Preah Vihear & Initiative : Les feuilles de Talipot, une « mine d’or » pour les villageois

Les feuilles du talipot - connu sous son nom botanique Corypha umbraculifera et appelé traing en khmer - sont depuis longtemps utilisées par les Cambodgiens pour fabriquer des arbalètes, des outils de pêche et des pièges.

Les villageois utilisent les épaisses nervures centrales des feuilles de palmier pour créer des outils utiles comme des baguettes et des cuillères.
Les villageois utilisent les épaisses nervures centrales des feuilles de palmier pour créer des outils utiles comme des baguettes et des cuillères. Photo fournie

Les villageois de Preah Vihear utilisent depuis quelques années l’épaisse nervure centrale des feuilles pour créer des instruments utiles tels que des baguettes, des cuillères et même des armes de cérémonie. Cette capacité d’adaptation témoigne de leur relation étroite avec les ressources naturelles qui les entourent.

De nombreuses familles du village de Sangke, dans le district de Chheb, travaillent ensemble pour récolter les nervures centrales de l’arbre. Un villageois retire la partie centrale de la feuille tandis que d’autres se tiennent prêts avec des couteaux pour la fendre.

Meas Hoeu, 64 ans, menuisier et également chef de la communauté, confie que lui et une trentaine de familles ont commencé à utiliser les feuilles en 2018. Ils fabriquent des baguettes, des cuillères, des fourchettes, des spatules, des épées et des lances, mais en raison d’une grande variation de la taille des matières premières, ils éprouvent des difficultés à produire des produits de taille standard. Il est donc difficile de trouver des marchés pour leurs marchandises.

En 2019, l’ONG Programme d’échange de produits forestiers non ligneux (PFNL-EP) a commencé à former les artisans du village pour adapter des normes communes. Cette initiative a conduit l’équipe de Hoeu à former une entreprise appelée la Communauté de fabrication d’arbres de Traing.

Après avoir coopéré avec l’ONG pendant un an, l’entreprise a commencé à se développer rapidement. Leurs produits sont maintenant populaires non seulement à Preah Vihear, mais aussi à Siem Reap et à Phnom Penh.

« Avant que le PFNL-PE ne nous enseigne les bonnes techniques, nous ne faisions que suivre nos vieilles habitudes, sans adapter de normes communes. Chaque article était d’une taille différente, et nous ne pouvions les vendre qu’en petites quantités. Depuis qu’ils nous ont appris à innover, nous connaissons une croissance exponentielle, tant en termes de production que de conception », explique Meas Hoeu.

Selon Hoeu, une fois le projet NTFP-EP achevé, l’USAID est intervenue pour aider la communauté. Au début de l’année, elle leur a appris à collecter les produits forestiers non ligneux de manière durable.

Cela permet aux artisans de récolter les matières premières dont ils ont besoin, sans dégrader les plantes. Parallèlement, l’USAID les a aidés à trouver des marchés pour leurs produits et leur a appris à produire à grande échelle et à introduire des normes de qualité.

Hoeu confie que sa communauté a présenté ses produits artisanaux à une exposition à Siem Reap cette année. Ils ont rencontré un grand succès et ont vendu tous leurs produits. Plus tard, ils ont eu un succès similaire lors d’une foire artisanale à Phnom Penh.

Selon lui, seules les nervures centrales de la feuille sont solides et peuvent être transformées en de nombreux matériaux différents.Cette nervure centrale mesure environ 5 mètres de long, ce qui est suffisant pour fabriquer 10 paires de baguettes ou de nombreux autres articles, notamment des épées de cérémonie. Selon M. Hoeu, les épées sont souvent achetées par des Cambodgiens superstitieux pour éloigner les mauvais esprits de leurs maisons.

« Environ 70 % de nos produits sont vendus à Phnom Penh, où j’ai beaucoup de revendeurs qui stockent nos marchandises. L’entreprise nous rapporte entre 10 et 15 millions de riels par an, mais nous devons répartir les bénéfices entre toutes les personnes impliquées dans leur fabrication.

En termes de profit, ce n’est pas grand-chose, mais cela complète nos revenus agricoles. Il y a une concurrence sur le marché avec d’autres produits artisanaux, nous devons donc nous assurer de maintenir des normes élevées », dit-il, ajoutant qu’une partie des revenus est versée aux agents forestiers communautaires qui patrouillent dans la forêt où ils collectent leurs matières premières, dans le district de Chheb. La forêt se trouve à un peu plus d’un kilomètre du village de Sangke, ce qui permet d’effectuer un court trajet en camion pour les collecter.

« Pour l’avenir de l’entreprise, je prévois d’apprendre aux plus jeunes membres de la communauté à prendre soin des arbres et à en planter d’autres, car ils sont très utiles », explique-t-il.

Une jeune femme de Phnom Penh qui vend son artisanat confirme que les produits de Hoeu deviennent très populaires à Phnom Penh :

« Beaucoup de mes clients connaissent maintenant les ustensiles de cuisine qu’il fabrique. Chaque fois que nous participons à une exposition, nous affichons complet, car les gens peuvent voir la qualité et apprécier la valeur d’un produit fabriqué à la main à partir de matériaux entièrement naturels », a-t-elle déclaré.

Le chef du village, Sat Chim, annonce qu’il est heureux de voir que les produits de sa communauté sont reconnus sur le marché local :

« Les villageois travaillent à domicile ou en groupe, et ont une équipe de vente. Ceux qui produisent moins de produits gagnent naturellement une plus petite part des revenus de l’entreprise. Cette entreprise a donné un véritable coup de pouce aux moyens de subsistance des villageois ».

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône