top of page
Ancre 1

Initiative : Une entrepreneure de Kampong Thom transforme les fibres du fruit du kapok en tissu

Il est courant de voir certaines étoffes tissées, comme les jupes hol et phamuong, des étoffes tissées à la main en soie, fabriquées à partir de nids de vers à soie, aux côtés d’étoffes en coton ou en matières synthétiques.

Une Cambodgienne tisse dans la commune de Koh Dach, dans le district de Chroy Changvar. Photo Hong Menea
Une Cambodgienne tisse dans la commune de Koh Dach, dans le district de Chroy Changvar. Photo Hong Menea

Cependant, il existe une Cambodgienne qui fabrique des vêtements en transformant les fibres soyeuses du fruit du kapok (Ceiba pentandra) en fil avant de les tisser en tapis et autres objets et qui cherche un marché pour les vendre à l’étranger. Elle souhaite également inciter les Cambodgiennes à se joindre à elle dans cette entreprise originale.

Née dans le village de Por Bak Kor dans la province de Kampong Thom, Tech Simheang n’avait auparavant pas d’expérience en tant que tisserande, mais elle aime le tissage et souhaite aider les Cambodgiennes à trouver un travail bien rémunéré.

Tech Simheang explique qu’elle est l’aînée d’une famille d’agriculteurs comptant cinq frères et sœurs vivant actuellement dans le village de Por Bak Kor.

Bien qu’elle ne savait pas comment tisser au début, elle achetait des tissus en soie fabriqués à la main auprès des tisserands et les vendait. A force, au bout de quelques années, elle est devenue experte en la matière.

« En fait, j’achetais les tissus des tisserands pour les revendre et j’ai fini par aimer ces produits artisanaux », dit-elle.

En 2017, elle créée l’Association de tissage et de développement des femmes dans la commune de Koh Dach, dans le district de Chroy Changvar, qui comptait alors 50 à 60 membres, mais qui a ensuite été dissoute en raison de problèmes dans ce secteur.

Bien que l’association ait été fermée, elle a continué à travailler dur pour trouver des fruits de kapok mûrs et retirait la fibre soyeuse à l’intérieur des fruits pour en faire des fils de soie, mais elle rencontrait quelques difficultés.

Tech Simheang. Photo fournie
Tech Simheang. Photo fournie

« Nous pouvions les utiliser pour en faire des tapis, des housses de canapé, des taies d’oreiller ou quelque chose pour décorer la maison, ce qui est mieux que d’en faire un vêtement ou une écharpe. Le produit est trop épais pour devenir tissu, mais s’il est vendu à l’étranger, il pourrait être utilisé de cette façon dans un pays où il fait froid », confie-t-elle.

Simheang a maintenant terminé ses recherches sur la façon de transformer les fibres du kapok en un fil plus fin et elle a ouvert un magasin appelé Kei Meas au marché de Sorya pour vendre ses produits. En même temps, elle souhaite former les gens de sa communauté afin qu’ils sachent comment tirer parti des produits naturels.

Parmi les créations de  Kei Meas
Parmi les créations de Kei Meas

Quant aux kapokiers, il y en a de plus en plus dans les villages des zones rurales et elle a observé que les femmes âgées ou d’âge moyen des zones rurales ne savaient pas quoi faire. Elles peuvent donc cueillir les fruits du kapok autour de leur maison et en retirer les fibres pour les vendre afin de gagner de l’argent.

Avant la pandémie, elle était en mesure d'en tirer un revenu décent en vendant les tissus pour payer la formation de certaines familles qui voulaient savoir comment transformer les fibres du fruit du kapok.

Cependant, bien que la situation se soit améliorée, elle ne gagne pas encore assez pour financer le développement de la formation dans la communauté.

« Ce qui est important, c’est que nous devons maintenant trouver un marché pour vendre les produits issus du fruit du kapok et à vendre sur le marché. Avant d’être fabriqués et vendus, ils doivent être conçus pour répondre aux besoins des clients. Nous ne pouvons pas faire ce travail à notre guise. L’innovation prend donc du temps et je n’ai pas assez de temps pour les aider », conclut-elle.

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page