top of page
Ancre 1

Phnom Penh & Exposition : « Le textile qui respire » par Sao Sreymao

Depuis samedi, le Shophouse Studio à Phnom Penh accueille une nouvelle série de créations de l'artiste cambodgienne Sao Sreymao intitulée « Breathing Threads », les fils - textile qui respirent. De nouvelles œuvres mettant en exergue certains aspects du travail et de la vie des travailleurs cambodgiens de l'industrie du vêtement.

Poursuivant son intérêt de longue date pour les problèmes de migration et les défis sociaux et environnementaux causés par l’homme, Sao Sreymao présente son récent travail qui illustre certains aspects vivants du travail et de la vie des travailleurs cambodgiens de l’industrie du vêtement. L’exposition propose douze croquis numériques sur des photographies et une sculpture en treillis métallique décrivant le parcours et l’expérience des ouvrières.

À l’âge de 17 ans, Sreymao a été confrontée à la décision de déménager à Phnom Penh et de travailler dans une usine de vêtements avec ses cousins et sa famille. Sreymao a préféré aller travailler à Siem Reap et poursuivre sa pratique artistique après ses études d’art au Phare Ponleu Selpak de Battambang. Cette décision a eu un impact considérable sur sa vie. Dans le cadre de ce projet, Sreymao est retournée voir certains de ses proches qui travaillaient dans des usines de vêtements ou qui travaillaient autour de ces usines.

En utilisant sa technique d’esquisse numérique sur des photographies saturées, Sreymao fusionne principalement le passé, le présent et le futur sur un plan singulier.

Les fils le plus souvent blancs des croquis bidimensionnels qui se superposent aux photographies réalistes créent des images de réalité-fiction qui combinent la mémoire et l’imaginaire.

Par exemple, dans une œuvre, le dessin représente plusieurs femmes debout, apparemment agrippées à une barre de rambarde, probablement à l’arrière d’un véhicule de transport. Ces dernières enveloppent une photographie d’enfants. Ensemble, elles apparaissent debout au milieu d’une rizière fraîchement labourée. Ici, la perspective d’enfants prometteurs et l’anticipation d’une terre cultivée prête pour la plantation du riz sont mises en parallèle. La présence fantomatique de ces femmes reflète la réalité de l’absence typique des adultes dans les zones rurales cambodgiennes en raison de leur migration locale ou régionale.

Pour rappel, l’industrie cambodgienne de l’habillement, du textile et de la chaussure représente la plus grande part du secteur manufacturier local, soit environ 80 % des exportations du pays. Rien qu’entre janvier et novembre 2022, le Cambodge a exporté pour 10 092 milliards de dollars de vêtements, de chaussures et de produits textiles, selon le Département général des douanes et des accises. Avec environ 1 100 usines, l’industrie emploie plus de 750 000 travailleurs, principalement des femmes. Ces femmes constituent donc l’épine dorsale de l’économie cambodgienne.

Oeuvre de Sao Sreymao
Oeuvre de Sao Sreymao

Dans de nombreux tirages de Sreymao, on perçoit les difficultés, la persévérance, mais aussi la vulnérabilité des ouvrières de l’habillement, au travail et en dehors du travail, ainsi que lors du défi critique que représente la pandémie de Covid-19. Alors qu’elles sont le moteur essentiel de l’économie du pays, elles se trouvent au bas de la chaîne mondiale d’approvisionnement en vêtements et sont le plus souvent touchées par l’économie mondiale des importations de vêtements en provenance de l’Occident, par les pratiques locales en matière de travail et par le changement climatique.

Une étude récente met en évidence la relation entre l’industrie de l’habillement et le changement climatique, ainsi que son impact sur les travailleurs cambodgiens du secteur.

La persévérance et la fragilité de l’industrie de l’habillement et des travailleurs ne peuvent être exprimées de manière plus lucide et poétique dans la sculpture de Sreymao.

Au centre de l’espace d’exposition se trouvent une machine à coudre grandeur nature et une chaise en treillis métallique. La finesse du matériau la rend à peine visible. Il dort encore, mais il respire aussi par sa porosité. Sa présence spectrale ne fait qu’imaginer la machine à coudre en mouvement. Elle invite aussi à s’interroger sur son existence et sa longévité.

Oeuvre de Sao Sreymao
Oeuvre de Sao Sreymao

Cette exposition présente les personnes à l’origine de l’essor de l’économie cambodgienne, ainsi que les tâches et les défis auxquels elles sont confrontées. Sreymao dessine des images de ces femmes déterminées, ligne par ligne, un fil à la fois, nous permettant d’être témoins de l’expérience remarquable qu’elles endurent.

Grâce à l’utilisation illustrative et poétique de dessins numériques, d’images photographiques et de sculptures « croquis en trois dimensions », Sreymao nous fait pénétrer dans les mondes qu’elles respirent.

À propos de l’artiste

Sao Sreymao (née en 1986 dans le camp de réfugiés Site 2, à la frontière thaïlandaise) est une artiste pluridisciplinaire qui travaille avec la peinture, la photographie, le dessin numérique, la sculpture et la performance. Son travail explore l’expression personnelle et les souvenirs, ainsi que les paysages physiques et psychologiques changeants des communautés urbaines et rurales cambodgiennes.

Elle a également collaboré avec divers écrivains et praticiens créatifs dans le domaine de la narration visuelle et a publié un certain nombre d’ouvrages.

Sao Sreymao. Photo the Post
Sao Sreymao. Photo the Post

Sreymao était une artiste boursière de la Sylt Foundation, ayant entrepris une résidence à Sylt, en Allemagne, en 2017, et a également été récipiendaire de Dam Dos Grant 2018 des Arts vivants cambodgiens. Elle a participé à la classe d’art contemporain de Sa Sa Art Projects en 2016 et a été diplômée de l’école d’arts visuels et appliqués de Phare Ponleu Selpak, dans la province de Battambang, en 2006.

Sa dernière exposition personnelle était « Samput Sor » à Silapak Trotchaek Pneik by YK Art House, Phnom Penh (2022). Son œuvre « Under the Water » a été présentée dans le cadre d’une exposition individuelle à Sa Sa Art Projects, Phnom Penh (2018), à Mirage Contemporary Art Space, Siem Reap (2019), et au Club Himalaya, Nagarkot, Népal (2019). Ses expositions collectives et performances sélectionnées comprennent « Between the Land and Water », une collaboration avec Neak Sophal, présentée dans le village de Ses Slap, commune de Chnok Tru, province de Kampong Chhnang (2023) ; « Shaking Land and Water » à Jendela Visual Arts Space, Esplanade, Singapour (2022) ; « The Breath » à Java Creative Cafe, Phnom Penh (2023) ; ‘Pressure’ à F3 Friends Futures Factory, Phnom Penh (2021); ‘The Cities’ à Treeline Urban Resort, Siem Riep (2020); Currents – Phnom Penh Art & Urban Festival, à Hiroshima House, Phnom Penh (2019); « Body of Sorrow » à Sa Sa Art Projects (2018) ; « Facing the Climate Change » au ministère de l’Environnement du Cambodge (2018) et à l’ambassade de Suède, Phnom Penh (2017) ; et « Kraanh Noneal » à Sa Sa Art Projects (2017).

 

Breathing Threads

Organisé par Vuth Lyno

Shophouse Studio

Adresse : 91 rue 110, Wat Phnom, Daun Penh, Phnom Penh

Entrée par Jungle à Domicile Voir moins

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page