Économie & Dossier : Difficultés des travailleurs du secteur informel dans le Royaume

Selon plusieurs associations, les travailleurs informels continuent de souffrir de peu d’avantages ainsi que d’un manque d’information.

Chiffonnière. Photo Jean-Michel Gallet
Chiffonnière. Photo Jean-Michel Gallet

Dangkor

Juste avant l’entrée de la gigantesque décharge de Dangkor, la plus grande décharge de Phnom Penh, se trouve un groupe de cabanes de fortune en bois avec des toits en tôle qui brillent au soleil. La puanteur des déchets en décomposition flotte dans l’air chaud, tandis que plusieurs personnes sont assises dans leur véranda, surveillant leurs enfants et discutant pendant leur pause déjeuner.

La plupart d’entre eux vendent des sacs cousus à la main à des recycleurs qui récupèrent des objets dans les décharges ou sont eux-mêmes des collecteurs d’objets recyclés.

Les sacs réutilisés sont fabriqués à partir de sacs de riz ou de ciment usagés et vendus aux collecteurs d’ordures pour 1 500 riels à 4 500 riels (environ 1 dollar), selon la taille.

« Le prix a baissé d’environ 200 riels à cause de la pandémie, mais les chiffonniers n’ont pas les moyens d’en acheter autant qu’avant », explique Chan Ny, 43 ans, qui exerce ce métier depuis six ans, depuis son installation sur le site.

Décharge de Dangkor. Photo Hang Chivoan
Décharge de Dangkor. Photo Hang Chivoan

Le village n’a pas de nom officiel, car il a été créé par des migrants venus des provinces voisines, qui ont perdu leurs moyens de subsistance et leurs terres agricoles pour diverses raisons et espéraient s’assurer une vie meilleure en ville.

Ce groupe assez récent se trouve à seulement 20 mètres de quelques autres foyers, qui se sont établis il y a de nombreuses années, lorsque la décharge s’est étendue.

Au fil du temps, et surtout au plus fort de la pandémie, lorsque les travailleurs du secteur des services ont perdu leur emploi et leurs revenus, beaucoup se sont mis à ramasser les bouteilles, les canettes, les cartons et autres déchets dans les poubelles et les rues.

Il était logique pour certains de s’installer sur la décharge et de construire des abris simples, de fouiller dans la montagne d’ordures pour trouver des objets utiles pendant la journée et de vendre leur butin aux centres de recyclage, explique M. Ny.

« De plus en plus de gens s’installent ici pour travailler dans la décharge après avoir perdu leur emploi ou les petites entreprises qu’ils exploitaient, car ils n’étaient pas en mesure d’affronter la crise sanitaire liée à la pandémie »

« Nous avons maintenant environ 150 ménages. Jusqu’à récemment, il y en avait 130 », déclare le chef de village autoproclamé, ajoutant que tous ont souscrit des prêts auprès d’institutions de microfinance (IMF) et de créanciers privés.

Parmi eux, Ny, qui a contracté un prêt de 20 000 dollars auprès d’une IMF pour construire une maison. Elle a demandé à restructurer le prêt, car elle n’est pas en mesure de rembourser sa dette, mais elle n’avait pas encore reçu de réponse de l’institution.

Entre-temps, cette mère de deux enfants, âgés de 13 et 5 ans, a emprunté à « d’autres sources » pour payer les intérêts et répondre aux besoins quotidiens du ménage, ce qui a involontairement alourdi le fardeau de sa dette.

Malheureusement, c’est un scénario courant chez les emprunteurs actuels, en particulier les femmes et les personnes handicapées du secteur informel, qui sont susceptibles d’emprunter davantage auprès des banques, des IMF ou des proches, indique une étude du Programme des Nations unies pour le développement effectuée entre juillet 2020 et janvier 2021.

Selon Vorn Pao, président de l’Independent Democracy of Informal Economy Association (IDEA), la situation de Ny reflète l’état des lieux des travailleurs informels, qui représentaient près de 90 % de l’emploi total en 2019.

