top of page
Ancre 1

Temps forts 2023 & Tourisme : Charles-Henri Chevet « visas, calendrier et marketing ciblé pour relancer le secteur »

Le « tourisme événementiel et d'affaires », communément dénommé MICE (Meetings, Incentives, Conferences and Exhibitions – Réunions, séminaires, conférences et expositions) est l’un des aspects du secteur dont on parle relativement peu. Si ce type de tourisme a beaucoup souffert de la pandémie, il représente aujourd’hui près de 50 % de l’ensemble des voyages d’affaires dans le monde. Tandis que les voyages d’affaires traditionnels diminuent d’année en année, le tourisme MICE affiche une nette tendance à la hausse en 2023. Et au Cambodge ?

Charles-Henri Chevet, Directeur général du Sofitel Phnom Penh Phokeethra lors de l'atelier 7-14 days organisé par la Cambodia Restaurant Associaton et ses partenaires
Charles-Henri Chevet, Directeur général du Sofitel Phnom Penh Phokeethra lors de l'atelier 7-14 days organisé par la Cambodia Restaurant Associaton et ses partenaires

Lors de l’atelier de réflexion et de propositions organisé en août dernier par la Cambodia Restaurant Association, c’est à Charles-Henri Chevet, Directeur général du Sofitel Phnom Penh Phokeethra, qu’est revenu l’honneur de livrer les résultats du travail de réflexion effectué par le groupe « Tourisme MICE ».

Dans son introduction, M. Chevet rappelait l’importance de ce type de tourisme qui amène en une seule fois un grand nombre de visiteurs, et présente l’avantage bien sûr d’apporter des revenus, mais aussi de « donner de la visibilité à la destination pour l’avenir ». Il soulignait également que le secteur privé devait à tout prix participer à cet élan en faveur du tourisme MICE.

Marketing et communication

« Il est prouvé que les visiteurs MICE, s’ils apprécient l’expérience de la destination qu’ils visitent, auront l’occasion d’en parler à leurs collègues, à leurs amis, mais aussi de revenir dans la destination pour un séjour privé. Le thème de cet atelier d’aujourd’hui est de passer de séjours de quelques jours à au moins sept jours. Toutefois, le tourisme MICE est bien connu pour être un format de 3 à 5 jours, donc nous sommes partis de cette hypothèse et nous avons réfléchi à comment encourager le visiteur venant pour un événement à rester un peu plus longtemps dans le pays », expliquait-il, poursuivant :

« Je pense que nous sommes tous convaincus que le Cambodge en tant que destination a beaucoup à offrir. Et je ne souhaite pas présenter une longue liste d’avantages, de compétences, de lieux, d’installations ou d’espaces uniques dont nous disposons dans le pays. Nous devons faire connaitre ses qualités au monde entier et il y a certainement un manque de marketing et donc de connaissance de la destination ».

Selon M.Chevet, le Cambodge est bien sûr connu pour Angkor et ses temples, mais il faut souligner qu’aujourd’hui le royaume est une destination multiple. Il y a bien sûr Angkor, mais il y a aussi Phnom Penh - à placer peut-être comme une nouvelle destination -, il y a également les destinations côtières et la toute nouvelle autoroute constitue sans aucun doute un atout majeur en termes de connectivité.

« Le marketing du Cambodge doit être unique ou plus international. Nous venons d’organiser un petit atelier et on nous a montré une vidéo fantastique réalisée par le ministère du Tourisme. C’est magnifique, c’est très beau, c’est court, c’est très percutant. Mais c’est en langue khmère, ce qui est très bien, nous sommes au Cambodge. Mais cela signifie qu’elle n’est pas accessible à tout le monde », notait M. Chevet, poursuivant :

« Il faut donc absolument que notre destination soit unique, qu’elle ne copie pas ce que font les autres pays voisins. Nous pouvons peut-être faire du benchmarking, mais nous devons rester uniques, tout en étant plus internationaux dans notre approche. »

À propos de visas et de calendrier

Une suggestion émise par l’expert serait une grande campagne sur l’exemption de visa, « une suggestion parmi d’autres, qui pourrait créer un attrait déterminant, voire une grande explosion sur le marché clé ciblé par les professionnels du secteur ».

« L’idée n’est pas de cibler le monde entier, mais plutôt de se concentrer sur certains marchés clés qui peuvent nous apporter les visiteurs dont nous avons besoin. Cela a également été mentionné dans le précédent atelier, il faudrait également construire un calendrier annuel. Le problème que nous rencontrons aujourd’hui, c’est qu’il existe de bonnes idées et des initiatives, mais nous en avons connaissance sur les réseaux sociaux une semaine avant, pour ne pas dire parfois la veille. L’idée est donc de donner un peu plus de visibilité, et nous, en tant que partie prenante, peut-être par le biais de la direction des différentes fédérations, de proposer ce calendrier d’événements sur une base annuelle, mais avec suffisamment de temps pour le promouvoir », argumentait M.Chevet.

Charles-Henri Chevet, Directeur général du Sofitel Phnom Penh Phokeethra lors de l'atelier 7-14 days organisé par la Cambodia Restaurant Associaton et ses partenaires
Charles-Henri Chevet, Directeur général du Sofitel Phnom Penh Phokeethra lors de l'atelier 7-14 days organisé par la Cambodia Restaurant Associaton et ses partenaires

Pour ce dernier, l’initiative d’un calendrier doit venir du secteur privé : « vous tous, nous tous, nous bénéficions d’un marketing efficace, certaines chaînes internationales, locales, certaines parties prenantes sont très douées pour le marketing et pour commercialiser les produits qu’elles offrent, donc si ensemble nous pouvons promouvoir ces événements à l’aide d’un calendrier, nous pouvons avoir un très grand impact. Et encore une fois, il s’agit probablement de cibler le marché dont nous pensons qu’il a un potentiel pour le Cambodge ».

Utiliser les événements sportifs

M. Chevet citait ensuite les événements sportifs du royaume, notamment les marathons de Phnom Penh et Siem Reap. Selon lui, l’épreuve de Phnom Penh manque encore de visibilité alors que celui de Siem Reap bénéficie aujourd'hui d’un attrait international.

« Tenter de réserver une chambre la première semaine de décembre à Siem Reap, c’est très difficile, parce que beaucoup de gens voyagent pour cet événement. Nous devons donc aussi nous concentrer sur celui de Phnom Penh, car il existe pas mal d’activités de loisirs qui peuvent se connecter autour de l’épreuve sportive », disait-il, ajoutant :

« Nous avons organisé cinq fois de suite un tournoi international de golf. Il se déroule à Siem Reap et attire de nombreux golfeurs internationaux. Aujourd’hui, Phnom Penh est aussi en train de devenir, à mon avis, une destination de golf. Travaillons à nouveau ensemble et voyons si nous pourrions organiser un tournoi international de golf, qui se déroulerait dans les deux capitales. Le golf au niveau international est certainement, au moins pour Phnom Penh, une grande opportunité. »

Fête de la bière, pourquoi pas ?

Arguant du nombre important de brasseries dans le pays, M. Chevet suggérait ensuite un événement du type Oktoberfest en Asie. « Un événement, probablement au niveau régional, des gens qui viendraient passer un bon weekend au Cambodge. Ce n’est qu’une idée parmi d’autres, mais encore une fois, et vous le verrez plus tard, nous sommes d’avis que, oui, nous avons besoin d’idées un peu plus amusantes pour attirer les visiteurs au Cambodge », confiait-il.

Besoin de cibler

Selon l’expert, pour attirer plus de monde dans le pays, il s’avère nécessaire de cibler cinq ou dix nationalités ou pays clés. « En ciblant définitivement certains pays, nous pourrons être plus efficaces en matière de marketing. Grâce aux médias sociaux, aux influenceurs et aux voyages de presse, c’est une méthode classique, mais qui fonctionne toujours. En participant à des foires internationales, celles qui ciblent notre activité, nous gagnerons encore en visibilité », disait-il, ajoutant :

« Définitivement, il s’agit de promouvoir la destination. Et en tant que groupe de professionnels, nous pourrions nous engager aux côtés du ministère du Tourisme pour participer à ces foires. »

Selon M. Chevet, le niveau d’anglais au Cambodge est définitivement excellent dans ce secteur au Cambodge. Et c’est aussi un aspect positif en termes de tourisme d’affaires, car les visiteurs se sentent à l’aise.

Le directeur du Sofitel concluait ensuite en insistant sur les extensions de visa qu’il faudrait faciliter pour permettre aux touristes de prolonger facilement leur séjour s’il leur prenait l’envie de se rendre au bord de mer après une visite à Phnom Penh et/ou dans la cité des temples.


Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page