Cambodge : La sécurité routière, une préoccupation majeure pour le Royaume

Selon Weimin Ren, directeur de la division des transports de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie et le Pacifique, la sécurité routière au Cambodge constitue un défi majeur.

La police nationale a déclaré qu’au 15 novembre, on comptait 70 décès dus à des accidents de la circulation, par rapport aux 15 premiers jours d’octobre, qui comptaient 46 décès — soit une augmentation de 24 personnes, ce qui représente une hausse de 52 % des décès, en partie due à l’augmentation des déplacements pendant les vacances de la Fête de l’eau.
La police nationale a déclaré qu’au 15 novembre, on comptait 70 décès dus à des accidents de la circulation, par rapport aux 15 premiers jours d’octobre, qui comptaient 46 décès — soit une augmentation de 24 personnes, ce qui représente une hausse de 52 % des décès, en partie due à l’augmentation des déplacements pendant les vacances de la Fête de l’eau.

Les responsables cambodgiens ont exprimé leur accord avec cette opinion, notant que le taux d’accidents de la circulation dans le Royaume a récemment augmenté de façon alarmante.

S’adressant aux participants d’un atelier de renforcement des capacités en matière de sécurité routière au Cambodge, le 16 novembre à Siem Reap, M. Weimin a fait part de ses préoccupations concernant la sécurité routière dans le pays et dans l’ensemble de la région Asie-Pacifique pour tous les pays à revenu intermédiaire :

« La sécurité routière reste un défi majeur pour nous. Dans notre région, 97 % des décès sur les routes se produisent dans les pays à revenu intermédiaire avec des usagers de la route vulnérables, notamment les motocyclistes, les piétons et les cyclistes, qui représentent plus de 50 % des décès. »

« La proportion de gros véhicules tels que les voitures par rapport au nombre d’usagers de la route vulnérables est la plus importante dans les pays à revenu intermédiaire, les pays à faible revenu ayant beaucoup moins de voitures sur les routes, tandis que ceux à revenu élevé ont le plus de voitures, mais beaucoup moins d’usagers vulnérables ».

Min Manavy, secrétaire d’État au ministère des Travaux publics et des Transports et secrétaire général du Comité national de la sécurité routière, a rappelé que le nombre d’accidents graves avait augmenté de manière significative au cours des neuf premiers mois de 2022, alors que l’économie s’ouvrait à nouveau, ce qui a entraîné une hausse alarmante du nombre de décès et de blessures dus aux accidents de la route par rapport à la même période en 2021.

Dans son dernier rapport, le Comité national de la sécurité routière indique que les neuf premiers mois de 2022 ont enregistré 2 286 accidents de la route, soit une augmentation de 21 %, dont 1 342 décès (+27 %).

Le rapport révèle également que le nombre de blessés graves s’élève à 2 004, soit une augmentation de 28 %, et que 2 391 blessés légers ont été enregistrés, soit une augmentation de 14 % par rapport à la même période en 2021.

« Cette situation dramatique a entraîné des pertes en vies humaines, des blessures, des handicaps et des dommages aux biens publics et privés. La crise a laissé à la société cambodgienne des victimes orphelines, veuves et handicapées », a-t-elle déclaré, ajoutant que ces difficultés avaient également fortement affecté le secteur des transports dans le Royaume.

En 2010, l’ONU avait recommandé à chaque pays de lancer une « Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020 » afin de réduire de moitié le nombre d’accidents de la route dans le monde. Le Cambodge n’a pas encore atteint ses objectifs.

« Pour le Cambodge, nous devons réduire le nombre de victimes d’accidents de la route d’environ 7 350 personnes sur l’estimation globale de 14 700 personnes par an. Le Royaume a réduit son nombre de 4 720 personnes, ce qui représente environ 31 % », explique Min Manavy.

Pour l’expert et consultant en accidents de la circulation Kong Ratanak :

« Nous pouvons constater que le nombre d’accidents de la circulation n’a cessé d’augmenter parce que le trafic s'est accru et aussi parce qu’il y a plus routes qui ont été réhabilitées et mises en service.»

« L’amélioration de l’état des routes encourage les déplacements sur des distances plus importantes qu’auparavant, ce qui signifie davantage d’accidents. Quant au renforcement de la législation cambodgienne en matière de circulation routière, il n’est pas vraiment nécessaire, nous avons simplement besoin que les lois existantes soient pleinement et régulièrement appliquées », estime-t-il.

La police nationale a déclaré qu’au 15 novembre, on comptait 70 décès dus à des accidents de la circulation, par rapport aux 15 premiers jours d’octobre, qui comptaient 46 décès — soit une augmentation de 24 personnes, ce qui représente une hausse de 52 % des décès, en partie due à l’augmentation des déplacements pendant les vacances de la Fête de l’eau.

Samban Chandara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône