top of page
Ancre 1

1909 - 1978 : Du Bungalow d'Angkor à l'Hôtel des Ruines en passant par l'Auberge Royale des Temples

Où les archéologues, dessinateurs, photographes et architectes dormaient-ils sur le site d’Angkor à l’époque des pionniers ? Dans « Cambodge et Siam » du capitaine Auguste Filoz, qui relate sa tournée de 1871 pour aider la mission Delaporte à préparer les premiers moulages en plâtre des bas-reliefs d’Angkor Wat, on apprend qu’ils se logeaient à l’intérieur même des temples, dans une cohabitation parfois inconfortable avec les moines bouddhistes.

Angkor Bungalow in 1935 (Bulletin Information économique de l'Indochine)
Angkor Bungalow in 1935 (Bulletin Information économique de l'Indochine)

Bungalow d’Angkor

Avec l’expansion des activités de l’EFEO, les archéologues et les conservateurs ont commencé à construire leurs propres habitations à proximité du Bayon, où le premier complexe de la Conservation d’Angkor devait être construit. Les visiteurs y sont logés jusqu’à ce que les autorités coloniales françaises décident de construire une véritable résidence pour les visiteurs.

Dans une lettre du 15 avril 1909 adressée à Henri Cordier par le Général de Beylié, alors résident général à Saigon, nous apprenons que :

« l’hôtellerie d’Angkor Vat, comprenant dix chambres et quatorze lits, sera définitivement terminée le 15 octobre. Les murs seront en briques ; chaque chambre aura sa salle de bain ; plus tard, on pourra l’augmenter de quatre ou cinq chambres. Il y a un salon et une salle à manger. Les frais (35 000 francs environ) seront supportés par la province de Battambang ».

« On va s’occuper aussi de remettre en état la fameuse chaussée khmère qui va de la rive droite du Mékong à Angkor ; cette route, jamais inondée, peut servir en toute saison et a l’avantage de faire voir les plus grandes rivières du Cambodge. Malheureusement le dessouchent des arbres qui ont poussé sur cette route sera une grosse affaire. »

« Les autorités chinoises de la Société des études indo vont charger M. Commaille, conservateur des ruines d’Angkor, de réaliser un guide pratique franco-anglais de ces ruines ; nous le ferons imprimer à Paris avec 50 ou 60 illustrations, format de poche. » (Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 53 ᵉ année, N. 5, 1909. pp. 353-354)

Le Bungalow tel qu'il apparaît sur un panneau de verre coloré faisant partie d'une lanterne magique d'Angkor datant des années 1920 (disponible sur ebay en décembre 2023).
Le Bungalow tel qu'il apparaît sur un panneau de verre coloré faisant partie d'une lanterne magique d'Angkor datant des années 1920 (disponible sur ebay en décembre 2023).

Jusqu’en 1932, avec l’ouverture du Grand Hôtel (aujourd’hui Raffles) dans le centre de Siem Reap, le Bungalow restera le principal hébergement de luxe dans la région d’Angkor.

Dans son édition de 1927, le célèbre Guide Madrolle indique pour Angkor (Siem-reap) : « Hôtel-Bungalow d’Angkor, 50 ch. | Hôtel-Palace (en 1927), à Siem-reap, 40 ch. avec salle de bain ou de douche ; installation moderne ».

Pourtant, les investisseurs et les hommes politiques français poussent au développement de l’hôtellerie haut de gamme en ville, plutôt qu’à proximité des temples, même si Georges Garros, le père de l’aviateur et tennisman Roland Garros, remarque en 1923 que « l’accès du magnifique groupe des ruines d’Angkor sera facilité en toute saison par deux routes actuellement en construction de Siemréap et Pursat, vers le Tonlé Sap… » : les travaux d’agrandissement du bungalow d’Angkor seront achevés cette année même. « L’accès au magnifique ensemble de ruines d’Angkor sera facilité en toute saison par deux routes actuellement en construction depuis Siem Reap et Pursat, vers le lac Tonlé Sap : les travaux d’agrandissement du bungalow d’Angkor seront achevés cette année même ».

Cette vue d'Angkor Vat a été prise " du bungalow 10-31 " dans les années 1920, Archives Louis Finot (Fonds photographique de l'EFEO)
Cette vue d'Angkor Vat a été prise " du bungalow 10-31 " dans les années 1920, Archives Louis Finot (Fonds photographique de l'EFEO)

En mai 1923, le journal « Les Annales coloniales » relate le lancement d'une Société d'études pour la construction d'hôtels en Indochine et ajoute :

« en cours de séance, l'assemblée a formulé son avis sur la construction d'un palace à Xiem Réap [Siemréap]. Cet avis, conforme au sentiment du syndicat d'initiative, se résume ainsi : Le bungalow actuel d'Angkor peut être conservé et indéfiniment agrandi ; tout autre hôtel doit être édifié à proximité des ruines, mais doit être construit en surface, et non en hauteur, et rester caché par la forêt ».

Au cours de la session, l'assemblée formule son avis sur la construction d'un palais à Xiem Réap. Cet avis, conforme au sentiment de l'Office du Tourisme, est résumé comme suit :

« L'actuel bungalow d'Angkor peut être conservé et indéfiniment agrandi ; tout autre hôtel doit être construit à proximité des ruines, mais il doit être construit de plain-pied, sans étage, et rester caché par la forêt ».

En 1924, le ton change : La Section de Propagande et du Tourisme s'est nettement prononcée pour la construction de l'Hôtel à Siem-Réap et non à Angkor, mais le bungalow actuel d'Angkor serait conservé et même agrandi et passerait de 28 à 50 chambres." (L'Éveil économique de l'Indochine, 20 avril 1924).

Pourquoi ? En 1923 a été créée la Société des Grands Hôtels d'Indochine (SGHI), un consortium au sein duquel des entrepreneurs privés français sont en concurrence. Le tourisme est en plein essor, Angkor est une de destination de choix et les promoteurs comprennent que tout développement important doit se faire en dehors de la zone d'Angkor.

Said Society est bientôt secouée par des scandales, dont le procès pour détournement de fonds de M. Debyser en 1928, avec la fermeture temporaire du Bungalow, qui rouvrira officiellement ses portes en décembre 1930. (Note : Debyser, qui était jugé pour un vol de 600 piastres, était un ivrogne notoire, et le fait que pratiquement tous les gérants du Bungalow étaient des ivrognes est documenté dans différents témoignages, jusqu'en 1937).

Hôtel des Ruines

Avec l'essor des visites touristiques, l'ancien « bungalow » acquiert le statut d'hôtel à part entière. L'écrivaine Harriett Ponder raconte dans son livre Cambodian Glory (1935-6) qu'elle a dû se battre avec le nouveau directeur de l'hôtel pour rester au Bungalow (aujourd'hui Hôtel des Ruines), qu'elle avait tant aimé lors de sa première visite, car la direction souhaitait attirer les voyageurs vers le Grand.

Quelques années plus tôt, une autre écrivaine américaine, Grace Thomson, avait pu séjourner près d'Angkor Vat, et elle évoque ses promenades au clair de lune depuis la chaussée d'Angkor Vat jusqu'à sa chambre dans Poison Arrows (Flèches empoisonnées).

Février 1932 : la gestion de l'Hôtel des Ruines est confiée à l'hôtelier et entrepreneur Alfred Messner (1880-1943), propriétaire de La Pagode à Saigon et de L'Ermitage à Thuduc. Convaincu qu'il peut accroître l'attractivité d'Angkor Bungalow, il organise les premières visites d'Angkor à dos d'éléphant pour les touristes, une attraction qui ne prendra fin qu'en 2011, sous la pression des défenseurs des droits des animaux. Les éléphants captifs d'Angkor mis à la retraite et leurs descendants mènent désormais une vie luxuriante et naturelle dans les vastes étendues de la forêt des éléphants de Kulen.

Alfred Messner (1880-1943)
Alfred Messner (1880-1943)

Messner est un bourreau de travail, mais alors que Le Courrier d'Indochine ne tarit pas d'éloges sur lui, L'Écho annamite du 3 septembre 1928 publie la lettre d'un client japonais le censurant pour des affiches placardées à la piscine de l'Ermitage indiquant que « l'accès à la piscine est exclusivement réservé aux Européens ».

Et la concurrence entre hommes d'affaires français fait rage : en avril 1936, André Vergoz, agent de voyage fondateur du New Siem Reap Hotel, et représentant du Grand Hôtel d'Angkor (devenu Raffles) à Saigon, s'assure que Charlie Chaplin et Paulette Goddard séjournent au Grand, et non à l'ancien Angkor Bungalow.

Auberge Royale des Temples

Après l'indépendance du Cambodge en 1953, le prince Sihanouk, alors chef de l'État, a personnellement supervisé le développement de l'industrie hôtelière. En octobre 1963, Le Monde Diplomatique commentait : « Jusqu'en 1955, le tourisme khmer demeura inorganisé ; il lui manquait notamment les moyens essentiels d'accueillir les visiteurs. L'hôtellerie ne comprenait que deux établissements de grande classe - sans être luxueux - : l'hôtel " Le Royal ", dans la capitale, et le " Grand Hôtel d'Angkor ", bâti en 1932 à Siem Reap, sous le protectorat, vétuste et démodé ».

Le 24 août 1959, mettant fin à une décennie de rivalité entre promoteurs privés français, le prince Sihanouk créée la Société khmère des Auberges royales (SOKHAR), en mettant l'accent sur les établissements de Siem Reap (la Villa Princière a été ajoutée au Grand Hôtel et à l'Auberge des Temples ) et en proposant des destinations affiliées à Kampot, Kep, Bokor et Poncheutong (Phnom Penh). Il présidait le conseil d'administration, qui comprenait le Premier ministre de l'époque, Penn Nouth, l'expert Sonn Voeunsai, le secrétaire d'État à l'information et au tourisme, Tim Dong, le vice-président du Parlement national, Ang Kim Khoan, et son collègue Ky Heng.

Plus tard, en 1963-64, le ministre du Plan et du Tourisme Nhiek Tioulong a commandé des travaux de rénovation à l'Auberge Royale des Temples, en faisant appel au célèbre architecte Lu Ban Hap (1939, Cambodge - 25 juin 2023, France), figure de proue du mouvement de la Nouvelle Architecture Khmère. Les bungalows de l'Auberge se caractérisent par une ventilation naturelle sous le toit et un tympan décoré, une technique qu'il a appliquée à plusieurs autres bâtiments, dont le marché de Svay Rieng (information aimablement fournie par Poum Measbandol ).

Pendant l' « âge d'or » du Cambodge, le tourisme a prospéré : SO KHAR a enregistré dans ses 215 chambres à travers le pays 6 213 clients en septembre 1959, 22 780 en 1965 et 25 382 à la fin du mois d'août 1968 (SOKHAR, Internal Report, 1968).

L'en-tête de l'Auberge dans une lettre du 19 décembre 1968 écrite par la voyageuse-photographe Solange Brand.
L'en-tête de l'Auberge dans une lettre du 19 décembre 1968 écrite par la voyageuse-photographe Solange Brand.

Les années suivantes ont été assombries par la guerre civile et, finalement, par la destruction. Le 11 mars 1969, une voyageuse note dans son blog : « En arrivant à Siem Reap, nous nous sommes transformés en moto pousse pour les sept derniers kilomètres jusqu'à l'Auberge Royal des Temples. L'hôtel se trouve juste en face d'Angkor Wat, de l'autre côté du pont qui enjambe la "douve". Il y avait quelques buffles dans l'eau avec des ibis assis sur leur dos ».

Rapport d'activité de SOKHAR, déc. 1968
Rapport d'activité de SOKHAR, déc. 1968

Les circonstances de la disparition de l'Auberge Royale des Temples restent floues. L'idée communément admise est qu'elle a été détruite par des bombardements, ce qui semble irréaliste puisque les Khmers rouges, malgré leur volonté de destruction, tenaient à préserver les temples d'Angkor de l'anéantissement. Leur rêve était de ramener le site à un passé mythique et pastoral où les rizières, et non les touristes, prédominaient.

Selon Dith Pran, qui a travaillé comme réceptionniste à l'Auberge à partir de 1964 et a été interprète pour l'équipe du film britannique « Lord Jim » avec Peter O'Toole à Angkor, l'hôtel a été démantelé par les forces de Pol Pot, qui ont utilisé les briques et les pierres des murs pour construire des ouvrages d'irrigation. (The New York Times, 12 oct. 1979).

Bernard Cohen avec notre partenaire Angkor Database

ความคิดเห็น

ได้รับ 0 เต็ม 5 ดาว
ยังไม่มีการให้คะแนน

ให้คะแนน

Merci pour votre envoi !

bottom of page