top of page
Ancre 1

Cambodge & Initiative : Les nouvelles boissons à base de soja et de haricot mungo font un tabac

Depuis des siècles, le soja et les haricots mungo sont des aliments de base de la cuisine asiatique, appréciés pour leurs nombreux bienfaits pour la santé et leur présence dans divers plats et boissons.

Les installations de production de l’entreprise de boissons « Oun Sondek », fondée par trois femmes entrepreneurs. Photo fournie
Les installations de production de l’entreprise de boissons « Oun Sondek », fondée par trois femmes entrepreneurs. Photo fournie

Au Cambodge, le lait de soja et celui de haricot mungo sont des boissons populaires, et de nombreux Cambodgiens gagnent leur vie en préparant et en vendant ces boissons nourrissantes.

Aujourd’hui, un groupe de trois jeunes Cambodgiennes, toutes étudiantes en génie alimentaire et chimique à l’Institut de technologie du Cambodge (ITC), se sont réunies pour créer une boisson unique appelée « Oun Sondek ». Elles vendent leur création dans des réfrigérateurs commerciaux et sur des plateformes en ligne.

Ung Rong Phal Tevy, cofondateur et représentant de cette petite entreprise, explique que leur parcours a commencé par un devoir scolaire consistant à proposer une idée de transformation alimentaire.

Elles ont choisi d’explorer la transformation des haricots, ont reçu l’approbation et le soutien de leurs professeurs et ont obtenu le soutien financier de la Banque mondiale, de leur école et du ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports.

Les nouvelles boissons à base de soja et de haricot mungo font un tabac

Selon Tevy, « Oun Sondek » est né de sa collaboration avec ses amies Voeut Sokty et Aun Vathana, toutes étudiantes en chimie alimentaire. Le nom « Oun Sondek » symbolise les trois cofondatrices et leur engagement vers les haricots et à toutes leurs variétés.

Tout en jonglant avec leurs études et leurs thèses, Tevy a trouvé une solution pour les ventes en utilisant des réfrigérateurs dotés de la technologie de lecture QR pour les achats. Les clients n’ont qu’à scanner le code, effectuer le paiement et recevoir leur bouteille de lait de soja ou de haricot mungo. En outre, l’entreprise a élargi son champ d’action grâce à la vente en ligne sur Facebook.

L’installation des réfrigérateurs a été le fruit d’un effort conjoint entre l’équipe de l’association et l’équipe électrique de l’école, les appareils ayant été construits en interne. Les projets consistent à étendre leur présence en installant d’autres réfrigérateurs dans des écoles et des hôpitaux.

« Même après l’obtention de notre diplôme, nous avons l’intention de continuer à gérer cette petite entreprise. Nous travaillons actuellement à l’amélioration de nos produits. Un membre de l’équipe recherche des méthodes pour prolonger la durée de conservation sans utiliser de conservateurs chimiques en recourant à des techniques alternatives de chimie alimentaire », affirme Tevy.

Les nouvelles boissons à base de soja et de haricot mungo font un tabac

En tant qu’étudiante en sciences alimentaires, elle souligne les caractéristiques distinctives de leurs produits laitiers à base de haricots.

« Même si leur apparence ne diffère pas beaucoup de celle des autres produits, ils se distinguent grâce à notre expertise en chimie alimentaire. Nos techniques de transformation uniques se traduisent par une qualité supérieure et l’absence d’additifs chimiques dans tous les ingrédients », dit-elle.

Le prix de la boisson « Oun Sondek » est de 3 000 riels par bouteille de 330 ml. En moyenne, elles vendent entre 400 et 2 000 bouteilles par mois, la demande variant en fonction des événements et des saisons.

Par exemple, pendant les programmes scolaires, elles peuvent vendre des milliers de bouteilles en quelques jours seulement. En revanche, les ventes diminuent pendant les périodes plus calmes.

« En raison de la forte demande, notre équipe de trois personnes ne peut pas gérer toutes les commandes tout en se concentrant sur nos études et en terminant nos thèses. C’est pourquoi nous avons demandé l’aide de 13 étudiants de troisième et quatrième année, ce qui porte notre équipe de production à 16 personnes au total », explique-t-elle.

Srun Serey Vathanak avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page