top of page

Gastronomie : Une jeune Cambodgienne du Banteay Meanchey fait le buzz

De nombreuses personnes se sentent obligées d’adhérer aux normes apparemment imposées par la société d’aujourd’hui. Il peut s’agir de montrer une certaine élégance ou de porter un maquillage parfait, de poursuivre une belle carrière professionnelle ou du suivre certaines tendances modernes.

La créatrice de contenu pour les médias sociaux Chhorm Srey Pach. Photo Facebook
La créatrice de contenu pour les médias sociaux Chhorm Srey Pach. Photo Facebook

Tenter d’adhérer à des normes souvent difficiles à respecter constitue la réalité de la vie de nombreux jeunes d’aujourd’hui. La Cambodgienne Chhom Srey Pach ne se soucie guère de ces normes et partage son quotidien avec plus d’un million de fidèles sur les réseaux sociaux. La jeune femme produit des vidéos sur la cuisine unique de sa province natale, le Banteay Meanchey. Dans ses clips, elle se donne rarement la peine de se maquiller. Elle ne semble pas non plus se préoccuper de savoir si ses vêtements impressionneront ses téléspectateurs.

Elle ne s’habille pas et n’agit pas comme la plupart des soi-disant « influenceurs », qui semblent s’efforcer de donner l’impression d’être à la pointe des dernières tendances, mais donne l’impression d’être fidèle à elle-même et que le spectateur ne voit que sa véritable personnalité.

Cela fait presque cinq mois qu’elle a commencé à produire du contenu vidéo. Au cours de cette période, elle a accumulé plus de 1,2 million de suiveurs sur son compte Facebook, un chiffre étonnant par rapport à la plupart des créateurs de contenu local.

Chhom Srey Pach a obtenu son diplôme d’école de commerce cette année, mais s’exprime toujours avec l’accent distinctif d’une native de Banteay Meanchey. Son public semble l’accepter comme un indicateur supplémentaire de son authenticité.

En tant que fille de fermier, elle apporte une touche unique à la vie et à la cuisine locale, un aspect qui intrigue ceux qui ont grandi dans les villes et les villages. En fait, la plupart des aliments qu’elle partage dans ses vidéos proviennent de la ferme de son père.

Dans certaines de ses vidéos, on la voit cuisiner à la montagne ou dans les champs. D’autres mettent en scène des pique-niques sur des radeaux dans un bassin, la capture de poissons ou même l’arrachage de pommes de terre. Le contenu inhabituel semble séduire le public, et elle a accumulé de nombreux fans qui semblent heureux de voir des rappels de ce qu’ils considèrent comme une époque plus simple.

Il n’est pas facile de produire deux vidéos complètes par jour, et elle et son frère jumeau travaillent l’équivalent d’un emploi à temps plein pour maintenir le contenu.

Les choses se sont améliorées. Ses chiffres d’audience énormes ont suscité l’intérêt de plusieurs sponsors, généralement des personnes possédant des entreprises qui souhaitent qu’elle les mentionne ou utilise leurs produits.

Même si elle est couverte d’éloges par ses fans en ligne, Srey Pach ne montre aucun signe d’oubli de ce qui la rend unique : être elle-même.

Elle conserve la même apparence sans prétention et le même comportement détendu que dans sa première vidéo, et semble mener la même vie simple. Ce sont ces éléments qui plaisent à ses fans.

Chhom Srey Pach révèle qu’elle a des projets pour une nouvelle série de vidéos dans un avenir proche :

« Je travaille sur un nouveau concept, mais je garde l’idée secrète pour l’instant. Je veux surprendre mes téléspectateurs et leur donner quelque chose à regarder qu’ils n’ont jamais vu auparavant ».

Keo Bosaba avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page