En 2016 déjà, l’Organisation internationale du travail avait constaté que plus d’un tiers de ces personnes travaillaient dans des segments non agricoles, notamment dans les secteurs des services et de l’industrie.

Cependant, pendant le Covid-19, les travailleurs ont dû faire face en s’appuyant sur des revenus fragmentaires et des emplois supplémentaires sur les chantiers de construction, par exemple, tandis que certains sont retournés dans leur ville natale pour cultiver ou pêcher.

Sur la base d’une enquête menée auprès de 224 vendeuses de rue, Pao annonce que 70 à 80 % des personnes interrogées entre début 2020 et mars 2021 étaient confrontées à la « faillite ».

Le résultat est le même pour environ 50 % des conducteurs de tuk-tuk, dont certains ont été contraints de vendre leur véhicule pour subvenir aux besoins de leur foyer.

Parce qu’ils dépendent également des travailleurs de l’industrie de l’habillement et d’autres industries, les suspensions et le chômage auxquels ces derniers ont été confrontés ont fait que les travailleurs informels ont été tout autant touchés, si ce n’est plus.

En supposant que la perte de revenu moyenne des travailleurs de l’habillement soit de 30 %, l’effet d’entraînement sur l’économie informelle serait double - 50 à 60 %, soutient Roth Vathana, directeur du Centre for Development Economy and Trade du Cambodia Development Resource Institute (CDRI).

Pao estime que lorsque le pays a rouvert ses portes en novembre, les vendeurs de rue n’ont pas pu reprendre leurs activités, car beaucoup d’entre eux se sont débarrassés de leurs charrettes pour récupérer de l’argent.

« S’ils voulaient reprendre leurs activités, ils devraient emprunter davantage d’argent à la banque », dit-il.

La situation est tout aussi inquiétante à plus grande échelle, étant donné que beaucoup ont épuisé leurs économies et vendu leurs biens, y compris leur bétail, ce qui leur laisse peu de sécurité financière, a-t-il déclaré dans un podcast avec le CDRI en décembre de l’année dernière.

À l'époque, Pao expliquait que 90 % des 10 000 membres d'IDEA, qui comprennent des chauffeurs de taxi, des conducteurs de tuk-tuk, des livreurs et des vendeurs de rue, avaient deux ou trois emplois pour joindre les deux bouts.

Il a également constaté que les femmes étaient plus touchées que les hommes, étant donné leur présence plus importante dans le secteur informel où elles occupent des emplois de domestiques, de vendeuses de nourriture et de chiffonnières.

« Depuis l’époque du podcast sur la situation de la dette, rien n’a changé », affirme-t-il, ajoutant que le seul résultat positif de la réouverture du pays était que « certains » travailleurs pouvaient « un peu mieux se permettre » de rembourser leurs prêts.

Peu efficace

Cela dit, Pao estime que le processus de restructuration des prêts imposé par la Banque Nationale du Cambodge (BNC) en mars 2020 n’a pas « vraiment aidé les emprunteurs » de l’économie informelle.

Il suggère que les institutions financières retardent à la fois les intérêts et le principal des prêts, plutôt que les intérêts seulement.

« Les deux doivent être suspendus, cependant, ce n’est pas le cas, car le paiement des intérêts est toujours nécessaire. Cela ne fait que retarder le paiement du principal. Lorsque la période de restructuration sera terminée, les institutions financières récupèreront les intérêts et le principal. C’est pourquoi nous disons que cela n’a pas vraiment aidé », remarque-t-il.

En écho, M. Vathana du CDRI estime également qu’une crise de l’endettement des ménages pourrait être imminente, car l’initiative de restructuration des prêts introduite par la BNC s’est avérée, selon lui, « inefficace » pour traiter la question de la dette.

« Il y a un certain nombre de risques. Premièrement, il y a la vente d’actifs en raison de la situation d’endettement. Deuxièmement, c’est la réduction de la consommation et troisièmement, l’épuisement de l’épargne », dit-il.

En ce qui concerne la restructuration des prêts, il trouve qu’elle est très « ciblée » et s’adresse aux secteurs prioritaires tels que les entreprises des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie.

