Diplomatie : Le Royaume-Uni se tourne vers le Cambodge pour faciliter les liens avec l’ASEAN

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré qu’il était convaincu que la présidence cambodgienne de cette organisation, l’année prochaine, ouvrirait la voie à un engagement profond du Royaume-Uni dans la région.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab et le ministre cambodgien des Affaires étrangères Prak Sokhonn lors de leur entretien bilatéral le 23 juin. Photo de l’ambassade britannique au Cambodge.
Dominic Raab et le ministre cambodgien des Affaires étrangères Prak Sokhonn lors de leur entretien le 23 juin

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré qu’il était convaincu que la présidence cambodgienne de cette organisation, l’année prochaine, ouvrirait la voie à un engagement profond du Royaume-Uni dans la région.

Toutefois, la tâche de la présidence de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est s’annonce ardue, avec la nécessité de faire naviguer le groupe à travers des questions épineuses, des différends sur la mer de Chine méridionale à la crise du Myanmar, et de s’attaquer aux problèmes régionaux engendrés par le COVID-19.

Le président devra également veiller à l’unité du groupe dans un environnement géopolitique en mutation et une concurrence accrue entre les grandes puissances.

Dans une interview exclusive accordée à Cambodianess, M. Raab, qui s’est rendu au Cambodge du 22 au 23 juin, a déclaré que le Royaume-Uni était prêt à apporter tout le soutien dont le Cambodge avait besoin pour assurer le succès de sa présidence de l’ASEAN.

« Nous ne venons pas ici dire aux autres ce qu’ils doivent faire, et je suis ici pour savoir ce dont le gouvernement cambodgien a besoin et ils sont les meilleurs représentants du peuple cambodgien pour nous le dire », a-t-il déclaré.

« Donc, là où il y a un ami, nous examinerons avec bienveillance toute demande de soutien et nous donnerons des conseils sur tout ce qui est demandé »

À la question de savoir s’il prévoit que le Royaume-Uni sera admis comme 11e partenaire de dialogue de ce groupe lorsque le Cambodge en assurera la présidence, il a répondu qu’il était confiant, mais que son pays continuerait à déployer des efforts pour que cela se produise.

« Je suis vraiment plein d’espoir. Et le Cambodge a été très favorable à notre demande de partenaire de dialogue. Nous pensons que le signal envoyé par les dirigeants de ces pays pour nous accueillir est un bon signe », a déclaré M. Raab. « Mais nous ne prenons jamais rien pour acquis ».

En fait, le groupe a déjà accepté la demande du Royaume-Uni de devenir son 11e partenaire de dialogue après avoir déposé sa candidature officielle en novembre dernier. Mais la décision finale devrait être prise dans le courant de l’année.

Le Royaume-Uni n’adhère pas à la politique de la guerre froide

Après la sortie de l’Union européenne (UE), la politique étrangère britannique s’est orientée vers la région indo-pacifique en étendant son rôle et son influence par le biais de la stratégie « Global Britain ».

L’une de ses priorités est de renouer avec la région de l’Asie du Sud-Est dans un contexte de montée en puissance de la Chine.

La visite officielle de M. Raab au Cambodge, qui s’inscrivait dans le cadre d’une tournée régionale dans trois pays d’Asie du Sud-Est, dont le Vietnam et Singapour, témoigne également de l’intérêt croissant du Royaume-Uni pour cette région.

Parlant de l’engagement du Royaume-Uni dans la région, M. Raab a déclaré qu’en tant que grande puissance, le Royaume-Uni ne cherche pas à promouvoir la politique étrangère de l’époque de la guerre froide.

« Ce qui est le plus intéressant pour moi, c’est que je ne pense pas que l’ancien paradigme de la politique étrangère autour de la guerre froide soit adapté et nous ne cherchons pas à le faire. Je ne pense pas que la plupart des pays le soient »

« En effet, le vieil Occident doit chercher des alliances plus larges et une coalition plus large de pays partageant les mêmes idées, a-t-il dit sans aller dans le détail.

Pour stimuler les liens, il a souligné que le gouvernement britannique a également donné la priorité au partenariat avec la région et qu’il est ouvert aux avis des amis de l’ASEAN sur l’exploration des domaines de coopération future.

Par exemple, lors du récent sommet du Groupe des Sept (G7), le Royaume-Uni, qui assure actuellement la présidence, a invité non seulement trois pays de l’Indo-Pacifique — l’Inde, la République de Corée et l’Australie — mais aussi l’actuel président actuel de l’ASEAN.

“Nous aurons la deuxième réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 plus tard dans l’année, et je recueille l’avis des ministres des Affaires étrangères de cette organisation pour savoir si nous devrions inviter tous les ministres des Affaires étrangères des pays membres”, a conclu M. Raab.

Sao Phal Niseiy avec l’aimable autorisation de Cambodianess