top of page
Ancre 1

Siem Reap & Parcours : Damien Dufresne, créateur de beauté

Qualifier Damien Dufresne de photographe ne serait qu’en partie vrai. L’artiste, qui vient tout juste de s’installer à Siem Reap après six années passées à Shanghai, est aussi coiffeur et maquilleur, véritable chef d’orchestre jonglant avec brosses, pinceaux, boîtiers, ombres et lumières. Tout cela dans le but d’obtenir une image à l’hypnotique beauté.

Damien Dufresne, créateur de beauté
Damien Dufresne, créateur de beauté
« Je n’ai pas de raison d’être fier de mon travail, mais suis tout simplement heureux du chemin parcouru. J’ai surtout conscience de la chance que j’ai d’exercer le métier que j’aime. Cette chance, je l’ai provoquée, bien sûr, mais, sans l’aide des personnes qui ont croisé mon chemin personnel et professionnel, mon parcours aurait été bien différent. Je pense que seul, nous ne sommes rien, et que rien n’est plus important que le partage. »

Damien Dufresne est un artiste modeste, qui avoue, d’un ton de voix qui se veut presque une excuse, préférer parler de son travail et de ses amitiés plutôt que de lui-même. Il y aurait pourtant fort à dire sur une vie faite de rebondissements, de changements de cap, d’expériences, de rencontres, de challenges, de ville en ville : Paris, Milan, New York, Séoul, Shanghai… et Siem Reap. Le regard qu’il pose sur son interlocuteur fait rebondir l’entretien, retourne les questions, met en confiance et instaure un climat de complicité. Sûrement agit-il ainsi envers ses modèles, dont la photographie, souvent en plan serré, laisse entrevoir la beauté de la personnalité à travers la beauté de l’œuvre.

Damien Dufresne, créateur de beauté

Faire briller les stars

Peut-être, aussi, a-t-il usé des mêmes méthodes lorsqu’il maquillait les mannequins et les stars, pour Dior et Chanel, Thierry Mugler et Yves Saint Laurent. Il en aura côtoyé un grand nombre, Liane Foly, Sylvie Vartan, Pascal Obispo, France Gall, Elsa, Vanessa Paradis, Mauranne, Grace Jones, Isabelle Huppert, Sophie Marceau… insistant sur le rôle prépondérant joué par le maquilleur.

« Une relation privilégiée se noue alors. On se transforme en confident, on s’occupe d’elles, on les rassure, on discute… Le maquilleur est souvent l’une des dernières personnes que l’on voit avant de partir affronter le stress de la scène ou de la caméra. »

Ce métier, qu’il a aimé de tout son cœur, Damien Dufresne continue de le pratiquer, mais d’une manière tout autre. Sa manière.

Damien Dufresne, créateur de beauté

Coiffeur, maquilleur, directeur artistique et photographe

Damien Dufresne débute sa carrière dans la coiffure, profession qu’il exerce durant dix ans avant de se tourner vers une autre activité. À trente ans, il apprend le maquillage et devient coiffeur-maquilleur en studio. Dix ans plus tard, à quarante ans, il amorce un nouveau virage, décide d’arrêter la coiffure et de se focaliser sur le maquillage. Le voilà alors directeur artistique à Séoul, occupant ce poste douze ans durant.

On le retrouve ensuite à Paris, où il abandonne les studios au profit des laboratoires de L’Oréal, en charge de créer des gammes de couleurs saisonnières pour les maquillages de la marque. C’est également en 2012 qu’il décide de passer derrière la caméra pour entamer le travail photographique qu’il poursuit encore aujourd’hui.

En 2017, il s’installe à Shanghai pour une nouvelle vie, un nouveau départ, un nouveau challenge. Cette période, Damien Dufresne la qualifie comme étant l’une des plus intenses et des plus créatives de sa vie professionnelle.

Damien Dufresne, créateur de beauté

Faiseur d’images

« Je n'ai jamais eu de plan de carrière. Jamais je ne me suis fixé d'objectif bien défini. J'ai toujours fait confiance au hasard et aux rencontres » confesse l'artiste, comme étonné d'en être arrivé là.

Peu à peu, il est parvenu à trouver sa voie de démiurge créatif, gérant tous les aspects de son art, du choix du modèle à sa préparation, de sa coiffure à sa vêture, jusqu'à la prise de vue qui marque l'aboutissement (et le passage à l'immortalité) de l'œuvre.

« Je n'ai pendant longtemps été qu'un exécutant. Se lancer dans une carrière artistique à mon compte a été le moyen le plus sûr pour devenir enfin vraiment créatif. Pourtant, je ne me sens ni maquilleur, ni coiffeur, ni photographe. Je fais des images, mes images, sans contrainte et selon ma seule inspiration. L'appareil photo ne sert qu'à retenir les images que j'ai fabriquées. »

Damien Dufresne, créateur de beauté

Dans les coulisses de la création

Lors de la soirée inaugurale de son studio, le créateur nous a donné un aperçu des coulisses de son travail, dévoilant quelques secrets de prises de vue. Une séance orchestrée par Damien Dufresne nécessite d’avoir recours à une ribambelle d’assistants s’affairant autour des mannequins, se partageant les tâches sous la supervision du maestro. Le processus suit une méthode éprouvée, lors de laquelle le modèle est tout d’abord coiffé, avant de subir une séance de préparation plus ou moins longue. « Il faut aller vite sous le climat cambodgien, la température faisant vite fondre le maquillage. Le temps limité impose un sentiment d’urgence qui s’avère propice à la création. »

Si l’ordre se montre bien établi, tout le reste laisse libre cours à l’imagination et à la créativité.

« J’aime ne rien préparer à l’avance. Ceci est valable pour le maquillage, mais aussi pour la photo. Je construis mes images petit à petit, en échangeant avec mes modèles, en me servant de l’écran pour leur expliquer où je souhaiterais en venir, pour montrer ce que j’aime et ce que j’aime moins. Je leur laisse une part de liberté, sauf celle de poser. J’aime la retenue dans mes photos, la simplicité. Le regard intérieur est bien plus émouvant que la séduction. »

Son inspiration, il la puise dans son vécu, ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines, ses histoires et ses chagrins d’amour, ses rires et sa mélancolie. C’est tout cela qu’il tente d’écrire sur le visage de ses modèles.

Damien Dufresne, créateur de beauté

Œuvre picturale

Le résultat, souvent constitué d'un plan moyen ou d'un portrait serré, tient plus du tableau que de la photographie.

« Mon père était un excellent dessinateur. Il nous emmenait dans les musées, c'était d'ailleurs à peu près la seule éducation artistique qu'il nous procurait. Mes références ont donc été tout d'abord des peintres, et uniquement des peintres. Ce n'est que plus tard que j'ai pu me construire une culture littéraire ou photographique. Dans les images que je crée, je me sers du visage comme d'une toile. C'est comme de l'aplat. »

Mais souvent, avoir du talent ne suffit pas, encore faut-il pouvoir le faire connaître et reconnaître. Masa, sa patronne, sa muse, sa sœur et son amour platonique s'est chargée de cela. Laissant à l'artiste l'esprit libre pour déployer sa créativité.

Damien Dufresne, créateur de beauté

« La vie telle que je l’entends »

Les photos de Damien Dufresne sont exposées dans plusieurs galeries de par le monde, auxquelles il faut dorénavant ajouter celle de Siem Reap, au pied du Kulen Hotel. L’artiste envisage, au printemps prochain, de regrouper son studio et sa galerie en un seul et unique lieu.

Un studio, une galerie, voilà de quoi réjouir les siemréapois, dont la scène culturelle s'était considérablement dégarnie depuis la pandémie. La foule venue assister à l'inauguration du studio montre bien l'appétence du public pour l'art, surtout lorsqu'il s'agit de créateurs de cette ampleur.

Pour quelqu'un qui a tant voyagé, le choix de s'établir à Siem Reap constitue un équilibre longtemps désiré. « Je trouve ici tout ce que j’attendais, le calme, la générosité, le sourire, la bienveillance, la vraie vie. La vie telle que je l’entends. »

Instagram : @dufresne_damien

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport     Société     Environnement 

bottom of page