top of page
Ancre 1

Siem Reap & Artisanat : Les lampes en cuivre de Sour Sdey Chamlak Dek Meas Rachana

La fleur nationale du Cambodge, le rumduol, et les étoiles sont considérées comme des objets porte-bonheur à exposer à l’occasion du Nouvel An khmer et constituent également de jolis motifs de décoration.

Femmes et jeunes filles khmères en costume à Angkor Wat tenant les lampes. Photo fournie
Femmes et jeunes filles khmères en costume à Angkor Wat tenant les lampes. Photo fournie

La Cambodgienne Soeun Sokhom, 48 ans, épouse du propriétaire de l’entreprise artisanale Sour Sdey Chamlak Dek Meas Rachana, située dans la ville de Siem Reap, sculpte ce type d’objets destinés à être exposés.

Les produits vont des lampes à fleurs rumduol aux lanternes, en passant par les lampes colorées et les appliques murales porte-bonheur. L’entreprise fabrique également des objets en forme de lune, des lanternes en forme de feuilles dans le style khmer que l’on trouve sur les temples.

La lampe à fleurs rumduol. Photo fournie
La lampe à fleurs rumduol. Photo fournie

« Les objets les plus vendus en 2023 sont la lampe à fleurs rumduol et la lampe porte-bonheur. Cet objet porte-bonheur mesure de 60 cm à 1 mètre de haut et est sculptée de 20 motifs et la partie centrale peut également être gravée du nom de la villa ou du magasin ou des mots serey sour sdey ou bonheur », explique-t-elle.

Elle précise que la plus grande lampe à fleurs rumduol, de 90 cm, coûte 450 dollars, tandis que celle de 30 cm coûte 180 dollars et la plus petite 130 dollars. La lampe qui porte chance coûte 700 dollars et est fabriquée en fer dera, tandis que la lampe en cuivre de la même taille coûte 1 400 dollars, car le cuivre est vendu au kilogramme et utilise une couche de 8 centimètres d’épaisseur pour la sculpture.

L’atelier utilise du fer dera épais et le peint dans des couleurs qui correspondent aux préférences des clients, comme l’argent, le platine et l’or, tandis que les sculptures en cuivre sont les préférées des clients s’ils souhaitent qu’elles restent brillantes.

« Au Cambodge, personne ne produit de lampes en fer dera et en cuivre en les sculptant, ils ne les fabriquent qu’avec des moulages, qui ne sont pas sculptés à la main », confie Sokhom.

L’entreprise Sour Sdey Chamlak Dek Meas Rachana emploie plus de 13 artisans. Outre les lampes de tous types, l’artisanat produit également des rampes.

Lampe à fleurs rumduol en cuivrefabriquée à Siem Reap. Photo fournie
Lampe à fleurs rumduol en cuivre fabriquée à Siem Reap. Photo fournie

Touch Vannick, 68 ans, entrepreneur en construction et sculpteur de statues en bois devenu sculpteur de fer et de cuivre, explique que les motifs qu’il utilise pour graver les lampes comprennent Kbach Pnhi Tes, Kbach Banteay Srei, Kbach Pnhi Angkor et Kbach Pnhi Plerng.

Il explique qu’avant d’être gravé, le cuivre doit être bien chauffé et lavé avec du savon et de la chaux, puis séché. Le dessin de la gravure est réalisé en fonction de la taille et du style commandés par le client.

« Certains travaux, comme les appliques murales qui utilisent une seule feuille de cuivre, prennent une journée, s’il y a un responsable, un sculpteur et un concepteur. Mais ce n’est pas régulier, selon le type de lampe, certains travaux prennent d'une semaine à un mois », explique M. Vannick.

Ce sculpteur expérimenté explique que certains clients commandent des lampes, et même des parapluies de cérémonie, car dans chaque maison cambodgienne, il y a toujours des statues, et même les chrétiens commandent parfois des parapluies de cérémonie.

Vannick a commencé à sculpter le cuivre et le fer dera en 2010, à la demande d’un fonctionnaire qui souhaitait fabriquer une lampe-parapluie aux motifs d’ornements affichés pour l’aéroport de Siem Reap. Vannick, sculpteur sur bois, a décidé de tenter l’expérience.

Il a alors accepté de graver un parapluie d’apparat, confiant dans sa capacité à mener à bien cette nouvelle tâche. L’ancien entrepreneur en construction a depuis commencé à se détourner du secteur de la construction.

Depuis 2010, les lampes et les éventails à main qui ne coûtaient que 20 dollars sont passés à 180 ou 200 dollars, avec l'apparition de gravures plus belles. Cependant, Vannick raconte qu’au début, sa carrière de graveur de lampes n’a pas été facile, car il ne recevait qu’une ou deux commandes par an.

Puis, en 2012, il a reçu une grosse commande du bureau du Premier ministre pour 18 éventails à main et 18 parapluies de cérémonie à placer à Preah Ang Thom dans le district de Stung Trang, avec un délai de deux mois et demi pour les terminer.

« Quatre d’entre nous ont travaillé dur jour et nuit pendant deux mois et demi pour terminer le travail. Nous sommes vraiment satisfaits du résultat », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page