top of page
Ancre 1

Histoire & Khmers rouges : Le manioc de Maman Em Chart, pour ne jamais oublier...

Em Chart est la femme de ménage, la cuisinière et la « maman » de tous les membres du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam) depuis 1995. Elle a perdu de nombreux membres de sa famille pendant les Khmers rouges. Alors que nous faisons tous pousser des fleurs dans notre jardin, elle a décidé de cultiver un magnifique manioc. Ce tubercule lui rappelle, comme peut-être à tous les survivants, la vie sous le régime des Khmers rouges (1975-79).

Le manioc de Maman Em Chart
Le manioc de Maman Em Chart

Elle nous explique qu’il était très fréquent que les Cambodgiens volent du manioc pendant le régime des Khmers rouges. Les gens étaient affamés et la survie de l’individu et de ses proches primait sur tout le reste.

« Nous étions prêts à tricher, à voler et à se cacher des choses les uns aux autres si cela pouvait sauver une vie », dit-elle.

Quarante-quatre ans plus tard, ces circonstances continuent de hanter tous les survivants et, à bien des égards, elles trouvent un écho à tous les niveaux de la société cambodgienne. Parce que la vie était une lutte quotidienne pour la survie, la décision de mentir, de tricher et de voler un autre être humain a déformé le sens de soi des survivants, leur responsabilité envers leurs semblables et leur perspective globale de l’humanité.

Pour de nombreux survivants, la question se pose : comment trouver le pardon pour ces actes de trahison ? Ils sont torturés par cette question qui leur rappelle quotidiennement ce qui se passait sous le régime des Khmers rouges. La culture du manioc aujourd’hui est peut-être alors un acte subtil et symbolique de commémoration de cette période.

Photos par Youk Chhang

Opmerkingen


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page