Pourquoi l'histoire militaire du Camboge est si importante pour sa sécurité et celle de L'ASEAN

Dans sa seconde chronique en français pour Cambodge Mag, Youk Chhang, Directeur du Centre de documentation du Cambodge (DCCAM), explique pourquoi l’histoire militaire du Cambodge est si importante pour sa sécurité nationale et celle de la région ASEAN.

Samdech Pichey Sena TEA BANH, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense nationale du Cambodge (à droite), et du Général NEM SOWATH, Conseiller spécial du Ministre de la Défense (à gauche), inspectant les plans du Centre de Paix Anlong Veng (DC-Cam) pour construire un monument gagnant-gagnant.
Samdech Pichey Sena TEA BANH, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense nationale du Cambodge (à droite), et du Général NEM SOWATH, Conseiller spécial du Ministre de la Défense (à gauche), inspectant les plans du Centre de Paix Anlong Veng (DC-Cam) pour construire un monument gagnant-gagnant.

Alors que nous commémorons le trentième anniversaire des Accords de paix de Paris, nous ferions bien de reconnaître l’importance de l’histoire, et en particulier de l’histoire militaire du Cambodge, pour la région et le monde. L’histoire du Cambodge devrait être reconnue comme une ressource nationale pour façonner le développement stratégique, l’influence et le leadership du pays dans la région de l’ASEAN.

L’histoire militaire a été décrite comme la recherche sur la guerre et l’analyse des victoires et défaites ; cependant, elle englobe beaucoup plus que cela.

L’histoire militaire couvre une gamme de sujets allant de la montée et de la chute des régimes à la transformation des pays, et de comment l’humanité répète et/ou apprend de ses erreurs.

L’histoire du Cambodge, unique, est remplie de leçons pour le pays, la région et le monde.

Au cours de la guerre froide, le Cambodge a été un carrefour important entre les idéologies, les systèmes politiques et les programmes de politique étrangère. L’histoire du Cambodge qui a conduit à l’histoire des interventions étrangères dans la région, ce qui fait maintenant aussi partie de l’histoire du pays, démontre à quel point le pays est représentatif de la sécurité régionale, et la sécurité régionale, de la sécurité mondiale. En outre, les atrocités de masse, la guerre et les privations qui ont coloré une grande partie de l’histoire du Cambodge dans la dernière partie du XXe siècle fournissent des leçons importantes sur les conditions qui précipitent, et résultent de, l’instabilité, la guerre et le génocide.

L’histoire du Cambodge est une illustration de l’esprit humain, autant qu’une leçon de la dépravation humaine dans ses profondeurs.

L’histoire du Cambodge est également ponctuée de nombreuses tentatives des pays voisins d’empiéter, d’occuper et même d’usurper le territoire du peuple cambodgien. L’étude de l’histoire de ces relations, différends et conflits passés ne fournira pas un plan d’action pour les affaires diplomatiques ou militaires actuelles ou futures ; cependant, cette histoire est une ressource nationale qui donne aux dirigeants une sagesse stratégique sur la façon de gérer les relations avec les voisins et le monde.

L’histoire du Cambodge, et en particulier son histoire militaire, fournit une ressource importante pour le développement de la sagesse stratégique pour notre pays, notre région, et les dirigeants mondiaux.

Légende de la photo 2 : Photo de Samdech Pichey Sena TEA BANH, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense nationale du Cambodge et son conseiller spécial, le général NEM SOWATH (debout à droite). À côté du Général SOWATH se trouve le lieutenant-général MEAS SINA (debout à gauche) avec M. YOUK CHHANG (assis). Le groupe distingué visitait une zone d’histoire militaire suggérée près du centre de paix Anlong Veng, dans la province d’Oddar Meanchey, le long de la frontière cambodgienne-thaïlandaise. Photo de LY KOK-CHHAY, 6 mars 2020.
Samdech Pichey Sena TEA BANH, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense nationale du Cambodge et son conseiller spécial, le général NEM SOWATH (debout à droite). À côté du Général SOWATH se trouve le lieutenant-général MEAS SINA (debout à gauche) avec M. YOUK CHHANG (assis). Le groupe distingué visitait une zone d’histoire militaire suggérée près du centre de paix Anlong Veng, dans la province d’Oddar Meanchey, le long de la frontière cambodgienne-thaïlandaise. Photo de LY KOK-CHHAY, 6 mars 2020.

L’histoire militaire du Cambodge est pleine de leçons sur la façon (et le moment) de faire preuve de retenue, le moment de faire preuve de patience, mais aussi, le moment de faire preuve d’audace dans la défense de la sécurité nationale. Les chefs militaires cambodgiens peuvent considérer l’histoire militaire du Cambodge comme une ressource nationale pour développer non seulement leur propre sagesse stratégique, mais aussi le professionnalisme de leur organisation et de leurs grades d’officiers.

La sécurité nationale du Cambodge dépend d’une organisation militaire professionnelle. Les organisations militaires professionnelles ont besoin de dirigeants compétents qui ne sont pas seulement des stratèges, mais aussi des historiens, puisqu’aucune stratégie réussie ne peut être élaborée sans une compréhension de l’histoire.

L’histoire façonne les composantes fondamentales de toute stratégie réussie. L’histoire militaire garantit que la stratégie est influencée non seulement par l’environnement opérationnel, les tactiques et la doctrine actuels, mais aussi par les succès et les erreurs du passé. L’historique peut vous aider à discerner si les objectifs de votre stratégie sont acceptables, si les méthodes pour atteindre vos objectifs sont même réalisables, et comment vos prédécesseurs se sont comportés en utilisant les mêmes stratégies ou des stratégies différentes dans le passé.

L’histoire militaire est un élément clé des stratégies militaires et de sécurité nationale combinées.

Les États membres et la direction collective de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ont également besoin de dirigeants historiens et stratèges. L’histoire militaire du Cambodge est d’une importance capitale pour la paix et la sécurité de la région, car de nombreuses batailles, luttes et stratégies géopolitiques ont été centrées sur l’histoire militaire du Cambodge. Le Cambodge a été un centre de gravité clé pendant les différentes guerres, conflits et luttes du 20e siècle dans la région. À la suite de la première guerre d’Indochine, le Cambodge est devenu indépendant et, pendant la deuxième guerre d’Indochine, le Cambodge a été l’épicentre de l’un des plus grands bombardements aériens de l’histoire du monde. L’emplacement géopolitique du Cambodge pendant la Seconde Guerre d’Indochine en a fait un champ de bataille critique entre divers acteurs concurrents.

Entre 1975 et 1979, le peuple cambodgien a également subi une tragédie indicible sous le régime génocidaire des Khmers rouges, et bien que les Khmers rouges aient été renversés du pouvoir en 1979, le Cambodge a continué à lutter contre la guerre, la famine et les crises humanitaires entraînant la mort, le déplacement ou la réinstallation de millions de Cambodgiens. La défaite des Khmers rouges n’était pas seulement une victoire stratégique pour le Cambodge, c’était une victoire stratégique pour l’ASEAN et le monde.

Les engagements militaires, les manœuvres et les stratégies qui se sont déroulés au Cambodge entre 1979 et 1993 se sont répercutés dans toute la région et, dans une certaine mesure, beaucoup de ces forces ont façonné (et façonnent encore) la géopolitique de l’ASEAN aujourd’hui. L’histoire militaire du Cambodge est une histoire non seulement de batailles et de manœuvres militaires, mais aussi de décisions et de stratégies politiques clés qui demeurent des références importantes pour informer la sécurité nationale et la stratégie collective de l’ASEAN dans la région de l’Asie du Sud-Est aujourd’hui.

Alors que nous célébrons le trentième anniversaire des Accords de paix de Paris, nous devrions saisir l’occasion non seulement de réfléchir à ce que nous devons apprendre de l’histoire entourant ces accords, mais aussi à tout ce que nous pouvons tirer de l’histoire du Cambodge dans son ensemble.

L’importance de cette histoire n’est peut-être pas plus grande qu’elle l’est aujourd’hui, alors que le Cambodge se prépare à assumer la présidence de l’ASEAN en 2022. Alors que le Cambodge se prépare à assumer cette présidence, nous devrions reconnaître dans ce privilège une occasion de tirer parti de l’histoire du Cambodge, parmi de nombreuses autres ressources, pour façonner le développement collectif, le partenariat et le leadership des peuples cambodgiens et de l’ASEAN. L’histoire du Cambodge fait partie intégrante de la vision d’une paix et d’une sécurité collectives pour la région de l’ASEAN.

YOUK CHHANG

 

YOUK CHHANG est le directeur du Centre de documentation du Cambodge et un chef de file dans l’éducation sur le génocide, la prévention et la recherche.

En 2018, CHHANG a reçu le prix Ramon Magsaysay, connu sous le nom de « prix Nobel d’Asie », pour son travail visant à préserver la mémoire du génocide et à rechercher la justice dans la nation cambodgienne et dans le monde.

En 2018, CHHANG a reçu le prix Ramon Magsaysay, connu sous le nom de « prix Nobel d’Asie », pour son travail visant à préserver la mémoire du génocide et à rechercher la justice dans la nation cambodgienne et dans le monde.
En 2018, CHHANG a reçu le prix Ramon Magsaysay, connu sous le nom de « prix Nobel d’Asie », pour son travail visant à préserver la mémoire du génocide et à rechercher la justice dans la nation cambodgienne et dans le monde.

En 2007, il a été nominé dans le top 100 des hommes et femmes du Time Magazine. CHHANG a travaillé avec des organisations de la société civile et des chefs de file dans le monde entier, notamment en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Myanmar et dans d’autres pays en développement sortant d’un conflit.

Au cours des 18 derniers mois, il a également effectué des recherches approfondies sur l’histoire militaire cambodgienne et les zones militaires avec le général NEM SOWATH du Ministère cambodgien de la Défense nationale.

Note : The author is only responsible for his original article in English, published on The Diplomat, dated October 22, 2021. First-Class Solutions Ltd. is responsible for the French-language translation.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône