Histoire & Musée national du Cambodge : Le spectaculaire Garuda de Koh Ker

Lorsque vous franchissez les portes d’entrée du Musée national de Phnom Penh, vous ne pouvez pas manquer de contempler le spectaculaire et imposant Garuda géant de Koh Ker.

Le Garuda de Koh Ker
Le Garuda de Koh Ker

Symbole du dieu hindou Vishnu

Cette pièce constitue l’une des œuvres d’art les plus remarquables de l’histoire khmère, elle représente l’énergie colossale et dynamique émanant de la capitale de Koh Ker au Xe siècle, sous le règne du roi Jayavarman IV. L’époque de Koh Ker fut insignifiante par rapport à la longue période d’Angkor — plus de vingt ans seulement — mais la richesse des sculptures innovantes et puissantes a résisté à l’épreuve du temps et mérite attention et reconnaissance.

Il est logique que le musée se concentre sur sa collection Koh Ker pour célébrer son centenaire.

Que représente cette exposition ?

« Garuda est le symbole du dieu hindou Vishnu, mi-homme, mi-aigle »

Symbole de suprématie, cet oiseau-roi à la démarche vigoureuse démontre l’harmonie entre la puissance (dans sa foulée énergique) et la grâce (le torse svelte qui équilibre les bras levés et les ailes), créant une figure magistrale de puissance et d’héroïsme. Il est l’ennemi juré du serpent Naga. Son image comprend un grand bec, des yeux exorbités, deux pattes fotes, des ailes ouvertes, une queue et un corps humain avec deux bras.

Garuda est le symbole du dieu hindou Vishnu, mi-homme, mi-aigle
Garuda est le symbole du dieu hindou Vishnu, mi-homme, mi-aigle

Le corps est orné de bijoux, de bracelets et de brassards, les jambes sont recouvertes de plumes, tout comme les ailes et le pli central, qui, combiné aux jambes, sert de support à cette figure gigantesque. À remarquer que la main droite indique la direction de la visite du musée, tandis que la main gauche bloque toute envie de tourner à droite.

Artisans de la pierre du Xe siècle

La vivacité de cette image est complétée par de nombreuses autres sculptures de Koh Ker, que ce soient les singes géants lutteurs ou les vigoureux guerriers athlétiques, qui font également partie de la collection Koh Ker du musée. L'emplacement de la sculpture se trouvait dans la zone connue sous le nom de Prasat Thom, juste en face de la pyramide symbole de la ville royale, et se tenait en équilibre derrière les balustrades Naga, comme si elle poursuivait avec vigueur son ennemi traditionnel. Il existait probablement quatre de ces énormes statues, mais seule celle-ci est restée intacte. Elle ne mesure pas moins de deux mètres de haut et plus de deux mètres et demi de large.

« C’est un exemple fabuleux de l’expertise des artisans de la pierre du deuxième quart du Xe siècle »

Des études archéologiques du complexe du temple de Koh Ker — également connu sous le nom de Chok Gargyar et Lingapura — ont été réalisées par Louis Delaporte en 1873, Jules Harmand en 1876, Étienne Aymonier dans les années 1880 et 1890, Étienne Lunet de Lajonquiere en 1900, George Groslier en 1923 puis Henri Parmentier en 1924, et de nouveau en 1929-30, avec des relevés aériens.

Nous supposons que le Garuda a été retiré pour des raisons de sécurité dans les années 1920. D’autres sculptures ont été extraites du site lors des premiers relevés des temples effectués par les Français, tandis que celles qui sont restées ont été pillées à l’époque plus moderne des années 1970. Certaines d’entre elles ont été rapatriées ces dernières années, ce qui leur permet de faire partie et de personnaliser la collection Koh Ker célébrée à l’occasion du 100e anniversaire du musée.

Andy Brouwer

Avec l’aimable autorisation du Musée national du Cambodge

210 vues0 commentaire