top of page
Ancre 1

Cambodge : Les travailleuses du sexe demandent aux autorités d'agir contre les abus et de légaliser la profession

Lors d'un forum public organisé hier par l'ONG « Women's Network for Unity » (WNU), les travailleuses du sexe ont demandé aux autorités « d'assurer leur sécurité et de les protéger contre la répression policière ».

Plus de 200 prostituées venues de tout le pays se sont rendues à cette rencontre visant à célébrer la « Journée de lutte contre la violence à l'égard des travailleuses du sexe » et à obtenir « plus de coopération de la part des ministères et institutions concernés afin de mettre un terme aux violences dont elles se disent victimes ».

Sok Sreyleap, une représentante de la profession, a déclaré que « la prostitution était un travail et que les prostituées méritaient un certain respect :

« Chacun a le droit de choisir son travail. Le mien n'est pas différent des autres. Je suis une travailleuse du sexe aujourd'hui, mais demain je pourrais vendre des vêtements ou travailler pour une entreprise. C'est mon droit. »

« Aujourd'hui, nous demandons que la violence cesse et que l'opinion publique prenne conscience qu'il faut mettre fin à cette violence, mais aussi à la discrimination et aux abus en considérant la prostitution comme un travail et non en la criminalisant », a-t-elle ajouté.

Selon « Women's Network for Unity », 683 travailleuses du sexe ont été arrêtées depuis 2016 jusqu'à aujourd'hui. Elles auraient également été victimes de violences, d'insultes et autres abus.

Selon une étude effectuée par le WNU, de 2015 à 2023, il y a eu 371 cas, dont la plupart concernaient des viols, des agressions graves et des violences de la part de la police et agents de sécurité, des partenaires, maris, voisins, propriétaires, etc.

« Malgré l'augmentation de la reconnaissance et de l'acceptation du public, les travailleuses du sexe au Cambodge souffrent toujours d'un harcèlement sans fin de la part des fonctionnaires et des forces de l'ordre, ainsi que de certaines parties du public », affirme l'ONG dans un communiqué, ajoutant que certains créateurs de contenu en ligne utilisent même leurs images à des fins lucratives.

L'ONG demande donc au gouvernement de « mieux protéger les travailleuses du sexe et même de légaliser leur profession ».

Au Cambodge, la prostitution est illégale mais tolérée, le pays compterait environ 50 000 prostitué(e)s.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport     Société     Environnement 

bottom of page