Kandal, le district natal de mon père.

Évacuation

Il y avait 13 membres dans ma famille. J’étais le plus jeune enfant. Dans la famille, il y avait mes grands-parents, mes oncles et tantes, et mes parents. Nous avons rassemblé et préparé toutes sortes de choses afin de pouvoir évacuer rapidement.

Mon grand-père n’était pas prêt à quitter la maison. Il disait qu’il était déjà trop vieux et qu’il voulait rester à la maison parce qu’il avait peur de perdre tous ses biens dans la maison. Nous nous sommes tous assis pour pouvoir lui expliquer et le convaincre de nous suivre.

À ce moment-là, trois jeunes soldats khmers rouges sont entrés dans notre maison et nous ont demandé pourquoi nous n’étions pas encore partis. Nous étions tous si terrifiés que nos visages sont devenus pâles. Les jeunes soldats semblaient n’être jamais entrés dans la ville auparavant. Leur peau était noire et ils avaient des munitions et des fusils accrochés à leur corps. En raison des menaces continuelles des Khmers rouges, mon grand-père a finalement accepté de quitter la maison.

Il y avait environ 60 kilomètres de Phnom Penh au district de Koh Thom et il nous a fallu beaucoup de temps pour y arriver, car les routes étaient bondées de monde, jeunes et vieux, hommes et femmes. Pendant le voyage, ma famille a rencontré de nombreuses difficultés, car nous étions nombreux. C’était aussi difficile parce que mes grands-parents étaient très âgés. Mais plus encore, mes parents devaient se relayer pour me tenir dans les bras au milieu de la foule et de la chaleur torride. Mes parents avaient tellement peur qu’ils ont décidé de hâter le voyage et ont demandé aux autres de nous aider à atteindre le district de Koh Thom en premier, afin qu’ils puissent trouver un moyen de me soigner et de trouver des médicaments.

Désespoir et appréhension

Alors que mes parents attendaient l’arrivée de leur famille, ils étaient désespérés et remplis d’inquiétude. La séparation de ma famille a commencé à ce moment-là. Après ce jour, mes grands-parents, mes oncles et mes tantes ont décidé de ne pas poursuivre leur voyage vers le district de Koh Thom, car le trajet était trop éprouvant.

Ils ont décidé de s’installer dans un autre village autour de la commune de Teuk Vil du district de Sa-ang pendant un court moment, afin de pouvoir se reposer et faciliter leur retour à Phnom Penh. Ce séjour temporaire de mes oncles et tantes et de mes grands-parents à Teuk Vil aura finalement duré plus de trois ans.

Pendant cette période, les membres de ma famille ont également été séparés les uns des autres. Cette séparation nous remplissait d’inquiétude et nous nous demandions continuellement si nos proches étaient au courant de ce qui se passait.

Nous nous demandions en permanence ce qui avait pu leur arriver. Quel genre de souffrance ont-ils dû endurer ? Pendant trois ans, ma mère et mon père ont vécu dans un état de désespoir et d’appréhension.

La longue période d’attente et de désespoir a pris fin après la victoire sur les soldats de Pol Pot, le 7 janvier 1979. Cette attente douloureuse a duré plus de trois ans. Deux de mes oncles sont morts, mais le reste de la famille a miraculeusement pu se retrouver.

Par Meng-Try Ea

Le rédacteur est l’auteur du livre« Victimes et bourreaux ? » et travaille au Centre de documentation du Cambodge.

Mots-clés :

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône