forum 1.jpg
forum 2.jpg

Cambodge & Transports : Une liaison fluviale Bassac-Kep en projet

Le ministère des Travaux publics et des Transports prévoit de créer une connexion entre le fleuve Bassac et la mer dans la province de Kep, afin de fournir une alternative viable au trafic fluvial de passagers et de marchandises pour entrer au Cambodge sans passer par le Vietnam.

Le Bassac. Photographie CG
Le Bassac. Photographie CG

Le Bassac est un affluent du lac Tonlé Sap et du Mékong qui prend sa source dans la capitale et coule vers le sud jusqu’au district de Loeuk Dek, dans la province de Kandal, pour traverser la frontière vietnamienne.

« Une première étape importante a été franchie dans la phase préliminaire de cette ambitieuse entreprise, même si de nombreuses autres études devront être menées avant que le premier coup de pelle ne soit donné », a déclaré le porte-parole du ministère, Vasim Sorya, citant le ministre Sun Chanthol.

M. Sorya a déclaré au Phnom Penh Post le 31 janvier que les experts du ministère effectuaient des recherches approfondies sur le projet, en collaboration avec des partenaires étrangers.

Cependant, il a admis ne pas être en mesure de donner un calendrier concret pour les travaux, les estimations de coûts ou la longueur de la connexion de la voie navigable.

Il a affirmé qu’il n’avait pas vu les documents concernant les études et que le projet n’avait pas encore été soumis aux échelons supérieurs du gouvernement pour examen.

Il a présenté le transport fluvial comme une alternative pratique et sûre aux voyages par voie aérienne ou terrestre, qui offre un potentiel inexploité de croissance du trafic de passagers et de marchandises.

S’exprimant lors de sa réunion annuelle d’évaluation le 28 janvier, M. Chanthol a révélé que son ministère avait examiné certains des aspects initiaux du projet et informé officieusement le Premier ministre Hun Sen et le vice-premier ministre Sar Kheng à ce sujet.

« Nous voulons voir des progrès sur les voies navigables, et certaines provinces, comme Takeo et d’autres, sont prêtes à bénéficier du transport de la rivière Bassac vers la mer », a-t-il déclaré.

« C’est la première étape »

Le ministère va maintenant procéder à une étude d’impact et déterminer le coût global du projet, qui vise à faire en sorte que les touristes et les marchandises puissent entrer dans le Royaume depuis le Mékong via le poste-frontière de Ka'am Samnor dans la commune éponyme, de Loeuk Dek, dans le sud de Kandal, a précisé le ministre.

« Nous avons également étudié ce projet avec le ministère des Ressources en eau pour examiner les aspects juridiques liés à la Commission du Mékong », a déclaré le ministre, suggérant que l’impact serait probablement minime.

Le Bassac. Photographie CG
Le Bassac. Photographie CG

« Nous pouvons le faire »

Ky Sereyvath, chercheur en économie à l’Académie royale du Cambodge, a salué le projet comme un moteur économique majeur et « une nécessité », notant que le Royaume dépendait largement de Ka'am Samnor pour le transport international par les voies navigables.

Le projet, qui s’ajoute à une série de travaux similaires tels qu’un port en eau profonde dans la baie de Ream et des ports touristiques dans la province de Kampot, facilitera les flux de fret et de touristes entrant et sortant de la capitale, a-t-il noté.

« Je comprends que c’est un déterminant splendide pour construire une puissance économique par nous-mêmes. Nous aurons des ports en eau profonde, et ne dépendrons plus de ceux du Vietnam », a déclaré M. Sereyvath.

Nov Sivutha avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône