top of page
Ancre 1

Exposition & Phnom Penh : Une autre image du Cambodge avec Arjay Stevens et la fondation Anicca

Depuis sa première visite au Cambodge en 1996, le photographe allemand Arjay Stevens a exploré et capturé avec la même passion les séries de panneaux peints représentant des scènes du Reamker (le Ramayana khmer), les danseuses khmères célestes incarnant l’Apsara et les expressions d’une forme d’art plus humble, mais définitivement poétique : les panneaux d’affichage souvent naïfs, toujours charmants et souvent pleins d’esprit des entreprises locales pendant l’âge d’or du Cambodge, avant la guerre civile, et pendant les années 1990.

Une autre image du Cambodge avec Arjay Stevens et la fondation Anicca
Une autre image du Cambodge avec Arjay Stevens et la fondation Anicca

En 2005, Arjay a intitulé l’exposition à Phnom Penh de plusieurs des milliers de panneaux peints originaux qu’il avait patiemment identifiés et photographiés « Une autre image du Cambodge », lorsque la représentation visuelle d’entreprises professionnelles ou commerciales pouvait encore être pleine d’imagination, et pas seulement descriptive et froide comme un néon.

D’autres historiens de l’art et de la photographie allaient être séduits par cette forme d’art véritablement populaire, perpétuée par des générations d’artistes dans les villes de province, alors que la capitale adoptait rapidement des supports plus modernes pour la publicité commerciale. Joël Montague, après avoir collectionné des cartes postales d’Indochine, a consacré deux expositions aux enseignes peintes à la main en Californie (en 2008 et 2012). Dans son livre Did you see this one? Sign Art in Cambodian Life (Last Word Books, 2005), le photographe et auteur néo-zélandais Robert Joiner affirme que ces compositions généralement réalisées sur des plaques d’étain sont « typiquement cambodgiennes ».

En 2012, l’auteur Sam Roberts, alors qu’il documentait les enseignes peintes à la main à Kratie, a fait référence aux recherches antérieures d’Arjay Stevens. Il a également noté que le pionnier de l’art moderne cambodgien, Svay Ken, considérait que « bien qu’il ait connu de nombreux peintres qui ont commencé leur carrière en peignant des enseignes publicitaires, cette forme ne devrait pas être considérée comme de l’art parce qu’elle est réalisée contre paiement et que la composition est dictée par le client ».

On pourrait objecter que cette mise en garde s’applique à toute forme d’art commandé, et donc même aux fresques les plus sublimes de Michel-Ange.

Quoi qu’il en soit, aux yeux d’Arjay, cette expression de « pop-art amusant » reflétait parfaitement l’époque et l’humeur de quelque chose de tout à fait idiosyncrasique pour le Cambodge.

Comme le note Marina Pok, commissaire de l’exposition à venir :

« Lorsque j’ai récemment eu l’occasion d’explorer l’ancien appartement d’Arjay, près de Psa Chas, et que j’ai découvert des trésors cachés - des photos de fleurs de mudra d’Apsara, des CD de musique -, c’est une collection de photographies de panneaux d’affichage des années 1990 qui a immédiatement attiré mon attention ! Pour commémorer les 26 années de contribution de cet artiste et son amour pour le Cambodge, nous avons décidé d’organiser une exposition présentant ces images anciennes, véritable témoignage de l’essence de la renaissance du pays ».

Il s’agira également de l’exposition d’adieu du photographe, qui a décidé de s’installer en Europe après près de trois décennies passées avec bonheur au Cambodge.

 

Exposition Look up, 24 mars 2023, à partir de 18 heures - Aroma Gallery (en face du Musée national), Phnom Penh. Une exposition organisée par la Fondation Anicca, sous le patronage de l’Ambassadeur d’Allemagne au Cambodge.

Marina P avec notre partenaire Anicca Foundation

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page