Cambodge & Santé : Un verre de vin traditionnel khmer par jour pour éloigner les maladies

Alcool produit localement, alcool médicinal traditionnel, alcool bon marché, alcool cher, alcool importé, tous contiennent une certaine quantité d'alcool...qui peut être bénéfique, mais dont il est imprudent d'abuser.

Un éventail d'alcools médicinaux en vente au Vieux Marché de Phnom Penh. Photo Moeun Nhean
Un éventail d'alcools médicinaux en vente au Vieux Marché de Phnom Penh. Photo Moeun Nhean

En revanche, les bienfaits de l’alcool — certains producteurs d’alcool affirment que ce dernier est bénéfique pour la santé — peuvent être difficiles à évaluer. C’est particulièrement vrai pour le vin traditionnel khmer, qui reste très populaire parmi les habitants de la campagne.

Quelques opinions

Uk Kimsan, 35 ans, vendeuse d’alcool médicinal à Phsar Chas (vieux marché), y a son magasin depuis de nombreuses années. « J’ai hérité ce commerce de mon père qui y travaillait depuis 30 ans ».

Sa boutique propose dix types de vin en bocaux, de différentes couleurs, avec des herbes et des plantes trempées dans le vin. Elle peut vendre jusqu’à 35 litres de vin par jour, un verre coûtant de 500 à 700 riels. La plupart de ses clients sont des motodops, des ouvriers du bâtiment, et parfois des étrangers.

« Mon stand de vin accueille aussi des étrangers. Ils ne viennent pas pour boire un ou deux verres, certains ramènent même des bouteilles de vin. Ils en ont probablement entendu parler par le bouche-à-oreille », dit-elle, ajoutant :

« En gros, ce sont des gens de tous horizons. ».

Elle précise que certains des acheteurs étrangers qu’elle reçoit sont des habitués, dont elle pense qu’ils travaillent au Cambodge, tandis que d’autres reviennent une fois tous les deux ou trois ans, car, disent-ils, « le vin a un goût délicieux ».

Kimsan poursuit : « Le vin que je vends ici est purement du vin de riz, fabriqué par ma tante. Quant aux plantes et aux racines, mon père les connaît bien et les utilise depuis de nombreuses années ».

Une vendeuse à Phnom Penh verse du vin de riz dans une bouteille. Photo Pha Lina
Une vendeuse à Phnom Penh verse du vin de riz dans une bouteille. Photo Pha Lina

Le docteur en médecine traditionnelle Reachsey, qui a pris le chemin de ses aïeux, confie que si l’on sait comment utiliser avec précision les formules médicinales traditionnelles et que l’on pratique une hygiène rigoureuse, alors la médecine combat efficacement les maladies.

Respecter les traditions

Malheureusement, la médecine traditionnelle khmère n’est plus aussi populaire qu’avant, car certains praticiens ne respectent pas méticuleusement les étapes des formules, ce qui entraîne une baisse de la qualité.

Reachsey donne l’exemple d’un vin médicinal qui combat les maladies, en expliquant que le bondol pich — un type particulier de vigne — infusé dans du vin est un médicament traditionnel bien connu, consommé par de nombreux Cambodgiens.

« S’il est préparé correctement, le vin infusé au bondol pich peut réguler efficacement la température du corps, réguler l’activité de la vésicule biliaire et aider à stabiliser le système digestif. Il est donc tout à fait bénéfique pour la santé. »

Il explique également que, traditionnellement, trois pieds de bondol pich mesurant la longueur d’une paume sont nettoyés et séchés au soleil. Ensuite, ils sont trempés dans un litre de vin de riz pendant 30 jours dans un endroit ombragé à température ambiante.


Consommation de vin de riz. Photo Charles Pieters
Consommation de vin de riz. Photo Charles Pieters

Les vignes sont ensuite retirées, bien que certains praticiens les laissent en place. Ce n’est qu’alors que le vin peut être consommé. Idéalement, une personne devrait boire deux cuillères à soupe de vin infusé par jour.

M. Reachsey ajoute : « J’invite ceux qui boivent du vin traditionnel à suivre les recommandations du médecin pour ne pas devenir dépendantes. C’est là le problème, car le vin contient de l’alcool, et une consommation à long terme peut entraîner une dépendance ».

Arme et remède

Pour le Dr Ly Chenghuy, expert en santé publique, le vin ou la bière contiennent tous de l’alcool, mais à des niveaux différents selon la préférence du consommateur. Par exemple, en moyenne, la bière contient 5 % d’alcool tandis que le vin de riz blanc a une teneur de 20 à 30 %.

« D’après mes observations, le nombre de Cambodgiens qui consomment du vin traditionnel dans les campagnes n’a ni augmenté ni diminué », dit-il. « Mais le vin traditionnel fonctionne à la fois comme un remède et comme une arme. Il peut avoir des effets négatifs si le producteur ou le consommateur ne respecte pas correctement la formule dans laquelle le vin est censé être médicinal », ajoute-t-il.

Une cuve utilisée pour faire bouillir et distiller le vin de riz Photo Pha Lina
Une cuve utilisée pour faire bouillir et distiller le vin de riz Photo Pha Lina

Néanmoins, M. Chenghuy, qui a étudié la médecine au Cambodge et en France, explique que si l’alcool est fabriqué à partir de vin de riz pur, comme c’est le cas habituellement, il n’y a pas beaucoup d’impact négatif sur la santé des buveurs, « car il s’agit d’alcool dérivé du riz ».

Le danger survient lorsque le vin est fabriqué à partir d’une source inconnue ou s’il a été combiné à des produits chimiques. D’après les experts, l’alcool semble être ancré dans la culture cambodgienne depuis des milliers d’années, même si le rôle initial de l’alcool était d’être utilisé à des fins médicales plutôt que comme moyen de divertissement lors de rassemblements comme c’est le cas aujourd’hui.

On trouve des preuves de la consommation d’alcool au Cambodge dans de nombreuses sculptures. Un autre exemple est la façon dont les cérémonies spirituelles, qui existent depuis les temps anciens, nécessitent toujours de l’alcool. Cette influence perdure jusqu’à aujourd’hui.

Moeun Nhean avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône