top of page
Ancre 1

Cambodge & Gastronomie : La cuisine ethnique Kreung sur les tables de Phnom Penh

Dans le cœur animé de Phnom Penh, les saveurs très diverses des minorités ethniques du Cambodge sont en train de prendre vie. Cette révélation gastronomique trouve son origine dans les traditions séculaires et les habitudes alimentaires distinctes de la communauté Kreung, un groupe ethnique minoritaire.

Deux jeunes filles dégustant les délices de la cuisine kreung. Photo fournie
Deux jeunes filles dégustant les délices de la cuisine kreung. Photo fournie

Ces saveurs uniques sont désormais accessibles au plus grand nombre, grâce à une pionnière de la communauté Kreung, Lat Sok Em. Cette jeune femme, originaire de la province de Ratanakkiri, attire l’attention sur un plat copieux connu sous le nom de soupe au bœuf Chanang. Composé de bœuf tendre, d’un soupçon de piment, de légumes aromatiques et de nouilles, ce plat est servi dans un bol généreux et constitue l’une des principales attractions de son restaurant qui connait un succès grandissant.

Lat Sok Em, une femme kreung qui a ouvert un restaurant à Phnom Penh. Photo fournie
Lat Sok Em, une femme kreung qui a ouvert un restaurant à Phnom Penh. Photo fournie

Installée dans le quartier de Camko City à Phnom Penh, Sok Em a commencé son aventure gastronomique en 2019 avec « Chanang Indigenous Online », une modeste entreprise familiale de vente en ligne de produits ethniques. Aujourd’hui, son restaurant est le symbole des traditions Kreung.

« J’ai l’intention de préserver la cuisine traditionnelle du peuple Kreung grâce à ce restaurant », explique Sok Em.

Le « Chanang » est la soupe en question, savourée par différents groupes ethniques. Son rêve est de promouvoir ces délices indigènes dans tout le Cambodge et de mettre en avant les saveurs rurales des minorités ethniques.

« Le restaurant est né de la douleur de la discrimination. Comme il n’y avait pratiquement pas de vendeurs de produits alimentaires indigènes dans les environs, je voulais introduire nos saveurs et concurrencer les importations tout en capitalisant sur le potentiel assez peu exploité de la cuisine traditionnelle », dit-elle.

Soupe de bœuf Chanang au restaurant Lat Sok Em, dans la capitale. Photo fournie
Soupe de bœuf Chanang au restaurant Lat Sok Em, dans la capitale. Photo fournie

Ses trois employés sont tous issus de minorités ethniques. Le menu propose des variantes de Chanang au bœuf, au porc et aux légumes, dont le prix varie entre 10 000 et 12 000 riel. Il est surprenant de constater que le soutien provient davantage de la population cambodgienne que de la communauté minoritaire, puisque seuls 10 à 15 étudiants d’origine ethnique s’y rendent chaque mois.

Sok Em explique que le Chanang incorpore du Senna occidentalis, communément appelé herbe à café, des feuilles, des pousses de bambou, du maïs miniature, des légumes et d’autres ingrédients. « Un vrai goût de campagne indigène ».

Le restaurant de Sok EM. Photo fournie
Le restaurant de Sok EM. Photo fournie

Choeun Sreymom, présidente du groupe de travail des femmes autochtones cambodgiennes (CIWWG), commente la rareté des restaurants de minorités ethniques par rapport à leurs homologues cambodgiens. Elle attribue cette situation à certaines conditions préalables de compétence, d’emplacement et d’identité profondément enracinée dans la culture des minorités.

« La nourriture incarne l’identité des gens. Parmi les femmes autochtones, seules deux ou trois ont créé leur propre entreprise. La popularité de Sok Em a grimpé en flèche lorsqu’elle a participé à des concours de cuisine avec des institutions publiques et des organisations partenaires. Le “Chanang” traditionnel est une recette autochtone Kreung, transmise par nos ancêtres dans la province du Ratanakkiri », précise Sreymom.

En ce qui concerne la discrimination à laquelle sont confrontées les communautés minoritaires, Sreymom souligne qu'en dépit des difficultés, les étudiants ethniques persévèrent et poursuivent leurs études.

« Alors que la sensibilisation et la compréhension des groupes ethniques minoritaires augmentent, il y a encore un manque de connaissances chez certaines personnes. Mais les minorités s'affirment de plus en plus et sont fières de leur identité », conclut-elle.

Sur place ou à emporter
Sur place ou à emporter

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page