Siem Reap & Initiative : « Drive Srey », quand les Cambodgiennes aident les Cambodgiennes

Malgré une vie parsemée de difficultés et un accès limité à l'éducation, Pich Oun, mère de quatre enfants, se dit fière de sa carrière de conductrice de tuk-tuk.

Quelques membres de l'équipe de Driver Srey posant avec leurs véhicules dans la province de Siem Reap. Photo fournie
Quelques membres de l'équipe de Driver Srey posant avec leurs véhicules dans la province de Siem Reap. Photo fournie

Pich Oun travaille de longues heures à transporter des passagers et des marchandises, mais trouve encore le temps de déposer ses enfants à l’école et de cuisiner pour sa famille.

Ayant appris qu’un hôtel recrutait un chauffeur pour ses clients, Oun, aujourd’hui âgée de 46 ans, a posé sa candidature. Elle a loué un tuk-tuk pendant les deux premiers mois avant de décider de s'engager dans sa nouvelle carrière et de financer un véhicule personnel. Elle a d’abord travaillé aux côtés de son mari, mais celui-ci a abandonné la famille, laissant Oun élever seule leurs quatre enfants.

« Pour la pension alimentaire, je ne recevais que 1,6 million de riels par mois, et lorsque la pandémie est arrivée, il a complètement cessé de payer. Je n’ai même pas vu 100 riels de sa part. Maintenant, j’élève nos enfants toute seule », confie-t-elle.

« Pendant les verrouillages dus à la pandémie, il n’y avait ni touristes ni passagers, alors ma mère, mes enfants et moi-même avons fait les poubelles pour gagner notre vie. Nous avons eu la chance de recevoir un don de 50 kg de riz de l’organisation Driver Srey », ajoute-t-elle.

Originaire de la région de Phnom Bok, dans le district de Banteay Srei, Pich Oun raconte que les pasagers apprécient et sympathisent avec les conductrices de tuk-tuk, bien que certains hommes semblent semblent douter de leurs capacités de conduite.

Avant de partir chercher des touristes dans un hôtel et de les emmener dîner, Oun confie que « de nombreux passagers sont conscients des difficultés des femmes conductrices et les soutiennent. »

Lorsqu’elle emmène des clients d’un hôtel à un restaurant et qu’elle les ramène, l’organisation Driver Srey fait payer aux passagers ou à l’hôtel six dollars, dont cinq vont à la conductrice et un au chef d’équipe.

Une invitation au soutien

Après avoir vu Oun travailler en tant que femme chauffeur de tuk-tuk sans aucun lien avec le réseau touristique, Khoy Prokrotey, également connue sous le nom de Nin, lui a demandé de rejoindre le groupe Driver Srey, qui a été créé en 2017.

Nin, qui est également guide touristique et conductrice de tuk-tuk, raconte que la plupart des conductrices étaient très nerveuses à leurs débuts. Bien qu’elles soient des conductrices confiantes, elles craignaient que leur manque de connaissances en langues étrangères ne leur rende la communication avec les touristes trop difficile. Il était donc crucial d’avoir un soutien.

Nin, 48 ans, a travaillé avec des organisations communautaires d’aide aux femmes et a également travaillé comme guide d’écotourisme lorsqu’elle a créé « Driver Srey: The Women Drivers of Siem Reap ».

« Je voulais soutenir les femmes vulnérables et les veuves à trouver un emploi, et je voulais aussi aider les touristes étrangères qui voyagent seules », dit-elle.

Nin confie qu’elle s’est spécialisée dans l’écotourisme, grâce à son expérience de travail dans le tourisme communautaire à Chi Phat à Mondulkiri, avec les communautés Kreung et Chambok. Elle a rencontré de nombreuses femmes sans emploi, ainsi que des femmes séparées ou divorcées qui n’avaient aucun revenu pour subvenir aux besoins de leurs enfants.

Elle a appris aux villageois comment cultiver des légumes et comment faire du compost dans les villages éloignés. Lorsque ces projets ont pris fin, elle a commencé à travailler avec d’autres organisations environnementales autour de la région du lac Tonlé Sap.

Son organisation a créé un programme touristique qui amenait les touristes à visiter et à participer aux activités de conservation dans les villages flottants.

Sachant que Siem Reap était une destination touristique attrayante et constatant que de nombreuses femmes de ces villages travaillaient sur des chantiers de construction, Nin a décidé de créer son groupe de chauffeurs pour leur offrir une alternative. Cela signifiait également qu’elle aurait un projet intéressant à réaliser près de chez elle, car elle était fatiguée de travailler dans des provinces lointaines.

« Je voulais offrir à ce groupe de femmes un nouveau métier. J’avais vu des femmes conduire des tuk-tuks au marché et j’ai pensé que si elles avaient un travail supplémentaire, je pourrais améliorer leurs revenus », dit-elle.

« Lorsque nous avons commencé, nous n’avions que deux ou trois membres, mais nous avons progressivement augmenté nos effectifs jusqu’à ce que plus de dix conductrices travaillent avec nous », ajoute Nin.

Les femmes aident les femmes

En plus de fournir des revenus aux femmes, le service rend les voyageuses solitaires plus confortables. Nin affirme qu’elle a rencontré de nombreuses femmes qui disaient que voyager seules avec un chauffeur masculin les mettait mal à l’aise, surtout la nuit.

La responsable de Driver Srey confie que lorsque les touristes féminines visitent les temples, elles veulent s’amuser et être à l’aise, et qu’avoir une conductrice rend les choses plus faciles et conviviales. Concernant le manque de communication et de compétences linguistiques, Nin déclare :

« Mon objectif est d’offrir une formation linguistique à mes conducteurs, car ce serait une excellente façon de rendre la pareille à mon équipe. Malheureusement, lorsque le Covid-19 est arrivé, tous nos projets ont été suspendus. »

« Ces dernières années, nous avons reçu un certain soutien d’anciens clients qui sont devenus nos amis, mais qui vivent à l’étranger. Lorsque j’ai reçu ces dons, je les ai utilisés pour acheter de la nourriture pour nos membres », ajoute-t-elle.

La priorité d’Oun est de veiller à ce que ses quatre enfants, âgés de 15, 13, 9 et 5 ans, soient scolarisés. Elle reconnaît qu’elle ne sait ni lire ni écrire, même en langue khmère. Mais elle a trouvé des moyens de contourner ce handicap.

« Lorsque les clients, locaux ou étrangers, m’envoient des messages, je les fais lire par mes enfants. Je demande à mes passagers de m’envoyer des messages vocaux, car je peux comprendre le khmer et un peu l’anglais », explique-t-elle.

Depuis que le Premier ministre Hun Sen a annoncé la réouverture du pays en novembre dernier, le Driver Sreygroup s’est regroupé avec sept membres. Certains sont retournés dans leur ville natale et d’autres ont commencé à gérer d’autres entreprises.

Nin précise qu'elle n'a pas créé le groupe pour faire de la discrimination à l'égard des conducteurs de tuk-tuk masculins :

« Lorsque nos conductrices sont occupées et ne sont pas en mesure de fournir des services, nous avons quatre ou cinq conducteurs que nous utilisons en renfort. »

Nin met l’accent sur la sécurité des conductrices et des passagères, ainsi les services de transport ne sont assurés que jusqu’à l’heure du dîner.

« Nous nous concentrons sur la protection de nos conductrices et de nos passagers, et nous ne proposons donc pas de services après 21 ou 22 heures. En fait, nous ne conduisons que pendant la journée, même si certaines conductrices peuvent bien sûr faire des exceptions, et nous sommes toujours prêts à aider en cas d’urgence, si nous le pouvons », ajoute-t-elle.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône