Sport & Jeux d’Asie du Sud-Est 2023 : Cinq questions au Cambodgien Vath Chamroeun

Vath Chamroeun est secrétaire général du Comité national olympique du Cambodge Photo : CAMSOC.

Secrétaire général du Comité national olympique du Cambodge et Secrétaire général du Comité d’organisation des Jeux d’Asie du sud-est du Cambodge, Vath Chamroeun s’est entretenu avec Ung Chamroeun du journal Cambodianess pour discuter des prochains Jeux d’Asie du Sud-Est de 2023.

Ung Chamroeun : En attendant l’échéance de 2023, dans quelle mesure le Cambodge est-il prêt, en termes d’infrastructures et de ressources humaines, à accueillir les Jeux SEA ?

Vath Chamroeun : Le CAMSOC (Comité d’organisation des Jeux SEA du Cambodge) a élaboré un mécanisme et un plan stratégiques très appropriés pour l’organisation des Jeux SEA de 2023. En termes d’infrastructures, il ne semble pas y avoir d’obstacle majeur qui pourrait compromettre l’ensemble du processus. Le stade national Morodok Techo, récemment construit, sera achevé en mai ou juin 2021. L’ensemble du stade est terminé à 95 %. Le reste ne concerne que de petites zones sportives qui doivent encore être aménagées. D’autres zones pour les Jeux SEA sont également en cours de préparation, tant dans la capitale Phnom Penh, en particulier pour les jeux de grande envergure, que dans d’autres provinces telles que la province de Preah Sihanouk, celles de Kampot et de Kep. Le parc national de Kirirom sera également envisagé. Nous prévoyons également de nous rendre dans la province de Siem Reap, l’une des plus grandes destinations touristiques du Cambodge, car certains jeux s’y dérouleront également.

Ung Chamroeun : Qu’en est-il du déploiement des ressources humaines ?

Vath Chamroeun : Nos athlètes, tant féminins que masculins, constitueront nos principaux atouts lors des Jeux SEA. Nous nous concentrons sur leur entraînement afin d’obtenir une performance maximale, mais l’une de nos préoccupations concerne le renforcement des capacités en termes de spécialisation. En ce qui concerne l’infrastructure, nous pouvons la mettre en place immédiatement si nous avons suffisamment d’argent. En revanche, pour les ressources humaines, il ne suffit pas d’avoir de l’argent. Nous devons disposer d’assez de temps, d’assez de formation et de préparateurs avec un encadrement très rigoureux. Nous avons observé que nos athlètes se sont entraînés très activement en vue des prochains jeux. Nous les encourageons à travailler encore plus. D’autre part, il existe une formation pour les officiels du sport, tels que les juges ou les entraîneurs. Nous avons créé des cours de perfectionnement à leur intention.

Le CAMSOC est responsable du fonctionnement de ces prochains jeux et comprend 14 commissions différentes, toutes chargées de tâches spécifiques. Trouver des organisateurs n’est donc pas un obstacle, mais en termes d’athlètes, nous sommes encore assez limités. Nous devons mettre l’accent sur leurs points faibles et leurs points forts, ce que nous faisons en les envoyant se préparer à l’étranger à la fin de 2021 et tout au long de 2022. Dans l’ensemble, nous avons confiance à 100 % dans nos infrastructures, mais nous sommes moins confiants en ce qui concerne les ressources humaines nécessaires pour les jeux. Je dirais que de ce côté-là, nous sommes prêts à 70 ou 80 % pour le moment.

Ung Chamroeun : Comment la pandémie de COVID-19 affectera-t-elle le Cambodge lorsqu’il accueillera les Jeux SEA ?

Vath Chamroeun : Eh bien, c’est un problème mondial qui a entravé les Jeux olympiques, principalement en termes de processus de formation. Indirectement, la pandémie a une incidence sur l’état mental de nos athlètes, de nos préparateurs et d’autres professionnels. Elle affecte aussi le temps qu’ils consacrent à l’entrainement et à la préparation. Néanmoins, nous restons forts, déterminés et attentifs et nos athlètes ont conservé leur forme physique pendant la pandémie. Le COVID-19 a provoqué le confinement de certaines zones et, pour cette raison, nous avons encouragé nos athlètes à s’entraîner seuls depuis leur domicile.

Depuis environ deux ans, la pandémie crée des frictions et nous empêche de nous engager dans des compétitions mondiales et de tester notre forme. Nous avons donc du mal à mesurer nos capacités et à découvrir nos points faibles et nos points forts, mais, en fin de compte, il s’agit d’un problème mondial — tous les sports de haut niveau sont touchés.

Ung Chamroeun : Avec le décès de certains athlètes âgés qui contribué au processus d’organisation des Jeux SEA au Cambodge, comment le Comité National et le CAMSOC vont-ils montrer leur gratitude envers ces vénérables athlètes ?

Vath Chamroeun : Le professeur Hem Thon, le Dr Sdeoung Chea et Keo Thun, ainsi que de nombreux autres aînés admirés, souhaitaient voir l’ouverture des Jeux SEA au Cambodge. Malheureusement, ils n’ont pas vécu assez longtemps pour assister à cet événement. Ils ont quitté ce monde, mais nous voulons leur témoigner notre profonde gratitude pour le développement de notre sport national. Nos équipes ont créé des clips vidéo montrant leurs meilleurs moments qui seront diffusés comme source d’inspiration lors des événements sportifs.

Ung Chamroeun : Avez-vous des commentaires pour les fédérations sportives concernées concernant ces prochains jeux ?

Vath Chamroeun : Au cours des deux prochaines années, le Cambodge accueillera les Jeux SEA et les Jeux Para de l’ASEAN. Toutes les parties concernées et les fédérations sportives doivent se concentrer sur le développement des performances de leurs athlètes. À cause du COVID-19, le perfectionnement de nos athlètes a été ralenti. J’aimerais donc que nous transformions tous une situation difficile en une occasion de renforcer notre esprit de combat et de nous entraîner.

Dès que la situation se sera calmée, nous devrons trouver les moyens de renforcer encore nos capacités. Je voudrais que nous nous unissions tous dans ce cercle familial du sport national. Nous devons consacrer tous nos efforts aux Jeux SEA 2023, que le gouvernement a soutenus pour faire de cet événement une véritable réussite, aux côtés d’autres participants. Nous devons nous unir pour transformer cette crise en un succès.

Ung Chamroeun avec l’aimable autorisation de Cambodianess