« Toutefois, le Cambodge possède une importante économie informelle, donc je dirais qu’un segment important de l’économie a été laissé de côté et que les activités de restructuration des prêts pourraient ne pas atteindre suffisamment ces segments », souligne-t-il.

En outre, la restructuration des prêts est basée sur les demandes soumises par les emprunteurs, ce qui, selon M. Vathana, laisse supposer qu’il y a une probabilité que certains clients ne veuillent pas présenter leur demande.

Sur la décharge. Photo Maciej Dakowicz
Sur la décharge. Photo Maciej Dakowicz

Cela implique que l’emprunteur serait enclin à conserver un bon score de crédit afin d’être en mesure d’accéder à davantage de crédit à l’avenir. Au lieu de cela, il pourrait recourir à « d’autres moyens » pour résoudre ou atténuer les chocs.

Outre la courte période de restructuration des prêts, qui ne dure que trois à six mois, il est probable que certains ne soient même pas au courant de l’existence de l’option de moratoire sur les prêts.

« En fait, nous avons mené une enquête séparée et l’une des questions que nous avons posées était de savoir s’ils étaient au courant de l’initiative de restructuration des prêts, et une majorité d’entre eux ont répondu qu’ils n’étaient pas au courant ».

Un niveau gérable

Il n’existe pas encore de données sur le type de prêts accordés au secteur informel, explique Kaing Tongngy, responsable de la communication de l’Association cambodgienne de microfinance (ACM), qui a partagé la ventilation des prêts approuvés par la BNC en 2020.

Les données ont révélé que, bien que les prêts aux ménages se soient modérés à 31,3 % en 2020, contre 34,1 % en 2019, ils constituaient la plus grande partie du crédit déboursé par les IMF.

Ces études ont montré que les prêts contractés par le secteur informel sont souvent des crédits à la consommation, qui peuvent être classés dans la catégorie des prêts aux ménages.

« Le secteur de la microfinance suivra la politique de la BNC sur la restructuration des prêts afin de garantir la qualité des prêts dans le secteur dans le cadre de notre stratégie de sortie du Covid-19 », dit-il, en référence aux prakas de la BNC concernant le traitement des prêts publiés à la fin de l’année dernière.

Séparément, l’enquête socio-économique de l’Institut national des statistiques (NIS) du ministère de la Planification révèle que 34 % des Cambodgiens, soit environ 1,3 million de ménages, vivaient dans la dette ou faisaient face à des emprunts en 2019/2020.

Il s’agit d’une hausse de 2,5 % par rapport à 2017 ou de 24,1 % par rapport à 2014, la taille moyenne des prêts aux ménages ayant augmenté de 85 % pour atteindre 17,7 millions de riels (environ 4 300 $), contre 9,6 millions de riels en 2017.

En 2021, M. Tongngy indique que les membres de la CMA ont restructuré des prêts d’une valeur totale de plus de 1,7 milliard de dollars en faveur de 360 000 clients de divers secteurs. Bien qu’il n’existe pas d’orientation sur le risque de crédit des prêts dans le secteur informel, l’ACM prévoit une augmentation globale du portefeuille à risque de plus de 30 jours, une mesure du ratio de prêts non performants, dans les premiers mois de 2022.

Il a toutefois assuré qu’il se situerait à un « niveau gérable », puisqu’il est actuellement inférieur à 2 %. Cette prévision est basée sur le fait que 10 % des prêts actifs des IMF arriveront à échéance au cours des premiers mois de cette année.

À la question de savoir si les personnes du secteur informel bénéficieraient d’un soutien financier lorsque la BNC mettra fin à la politique de restructuration des prêts, ce qui devrait se produire après le mois de juin de cette année, le porte-parole du ministère de la Planification, Srey Da, a répondu que cette question n’était pas du ressort de son ministère.

« Le transfert d’argent est fourni par le gouvernement aux personnes pauvres et aux familles touchées par le Covid-19 sans faire référence aux gens du secteur informel.

« Dans le cadre de la procédure IDPoor, si une famille se trouve en difficulté, elle doit s’adresser à l’autorité communale de son lieu de résidence, comme indiqué dans le livret de famille », déclare M. Da, demandant que les questions soient adressées au ministère du Travail et de la Formation professionnelle.

Toutefois, son porte-parole, Heng Sour, rappelle que l’économie informelle relève de la compétence du ministère de l’Économie et des Finances qui ne s’est pas exprimé à propos d’une éventuelle aide supplémentaire en dehors des programmes de transfert d’argent.

Entre-temps, les programmes de transfert d’argent du gouvernement se sont poursuivis et quelque 700 000 personnes possédant une carte IDPoor et des chômeurs du secteur du tourisme continuent de recevoir cette aide en espèces.

Mak Cheah and Mao Teur at the hospital. ©GIZ/Conor Wall
Mak Cheah and Mao Teur et leur carte IDPoor ©GIZ/Conor Wall

Cependant, l'étude du PNUD révèle que les travailleurs informels des micro, petites et moyennes entreprises affirment « n'avoir reçu aucune aide du gouvernement », alors que 70 % des personnes interrogées en janvier de l'année dernière espéraient toujours une aide du gouvernement.

« Il est vrai que de nombreux travailleurs informels n'ont pas bénéficié d'une protection sociale, car 80 % d'entre eux sont des migrants urbains, notamment à Phnom Penh, et ils vivent dans des logements locatifs. L'enregistrement n'est donc pas facile », explique Pao.

Loi sur la protection sociale

Néanmoins, il existe d'autres moyens pour le gouvernement d'aider le secteur, notamment des programmes sur la façon de gérer une petite entreprise à l'aide de smartphones, l'amélioration des connaissances et des compétences en matière de commerce électronique, la formation professionnelle et la garantie de prestations sociales et de conditions de travail décentes.

Pour les personnes menacées de faillite, M. Pao rappelle que le gouvernement, par l'intermédiaire du Conseil national de la protection sociale, serait en mesure de fournir des fonds temporaires pour aider à protéger les ménages vulnérables.

En outre, il a insisté sur l'amélioration du mécanisme d'enregistrement des documents relatifs au programme de transferts monétaires, notamment en formant les fonctionnaires locaux afin qu'ils comprennent le processus et l'importance de l'aide financière aux communautés vulnérables.

Malgré cela, M. Pao rappelle que le cadre politique de protection sociale 2016-2025, qui a conduit à la promulgation du projet de loi sur le système de protection sociale, couvre également les travailleurs indépendants et informels.

« Dans le document juridique, les soins de santé et les pensions sont mentionnés, mais la loi n'est pas claire à ce sujet. Il faudrait un anukrit (sous-décret) pour qu'ils puissent bénéficier de ces avantages », explique-t-il.

De retour dans le village de Dangkor, Srey Chan dépend de la vente de sacs de récupération et du salaire de son mari, chauffeur de camionnette, pour faire vivre leur foyer, qui comprend ses filles de quatre ans et de cinq mois, et ses beaux-parents âgés.

Chan, 28 ans, raconte qu'ensemble, ils gagnent environ 40 000 riels (environ 10 dollars) les « bons jours », ce qui est encore « un peu mieux » que dans la province.

« Nous sommes originaires de Prey Veng, mais nous avons dû vendre nos terres agricoles, car nous avions besoin d'argent. Mes parents sont âgés, alors j'envoie aussi de l'argent à la maison parce qu'ils n'ont pas de carte IDPoor », explique Mme Chan, qui s'est installée dans le village au début de l'année 2021.

Sur la décharge. Photo Maciej Dakowicz
Sur la décharge. Photo Maciej Dakowicz

Cela signifie que son mari fait des petits boulots, notamment la collecte de bouteilles en plastique et de ferraille dans la décharge pour les vendre afin de s'assurer qu'ils ont assez d'argent. À l'avenir, en supposant que la loi sur la protection sociale soit promulguée et que les mécanismes soient renforcés, Mme Chan et de nombreux autres acteurs de l'économie informelle pourront mener une vie plus productive. C'est ce que nous espérons.

Sangeetha Amarthalingam avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône