forum 1.jpg
forum 2.jpg

Interview & Khlot Vibolla : préserver les livres anciens et redonner le goût de la lecture

La Bibliothèque nationale, vieille de 98 ans, a été construite en 1924 par le gouvernement colonial français en Indochine. En 1954, après l’indépendance du Cambodge, elle a été rebaptisée pour devenir la Bibliothèque nationale du Cambodge (BNC).

La directrice de la Bibliothèque nationale du Cambodge, Khlot Vibolla, s’exprime lors d’une interview accordée au Phnom Penh Post. Photo Hean Rangsey
La directrice de la Bibliothèque nationale du Cambodge, Khlot Vibolla, s’exprime lors d’une interview accordée au Phnom Penh Post. Photo Hean Rangsey

Actuellement, la bibliothèque compte plus de 120 000 livres, sastra et manuscrits sur feuilles de palmier, documents et dossiers juridiques et administratifs pour le Cambodge et l’Indochine.

Khlot Vibolla, directrice de la Bibliothèque nationale et directrice adjointe du département du livre et de la lecture du ministère de la Culture et des Beaux-Arts, s’exprime sur l’histoire, la gestion et le développement de la bibliothèque et son rôle essentiel.

Pouvez-vous nous parler de l’histoire de la Bibliothèque nationale du Cambodge ?

La BNC a été créée le 24 décembre 1924 par le gouvernement colonial français en Indochine. Sous le régime de Pol Pot, de 1975 à 1979, la plupart des membres du personnel de la bibliothèque ont été brutalement tués. La BNC — comme de nombreuses autres institutions de Phnom Penh — a été relancée après la fin du régime des Khmers rouges.

La bibliothèque avait été gravement endommagée, mais certaines de ses ressources documentaires d’un passé lointain ont survécu jusqu’à aujourd’hui. De nos jours, l’établissement conserve une collection de manuscrits et de livres précieux datant des premières années de l’ère coloniale française.

La BNC a rouvert ses portes en 1980 sous les auspices du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Depuis lors, nous nous sommes efforcés de réorganiser nos services avec pratiquement aucun personnel qualifié et des fonds insuffisants pour organiser et acheter des livres pour la bibliothèque.

Quelle est la structure de gestion de la BNC ? Combien de fonctionnaires ou de bibliothécaires y travaillent ?

Actuellement, la BNC dépend du département du livre et de la lecture du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Elle dispose de trois bureaux, dont celui de la préservation juridique, celui de la conservation et celui du catalogue. La bibliothèque compte 25 employés, dont 22 bibliothécaires, deux agents d’entretien et un gardien.

Chaque bibliothécaire a ses propres tâches et responsabilités, par exemple, lorsqu’un livre arrive, un codeur le saisit dans le catalogue. La plupart des nouveaux livres de la BNC sont offerts par les éditeurs.

Quelles sont les dépenses de la bibliothèque ? D’où vient le financement ?

À la bibliothèque, nous devons régulièrement dépenser pour la conservation des documents et les frais administratifs pour des choses comme les ordinateurs, les imprimantes et les photocopieuses. Elle a reçu le soutien d’autres pays et de gouvernements étrangers notamment des États-Unis, de France, d’Australie, de Pologne et de Nouvelle-Zélande, ainsi que d’autres institutions comme la Bibliothèque nationale d’Australie et l’Université Cornell aux États-Unis.

Mais pour la plupart des dépenses, comme l’eau, l’électricité et les salaires des employés, nous dépendons du budget de l’État par le biais du ministère de la Culture et des Beaux-Arts.

Dans quels domaines la France apporte-t-elle son aide ?

La France a financé la section du patrimoine pour la préservation et la documentation de l’époque coloniale française et la restauration des manuscrits parrainés par l’École française d’Extrême-Orient (EFEO).

Ces ouvrages ont été publiés dans le cadre du programme de numérisation des livres anciens français et khmers, financé par le fonds de solidarité prioritaire de l’ambassade de France au Cambodge pour la promotion de l’écrit en Asie du Sud-Est et le ministère français des Affaires étrangères. Le projet fournit des équipements tels que des ordinateurs, du mobilier, un service Internet, des services de maintenance ainsi qu’une formation aux bibliothécaires.

Quelles sont les participations de l’UNESCO et de l’ASEAN ?

L’UNESCO a cofondé le Registre international normalisé des livres (ISBN). La Commission nationale cambodgienne pour l’UNESCO s’est occupée des documents anciens et a parrainé des projets pour leur préservation et leur protection. Elle a également octroyé des fonds pour la réparation des livres et la publication d’inventaires nationaux.

L’ASEAN a également apporté son aide en fournissant des scanners pour numériser les anciens documents sur le Cambodge afin de créer des versions numériques et a organisé des cours de formation pour les fonctionnaires de la BNC.

Quels sont les principaux documents de la bibliothèque ? Combien de livres y a-t-il au total ?

Le CNL possède plus de 120 000 livres et documents au total, il est donc difficile de désigner une seule sous-collection comme étant la plus importante. La collection de documents vise principalement à préserver notre patrimoine culturel national. Nous disposons d’une collection complète de toutes sortes de documents publiés au Cambodge et de nombreux documents relatifs au Royaume publiés à l’étranger.

Toutes les références et tous les livres figurent dans le catalogue de la salle de lecture. D’autres documents sont placés côte à côte, ce qui les rend faciles à consulter. Les visiteurs peuvent lire et copier les anciens livres uniquement dans nos locaux. Mais il existe une section d’emprunt comme une bibliothèque publique.

Quels sont vos projets et votre vision pour le développement et la préservation des documents ?

Pour l’instant, nous nous concentrons principalement sur la numérisation des documents anciens, car ceux-ci remontent aux années 1830 et il existe des manuscrits et d’autres documents en khmer, tels que des journaux et des magazines des années 1950, que nous considérons comme des éléments prioritaires qui doivent être sauvegardés dans la base de données numériques.

Nous devons les préserver, car certains de ces documents sont vraiment pourris et certains ont des centaines d’années. D’autres documents sont bien plus anciens que la bibliothèque, qui n’a que 98 ans. Tous ces documents doivent être préservés et catalogués dans la base de données.

Mais le rôle de la BNC n’est pas seulement de préserver les vieux documents, mais aussi d’étendre l’utilisation des services de la bibliothèque pour soutenir l’enseignement supérieur et la recherche et aussi favoriser la collection de livres dans d’autres bibliothèques. Notre objectif principal est de promouvoir la lecture dans notre pays, afin que tous les jeunes, étudiants, enfants et parents puissent s’adonner à la lecture.

Combien de lecteurs chaque année ?

En 2019, plus de 5 000 personnes, dont des étudiants, des jeunes et des chercheurs, sont venues consulter des livres à la BNC et en 2020, elles étaient environ 4 000. Mais en 2021, il n’y a eu qu’environ 300 lecteurs, cette baisse étant essentiellement due au Covid-19.

Notre bibliothèque a toujours été ouverte, même si les gens ne s’en sont pas rendu compte. Maintenant, nous sommes ouverts du lundi au vendredi, de 8 h à 16 h, y compris durant l’heure de midi.

Pouvez-vous souligner l’importance de la lecture pour l’avenir des jeunes et du Cambodge ?

La lecture est très importante pour le développement de l’intellect. Si elle n’était pas importante, le gouvernement et le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports ne s’efforceraient pas de créer davantage de bibliothèques dans les écoles et les universités. La lecture est une compétence nécessaire pour les personnes de tous âges. Des études révèlent qu’il est même utile que les mères lisent lorsqu’elles attendent un enfant.

Nous devons apprendre à lire et à utiliser notre langue pour créer une habitude de lecture dès le plus jeune âge, sinon nous perdrons la profondeur et la complexité de la langue khmère.

Voun Dara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône