top of page

Tourisme & Initiative : Norry de Kampot, tradition et loisirs

Qu’il s’agisse de transporter des marchandises, de restaurer le réseau ferroviaire du pays ou de devenir une attraction touristique à Battambang, le norry a joué un rôle important dans le Cambodge moderne.

Des touristes prennent le train en bambou, également appelé norry, dans la province de Kampot, en juin. Photo fournie
Des touristes prennent le train en bambou, également appelé norry, dans la province de Kampot, en juin. Photo fournie

À propos

Le norry est une sorte de véhicule ferroviaire léger improvisé. Souvent construit avec des cadres en bambou et propulsé par des moteurs de motos, il a été pendant de nombreuses années le seul matériel roulant sur les rails du Royaume. L’expérience du norry est maintenant disponible à Kampot.

Le ministère du Tourisme vient d’annoncer la création d’un nouveau « manège à norry » unique au « Phnom Vor Natural Paradise restaurant » et espère qu’il attirera les touristes à Kampot.

Le site se trouve dans une ferme biologique du village de Trapeang Khang Cheung, dans la commune de Trapeang Pring, près de la frontière provinciale de Kep-Kampot.

Bis Chenda, gérant du restaurant, fait remarquer que la plupart des visiteurs de Kep et de Kampot sont des écotouristes. Avec de magnifiques paysages de montagne des deux côtés, le restaurant utilise ses norries pour transporter les touristes à travers les champs, le bétail et les paysages forestiers de la région.

« Si les touristes veulent profiter du norry, ils vont généralement dans le district de Banan à Battambang. Le patron, l’évêque Olivier Schmitthaeusler, a décidé d’en construire un chez nous pour que les visiteurs puissent en faire autant », explique-t-il.

La zone agrotouristique de 80 hectares a été achetée en 2003 à l’ancien commandant militaire khmer rouge Chhouk Rin. Elle a été aménagée, déminée et préparée pour l’agriculture.

Etudiants en ballade. Photo fournie
Etudiants en ballade. Photo fournie

Pendant la pandémie en 2020, l’évêque, également président du conseil d’administration de la Communauté catholique du Cambodge, a commencé à utiliser la zone comme site d’agrotourisme, afin que les étudiants en agriculture disposent d’un endroit pour effectuer des exercices pratiques pendant que les écoles étaient fermées.

Chenda, professeur d’agronomie à l’école secondaire privée technique Saint-François dans la province de Takeo, raconte : « Nous avons préparé le terrain parce que nous voulons que les étudiants étudient l’agriculture, et c’était l’endroit idéal pour cela. »

Le projet compte 15 personnes qui élèvent des animaux et cultivent des légumes. Le week-end, des étudiants en tourisme de plusieurs lycées techniques viennent apprendre à organiser l’hébergement, l’hospitalité et la nourriture.

Restaurant et norry

Le restaurant et le norry ont tous deux été achevés en 2021. Ils ont commencé par n’accepter que les réservations de groupes privés, mais ont entièrement ouvert au public au début de cette année.

Le circuit ferroviaire est long de 3,25 km. Il faut environ une demi-heure pour le parcourir et il est composé de deux voies. Il diffère des « trains de bambou » de Battambang, plus connus. Si deux trains se rencontrent sur leur ligne unique, le plus léger des deux doit être sorti des rails pour permettre à l’autre de passer.

Moines cambodgiens sur un norry. Photo Lizzie Tum
Moines cambodgiens sur un norry. Photo Lizzie Tum

Le norry de Kampot fait payer 5 000 riels aux touristes, mais les enfants de moins de 9 ans voyagent gratuitement.

« Le terrain le long des voies est agrémenté de jardins, d’animaux et de stations où les visiteurs peuvent faire de courtes pauses », décrit Mme Chenda.

Entre la première et la deuxième station, il y a des jardins de fleurs et de légumes, des plantations de mangues, de pitayas et de bananes, des champs pour élever des chevaux, des vaches, des cochons sauvages et des enclos pour les chèvres.

De la deuxième à la troisième station, les visiteurs verront des anacardiers au pied de la montagne, des fleurs sauvages et des paysages de collines. La troisième station comporte des kiosques pour s’asseoir et jouer, ainsi qu’une vue sur les plantations de noix de coco sur les collines.

« Dans cette zone montagneuse, le paysage est très beau. Il rappelle un peu le Mondulkiri. En général, nos clients se détendent au troisième arrêt pendant environ 15 minutes avant de retourner au restaurant », dit-il.

En mai, l’attraction a reçu un total de plus de 5 000 visiteurs, sans compter les enfants, bien que le nombre de visiteurs ait légèrement baissé en juin, en raison de fortes pluies.

Impression familiale

Lay Vanny, qui a visité le site agrotouristique avec sa famille en mai, raconte :

« C’est une atmosphère relaxante pour ceux qui aiment être entourés par la nature. Le paysage est magnifique, les champs sont abondants et les animaux sont beaux — comme dans les pays voisins. C’est aussi agréable d’avoir un norry pour se promener. »

Origine

Bien qu’il n’existe pas de trace claire de l’histoire du terme norry, il est probable qu’il provienne du mot Lori, qui désigne un chariot plat destiné à être utilisé par les réparateurs de rails pour transporter leur matériel.

Les charrettes en bambou de deux mètres sur trois ont été utilisées pour la première fois dans les années 1970. Des perches en bois étaient utilisées pour pousser le chariot le long de la voie.

Comme elles étaient légères, elles étaient idéales pour vérifier si les voies étaient endommagées. Finalement, elles ont évolué vers les véhicules motorisés adaptés aux touristes que nous connaissons aujourd’hui. L’utilisation de moteurs de motos sur les norries a été critiquée, car elle risquait de faire perdre l’identité originale de l’attraction.

« Au début, nous avons modelé nos norries sur ceux du district de Banan, sous la forme d’un radeau en bambou avec des roues et un petit moteur à essence. Comme notre région est montagneuse et que nos pistes montent, ils n’avaient pas la puissance nécessaire pour gravir les collines, et certainement pas avec cinq ou six touristes à bord », explique Chenda.

Touristes sur un Norry. Photo Shankar
Touristes sur un Norry. Photo Shankar

Le moteur de moto modifié du norry de Kampot a le potentiel de transporter six à huit visiteurs adultes pour explorer les forêts verdoyantes pendant la saison des pluies.

« Parce qu'il réside au Cambodge depuis plus de 20 ans, l’évêque aime les Khmers et leurs traditions. C’est pourquoi il a choisi de conserver un norry original. Il n’y a pas de coussins pour les passagers, mais ils s’assoient ensemble et s’amusent », ajoute Chenda.

Actuellement, le carrousel reçoit un petit nombre de visiteurs chinois, européens et indiens, mais la grande majorité des touristes sont des locaux.

« Il y a quelques étrangers, mais pas beaucoup, car peu de voyageurs internationaux sont revenus », dit-il.

Il dévoile également un plan de développement progressif avec des améliorations comprenant des logements, des tentes et une piscine.

 Phnom Vor Natural Paradise restaurant
 Phnom Vor Natural Paradise restaurant. Photo fournie

« La plupart de nos visiteurs disent qu’ils veulent une piscine ainsi qu’un logement. Ils aimeraient s’asseoir et se détendre ici. Nous n’en sommes qu’au début et nous recommandons aux clients de séjourner dans la ville provinciale voisine. Nous coopérons même avec les hôtels locaux et recommandons nos préférés », dit-il.

Page Facebook

Avec Pan Simala — Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page