top of page
Ancre 1

Histoire & Khmers rouges : Derrière le sourire de la survivante Em Chhart

Cela fait maintenant 28 ans qu'elle travaille pour le Centre de documentation du Cambodge (DC-CAM). Tout le monde l'aime et la respecte au bureau ; elle est toujours joyeuse et dynamique, mais derrière son grand sourire se cache une autre personne très affectée par ce qu'elle a vécu sous le régime des Khmers rouges. Em Chhart, également surnommée « Oum/ming Chhart » par le personnel du DC-CAM, est une survivante des Khmers rouges aujourd'hui âgée de 61 ans.

Em Chhart
Em Chhart

Elle est veuve, mère et grand-mère et travaille actuellement comme femme de ménage au DC-CAM. Tout le monde la connaît, mais personne n’est vraiment au courant des souffrances qu’elle a endurées sous le régime des Khmers rouges.

Lorsque les forces de Pol Pot sont arrivées au pouvoir, Louk Yeay Chhart n’avait que 13 ans et a été forcée de quitter sa maison d’Arey-Ksat avec sa mère, son père et ses trois autres frères et sœurs. Tout au long de l’entretien, elle répètera à plusieurs reprises :

« J’espère que rien de tel ne se reproduira. On entend les gens de ma génération parler des Khmers rouges, mais on ne peut même pas commencer à comprendre à quel point c’était terrible si on ne l’a pas vécu soi-même », confie-t-elle.

Selon elle, son expérience a été bien pire que celle du reste de la population, et ce parce qu’elle se trouvait à Battambang. La région était connue comme l’un des pires endroits où se trouver pendant le régime de Pol Pot, car c’est là que les Khmers rouges envoyaient les citadins. Ils voulaient les voir souffrir et les contraindre à travailler dans des conditions extrêmes.

Des larmes commencent à couler sur ses joues alors qu’elle se remémore ce temps-là. Elle se souvient parfaitement de tout ce qui s’est passé dans ce temps-là. Elle se rappelle avoir vécu dans une petite maison avec dix autres familles et de ne pas avoir eu vraiment d’endroit où dormir. Elle se souvient d’avoir souffert de la faim et de n’avoir reçu qu’un grain de riz par repas. Elle se souvient que lorsque les camions d’eau passaient, les gens ouvraient la bouche pour attraper les petites gouttes d’eau qui s’échappaient du camion parce qu’ils avaient soif. Elle se souvient de tout.

Au cours de la conversation, elle mentionne qu’elle gardait sa nourriture pour ses parents, et que ceux-ci faisaient de même. Elle se souvient également de la fois où elle a été forcée de quitter sa maison. Elle a dû fuir sa maison au milieu de la nuit, sans même pouvoir emporter une paire de chaussures, car les Khmers rouges étaient impatients de la prendre avant qu’elle ne puisse être secourue. Certains parvenaient à s’échapper vers la rivière, mais d’autres étaient abattus avant même d’avoir pu atteindre le cours d’eau.

Elle raconte que sous le régime des Khmers rouges, le travail était attribué en fonction de l’âge et du sexe ; elle avait été affectée à la construction du barrage, où elle travaillait sur une parcelle de trois mètres sur six avec trois autres enfants. Elle se souvient que certaines personnes se levaient tôt pour aller travailler et se faisaient mordre par des serpents.

Ce qu’elle m’a raconté ensuite est de loin le souvenir et l’expérience les plus douloureux qu’elle ait vécus sous le régime des Khmers rouges. Elle se souvient que les soldats ont dit à sa famille qu’ils allaient d’abord emmener son frère pour qu’il leur construise une nouvelle maison dans un autre village. Mais son frère avait le sentiment qu’il ne reviendrait jamais. Il a donc demandé aux soldats des bâtons d’encens, a dit au revoir à ses parents et est parti.

Elle l’a pleuré pendant qu’ils le traînaient au loin. Sa famille n’avait jamais été séparée auparavant, et c’est à ce moment-là qu’elle a compris que les choses changeaient. Par la suite, elle n’a cessé de se déplacer de village en village, dans l’espoir de retrouver son frère, mais village après village, elle ne trouvait aucune trace de lui. La première fois qu’elle entendit parler de son frère, ce fut à Arey-Ksat.

Ses parents avaient appris que son frère était arrivé à Prek Por, mais personne ne savait s’il était vivant. Jusqu’au jour où l’un des prisonniers de Prek Por a été libéré et est venu les voir. Sa mère lui demanda des nouvelles de son frère, mais il fit semblant de ne pas savoir, voulant leur épargner la douleur d’apprendre que leur fils et frère était mort. Elle l’a supplié de le lui dire jusqu’à ce qu’il cède. Son frère s’était suicidé parce qu’il avait perdu tout espoir de quitter Prek Por. Ce souvenir la hante à jamais et, aujourd’hui encore, elle n’arrive pas à oublier.

Elle pense encore à son frère de temps en temps et il lui manque terriblement. Tout au long de l’entretien, chaque mention de son frère lui a fait monter les larmes aux yeux. En écoutant son récit et en découvrant sa vie sous le régime des Khmers rouges, tout semblait sans espoir, et en voyant la personne en face de moi, il est difficile de croire qu’elle est la personne qu’elle est aujourd’hui après une expérience aussi traumatisante, surtout à un si jeune âge.

C’est vraiment différent de toutes les histoires que j’ai entendues auparavant. Elle n’arrive toujours pas à oublier les expériences pénibles vécues sous le régime des Khmers rouges. En réfléchissant à ces mauvais souvenirs, elle dit que c’est comme si elle y était retournée ; elle pouvait tout voir et tout sentir. Comme si elle revivait ces cauchemars.

Par Nut Kosoma

Bénévole, Centre de documentation du Cambodge

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page