Culture & Festival Photo de Phnom Penh : Jean-Baptiste Phou s'expose « En morceaux »

La galerie Sra’Art de Phnom Penh accueillera prochainement , dans le cadre du Festival Photo de Phnom Penh, la première exposition Photo de l'artiste polyvalent Jean-Baptiste Phou.

© Jean-Baptiste Phou
© Jean-Baptiste Phou

Trancher dans un corps, dans un visage, cadrer des bribes de corps et de face que l’on détache symboliquement de l’ensemble — et de la cohérence — de l’individu n’est pas chose facile et peut être perçue comme violent.

Le premier projet photographique d’un créateur qui s’exprime par les mots en s’exposant est une prise de risque audacieuse. En carré et en noir et blanc, Jean-Baptiste Phou déconstruit son corps, tient son appareil à bout de bras, comme un prolongement de lui-même, laisse parfois une part au hasard à ces images tour à tour douces, énigmatiques, sensuelles, graphiques. Il dépasse ainsi, comme il le dit lui-même, ce qui l’a paralysé pendant des années : la peur et la pudeur.

« Mon désir était d’avoir une relation brute et organique avec mon corps en tant que sujet. Moi et moi-même aux yeux du monde. Mais peu importe comment je m’exhibe, il y a toujours un choix de ce que je montre et ce que j’occulte. »

« Ces morceaux de moi peuvent être vus séparément, comme des parties fragmentées de ma personne, ou comme des pièces d’un puzzle qui s’assembleraient pour donner une vision complète de qui je suis. »

À propos de l’artiste

Né en France de parents sino-cambodgiens, Jean-Baptiste Phou est écrivain et artiste pluridisciplinaire. D’abord comédien, il joue dans des pièces de théâtre, des comédies musicales et des films au Cambodge, aux USA et en France. Il se dirige ensuite vers l’écriture et la mise en scène de pièces, dont « Cambodge, me voici » et « L’Anarchiste » adapté du roman de Soth Polin. Outre le théâtre et l’écriture, il explore d’autres médiums tels que le son, la photographie, les installations et la performance. Son travail aborde les questions d’identité, d’exil, les conséquences du génocide khmer rouge et l’expérience des groupes minoritaires.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône